1200 agences d’Etat pour 50 milliards d’€

Classé dans : Crise et Dette, Emploi Retraites... | 0

1200 agences d'Etat pour 50 milliards d'€

1200 agences d’Etat pour 50 milliards d’€

Comme météo france, pôle emploi, le CNRS, la réunion des musées nationaux, la HALDE, la HAS, le défenseur des droits, l’ACNUSA, et bien d’autres…

Il y a aujourd’hui en France plus de 1.200 agences de l’Etat dont bon nombre font doublon et gaspillent l’argent public. Elles emploient 440.000 personnes et engloutissent 50 milliards d’€ de budget de fonctionnement soit 1/5ème du budget de l’Etat !

Ces Agences de l’Etat, financées par les contribuables, sont censées être plus efficaces que les Administrations car spécialisées dans un domaine. Mais, ces dernières années, elles se sont démultipliées.

Dans ces petites Agences, la rémunération est en moyenne supérieure de 20 % à celle dans la fonction publique, et ces Agences continuent d’embaucher quand l’Etat dit vouloir faire des économies.

Bienvenue dans la saga des Agences de l’Etat Mafieux royaliste avec l’argent du peuple. Tour d’horizon de la fumisterie avec l’émission Capital.

.

Ce qui est notamment reproché à ces Agences, c’est leur train de vie très confortable…

Par exemple, l’Agence ACNUSA (Autorité de Contrôle des Nuisances Aéroportuaires) :

12 employés dans 300 m2 de bureaux qui se trouvent dans les quartiers chics de Paris.

Son président, un ancien magistrat de 66 ans, n’avait rien à voir avec les avions avant d’être nommé. Ce poste lui a permis de repousser son âge de départ à la retraite tout en touchant un salaire net de 8.000 € par mois, la plus belle rémunération de sa carrière !

Cet organisme a été créé en 1999 pour calmer les tensions des riverains autour des aéroports, organisme censé jouer les conciliateurs.

Les salariés ne semblent pas surchargés, et cet organisme ne sert qu’à émettre des recommandations, rarement suivies. Les associations de riverains témoignent pour montrer que l’ACNUSA ne sert strictement à rien, pour des rémunérations non négligeables !

Pour une inefficacité avérée, tout compris (frais de personnel et dépenses courantes), l’ACNUSA coûte 1,6 million d’€ par an.

L’ACNUSA inflige des amendes aux avions faisant trop de bruit (un avion qui a tourné trop tôt sur sa trajectoire…), amendes pouvant atteindre 40.000 €, pour un montant total annuel de 2,7 millions d’€ quand la DGAC, qui s’occupait de cela auparavant, faisait jusqu’à 5,7 millions d’€ de recette.

Là, on voit clairement le gaspillage ! Mais je remarque un autre point, hors sujet certes : l’Etat mise encore et toujours sur des amendes comme moyen de recettes !

Le paradoxe, évoqué par une salariée : l’ACNUSA ne dispose pas des informations de base nécessaires pour verbaliser les compagnies aériennes, informations détenues par la DGAC.

Une Agence censée être spécialisée et plus efficace que l’Administration, qui au final est moins compétente et tributaire de cette Admnistration !

LE PARFAIT EXEMPLE DU POURQUOI LA FRANCE COULE ET RUINE LES FRANCAIS !

L’Etat a du mal à faire réduire les dépenses des Agences malgré des fusions

L’Agence « Le défenseur des droits », gérée par Luc MACHARD :

dans ses bureaux, 150 juristes aident les français à se défendre contre l’Administration ou à faire valoir leurs droits quand ils estiment être victimes de discrimination.

A l’origine de cette Agence, 4 autres Agences : la HALDE, le médiateur de la république, la défenseure des enfants, et la commission nationale de déontologie de la sécurité.

Pour éviter les doublons et réduire les coûts, l’Etat a décidé de les fusionner en 2011. 4 ans plus tard, le résultat laisse pantois : le nombre de salariés est toujours le même, et les salaires ont explosé.

Il y avait de gros écarts entre les 4 Agences sur les rémunérations, pour le même travail, certains touchaient 27.000 bruts annuels quand d’autres touchaient 54.000 € bruts annuels. Luc MACHARD a donc décidé de rééquilibrer les rémunérations, et forcément à la hausse pour ceux d’en bas. Par exemple, ceux à 27.000 € sont passés à 34.000 €, une hausse de 26 % !

Coût de cette Agence pour les contribuables : plus de 27 millions d’€ par an.

Il est difficile pour l’Etat de fermer des Agences inutiles

Par exemple, le CNED qui coûte 140 millions d’€ par an à l’Etat avec un nombre d’élèves en chute libre.

Par exemple, le FNPCA – Fonds National de Promotion et de Communication de l’Artisanat => pour la promotion auprès des jeunes par des campagnes de communication. La Cour des Comptes lui reproche de ne pas toujours bien évaluer leur efficacité et propose sa suppression. Le FNPCA dépense environ 10 millions d’€ par an. Aujourd’hui, l’Agence est toujours en place, malgré le référé de la Cour des Comptes.

Par exemple, les haras nationaux => en 2008 , l’Etat s’en débarrasse car cela n’a plus lieu d’être et coûte 30 millions d’€ par an. Il y a 450 fonctionnaires concernés; Christian VANIER, le Directeur Gnéral, doit faire avec. Une entreprise privée aurait fait un plan social. Il a fallu reconvertir ces 450 personnes, très peu vers l’Etat car celui-ci n’embauche plus, donc la majorité vers le privé, avec un coût moyen de 60.000 € par personne entre les indemnités et le coût de la reconversion. Au jour du reportage, une fois les personnes parties soit sur la base du volontariat dans le privé soit à la retraite, il reste encore 200 personnes pour un coût de 13 millions d’€ annuel. Les harras nationaux sont obligés de continuer à rémunérer ces personnes, en leur créant des postes pour les « utiliser ».

Cela n’est bien sûr qu’un volet des multiples gaspillages de notre Etat Mafieux qui ne cesse de prospérer ! Ceci n’est pas une fiction mais bien la réalité.