Affaire BETTENCOURT le scandale WOERTH ?

Affaire BETTENCOURT le scandale WOERTH ?

Affaire BETTENCOURT le scandale WOERTH ?

Le « Eric aux mains sales? » a été relaxé dans l’affaire BETTENCOURT !

Je ne vois que 2 scénarios anarchozyques possibles :

Absence manque de preuves ?

Ou bien a-t-il tiré la carte Chance au Monopoly… ?

Finalement, la politique et toutes les affaires politico-pourries, ça ressemble à une partie de Monopoly, sauf que les dés sont pipés… non ?

Il y aurait bien un 3ème scénario anarchozyque possible mais cela relève une fois de plus de mon esprit tordu, éloigné de la réalité…

Monsieur WOERTH nous a-t-il fait un remake de l’excellent film Oscar brillamment interprété par Louis de Funès…?

Au final, se serait-il fait duper et serait-il finalement parti avec la valise de linge sale du RoiDesCorrompus SARKOZY ?

Ah mais non, suis-je bien bête !!!! Ce dernier l’a enterrée au fond du jardin avec l’UMP !

Doublement bien bête !!!! Une telle cargaison de linge sale, ça ne rentre pas dans une valise ! Peut-être dans un porte-container, et encore…

L’Affaire BETTENCOURT a démarré en 2007,
on n’est jamais qu’en 2015 !

Affaire BETTENCOURT le scandale WOERTH ?

Le scandale WOERTH avant la dernière audience ?

C’est comme ça que je voyais et que je vois encore aujourd’hui ce volet de l’affaire BETTENCOURT, avec cette histoire d’argent liquide qui aurait été remis à Eric WOERTH d’après les propos du témoin Claire THIBOUT car beaucoup de facteurs chronologiques et humains ont de drôles de concordances.

L’ex-comptable a maintenu intégralement ses accusations : Patrice DE MAISTRE lui a demandé de retirer 150.000 € destinés à l’ex-ministre Eric WOERTH; elle confirme ne lui avoir donné que 50.000 €, faute de pouvoir effectuer un retrait plus important à la banque.

Oui, Patrice DE MAISTRE lui a réclamé 150.000 €, et quand elle lui demanda pourquoi, il lui répondit:

« C’est pour remettre à Eric WOERTH, je dois le voir, c’est pour la campagne de Nicolas SARKOZY » .

Selon elle, l’argent a ensuite été remis, le 18 janvier, dans une enveloppe à Liliane BETTENCOURT, qui l’a remise à son tour à Patrice DE MAISTRE, lors d’un rendez-vous des trois protagonistes chez sa patronne.

« Quelques jours plus tard, Patrice DE MAISTRE m’a dit (…): +Ca sert d’avoir des comptes en Suisse+. J’ai compris qu’il avait récupéré le reste en Suisse », a poursuivi l’ex-comptable. « Il m’a dit cela, je ne l’ai pas inventé. Je m’en rappelle comme si c’était hier », a-t-elle souligné.

Le président du tribunal correctionnel quant à lui a précisé « Il y a une chronologie étonnante, une proximité de dates avec des remises d’argent… », relevant une coïncidence entre sorties de liquidités, remises de fond et rendez-vous, entre les 17, 18 et 19 janvier 2007.

Eric WOERTH, en début de procès avait déjà évoqué des contributions financières, en toute transparence et légalité, de Patrice DE MAISTRE à sa propre campagne, et à celle de Nicolas SARKOZY.

Une question me brûle la vulve… qu’attend donc en retour un généreux bienfaiteur ou donateur …? un retour sur investissement ?

Mais Eric WOERTH a sorti l’arme imparable

« La preuve est impossible, la preuve est totalement impossible »,

a convenu M. WOERTH, à la fois calme et volubile.

Souvenez-vous bien de cette plaidoirie, elle vous sera utile le jour ou vous irez sauver les points de votre permis de conduire devant cette Justice pourrie parce qu’un mystérieux conducteur non-identifiable aura été flashé avec votre véhicule…

.

Dans un autre volet de la tentaculaire affaire BETTENCOURT, pour trafic d’influence cette fois, DE MAISTRE et WOERTH seront jugés du 23 au 25 mars à Bordeaux. Le premier est soupçonné d’avoir reçu la Légion d’honneur en échange d’un poste accordé à l’épouse de M. WOERTH.

Le scandale WOERTH lors du dernier jour d’audience ?

Lors de l’audience de ce mardi 10 février 2015 dans le procès BETTENCOURT, inversion des rôles ?

L’ancienne comptable Claire THIBOUT a été entendue durant quatre heures avec le statut de témoin mais avec la dureté qu’on réserve ordinairement aux prévenus,

alors que l’ancien ministre Éric WOERTH a lui été interrogé comme prévenu mais durant trois fois moins de temps et avec le ton courtois et tranquille réservé en général aux témoins de second rang.

Ca ne choque personne ? Moi ça me fout en rogne ! c’est sûr que ce n’est pas le genre d’information qu’on verra passer dans les médias à la botte des politiciens.

Nicolas SARKOZY s’en était sorti aussi pour insuffisance de preuves !

Les juges d’instruction chargés du dossier BETTENCOURT ont délivré un non-lieu à Nicolas SARKOZY le lundi 7 octobre 2013 dans le volet abus de faiblesse. Hé oui l’homme qui murmure à l’oreille des juges

« En décidant d’un non-lieu, la justice vient de me déclarer innocent dans le dossier BETTENCOURT » s’était aussitôt félicité ce dernier sur Facebook.

Précisions sur cette dernière vérité à demi-vraie

En réalité, les magistrats estimaient ne pas avoir réuni suffisamment de preuves contre lui pour justifier un renvoi, et le cas échéant une condamnation, devant un tribunal correctionnel. En effet, au terme de leur instruction, les juges avaient réuni un certain nombre d’éléments à son encontre, qu’ils détaillent dans leur ordonnance de renvoi.

Selon eux, le FouDuRoi SARKOZY avait bien « connaissance de l’état de vulnérabilité particulièrement apparent de Mme BETTENCOURT », première condition pour un renvoi en correctionnel pour abus de faiblesse sur la milliardaire.

Ensuite, l’ex-président avait menti sur ses visites chez les BETTENCOURT : « Il s’est présenté au domicile d’André et Liliane BETTENCOURT deux fois » en 2007, les 10 et 24 février, et non une fois comme il l’a prétendu – c’est ce qui ressort des interrogatoires du personnel de maison des BETTENCOURT.

Enfin les juges avaient acquis la certitude que ces visites étaient intéressées, en se basant sur leur concomitance avec les rapatriements d’argent depuis la Suisse et les rendez-vous de Patrice DE MAISTRE avec Eric WOERTH.

Dernières infos rajoutées – là aucun doute, notre BERLUSCONI français a vraiment le cul sale

Mais il ose revenir en grandes pompes et en profite même pour voler la République au peuple ouvertement et en toute impunité  (soyons beaux joueurs, pour une fois ce n’est pas financièrement 🙂 ) !

Extraits de l’article du blog Démocratie réelle nîmes (lien en bas de mon article) :

« Il résulte de l’information que la situation de faiblesse apparente de Liliane BETTENCOURT était parfaitement connue de Nicolas SARKOZY, lorsque celui-ci s’est présenté à deux reprises à son domicile les 10 et 24 février 2007 ».
« Il existe également des charges suffisantes à l’encontre de Nicolas SARKOZY d’avoir le 24 février 2007 sollicité un soutien financier illégal d’André et Liliane BETTENCOURT de nature à entraîner pour eux des conséquences gravement préjudiciables ».
« En revanche, il n’est pas démontré de lien direct entre ce comportement abusif de Nicolas SARKOZY et l’acte préjudiciable consenti par Liliane Bettencourt de mises à dispositions d’espèces ».

Pour ce qui est de Nicolas SARKOZY lui-même, les faits, aussi, sont là. Il y a, pour commencer, cette mention à la date du 26 avril 2007 dans les carnets personnels du dandy François-Marie BANIER, confident de Liliane BETTENCOURT, à qui il attribue cette phrase : « DE MAISTRE m’a dit que SARKOZY avait encore demandé de l’argent. J’ai dit oui ». Or, le même jour, à 18 heures, un coursier apportait 400.000 euros en espèces au domicile de Mme BETTENCOURT
Un chauffeur des BETTENCOURT, Dominique GAUTIER, a également rapporté sur procès-verbal ce que lui avait raconté la meilleure amie de Liliane BETTENCOURT, qui s’était confiée à elle : « Elle lui avait dit que Nicolas SARKOZY était venu les voir, elle et son mari, pour “leur demander des sous” », écrivent les juges. Le témoignage du chauffeur vient « incontestablement donner du poids à la mention portée sur l’agenda de François-Marie BANIER à la date du 26 avril 2007 », poursuivent les magistrats.

C’est à partir de ces éléments qu’une guerre d’agendas a eu lieu entre les magistrats et l’ancien président français. Est-il venu une seule fois chez les BETTENCOURT début 2007, comme Nicolas SARKOZY le prétend, ou deux fois, comme le pensent les juges ? Sur ce point, les attendus de leur ordonnance sont accablants. On y lit que « les affirmations de Nicolas SARKOZY sont totalement démenties par les déclarations concordantes des membres du personnel de Liliane BETTENCOURT ».
Les juges parlent aussi des « affirmations peu crédibles » de l’ancien chef de l’Etat, arrivant donc à la conclusion que Nicolas SARKOZY s’est bien rendu deux fois chez les BETTENCOURT, les 10 et 24 février 2007, en pleine campagne présidentielle. Et c’est à l’occasion de la visite du 24 février, jamais admise par Nicolas SARKOZY mais établie par l’enquête judiciaire, que le candidat serait venu réclamer de l’argent aux époux BETTENCOURT, écrivent les juges.

Question à Monsieur SARKOZY

Si vous étiez blanc comme neige (qui fond au soleil) dans cette affaire, pouvez-vous expliquer au peuple pourquoi vous avez auriez peut-être (soyons prudent l’affaire des écoutes n’est pas encore statuée) cherché à faire intervenir le juge AZIBERT pour être informé de l’avancement de la procédure  dans l’affaire BETTENCOURT ?

La morale de cette histoire (totalement immorale je vous l’accorde) :

on peut être fortement soupçonné d’avoir commis des faits, on peut même les avoir commis, mais sans preuves reconnues par la loi (et qui fait les lois dans notre pays ?), on peut crier haut et fort qu’on est innocent !

à bon entendeur…

Parmi les médias qui ont fait un beau travail sur ce dossier

Ane Debout blog : Aux innocents les mains sales

Démocratie réelle nîmes blog : Affaire Bettencourt – l’aveu de faiblesse

France 3 : Procès Bettencourt – Eric Woerth aurait-il reçu 150 000 euros de Patrice de Maistre ?

L’obs : Affaire Bettencourt – Sarkozy, un non-lieu des juges « à regret » ?

L’obs : Procès Bettencourt – Eric Woerth sauvé des eaux

La Dépêche : Procès Bettencourt – Claire Thibout maintient ses accusations, Eric Woerth dément

Le Figaro : Affaire des écoutes – Nicolas Sarkozy mis en examen

Le Monde : Bettencourt – Eric Woerth et les coïncidences

Les Echos : Affaire Bettencourt – Woerth relaxé, Banier et de Maistre condamnés

Médiapart : Procès Bettencourt – Eric Woerth épargné