[Les Institutions de l’Etat][Les cumulards][Corruption et scandales à la française]

[Les compteurs de la honte] – [Les trophées des actes anarchozytoyens]

Logo_Page_LesCouillusDenoncent_250x250

Anarchozy met à l’honneur les COUILLUS

Les COUILLUS, ce sont ceux qui n’acceptent pas l’immobilisme et l’inaction face à tous les spoliateurs de la république qui assèchent la France et font payer la note au peuple.

Les COUILLUS ce sont ceux qui osent dénoncer les abus et les frasques de nos chers élus, qui osent dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas, qui redonnent du sens à la réalité des faits.

Les COUILLUS ce sont ces investigateurs qui osent aller au bout des choses, passent outre les menaces, prennent des risques, marchent en dehors des sentiers battus

pour nous apporter des informations vraies, réelles, en opposition avec la MATRICE qu’on nous met devant les yeux pour nous montrer un monde de bisounours où tout le monde il est beau tout le monde il est gentil, où tout ce qu’on consomme, tout ce qui nous entoure serait bon pour notre santé, un monde où politiciens, lobbies et financiers oeuvreraient de concert uniquement pour notre bien-être…

–   LES PARTIS POLITIQUES   –

PODEMOS

Claro que PODEMOS ! Eradiquons les morpions !

A quand un PODEMOS à la française

pour dégager tous les morpions qui s’accrochent aux couilles de la République et remettre la tuyauterie dans le bon sens ?

–   LES PERSONNES   –

Stéphane GUILLON, le couillu d’OR

Remercié pour son trop franc-parler…Merci qui ? le fou du roi SARKOZY ?

Stéphane GUILLON est un humoriste et acteur français, et talentueux chroniqueur à la plume acérée, probablement trop talentueux au goût des politiciens véreux ?

À partir de janvier 2008, il tient une chronique intitulée « L’humeur de… » à 7h55 du lundi au mercredi dans Le Six trente dix sur France Inter. Après un certain nombre de polémiques, cette chronique est supprimée par Jean-Luc Hees à l’été 2010.

Le 17 février 2009, DSK le Don Juan, directeur général du FMI, est la cible de Stéphane GUILLON dans sa chronique matinale sur France Inter. Avant de commencer son entrevue qui suit la chronique, DSK déclare avoir peu apprécié ses commentaires, ce qui déclenche un nombre record de connexions à la vidéo de la chronique.

Le fou du roi SARKOZY en place sur le trône dénonce alors l’humour méchant de Stéphane GUILLON. De là à vouloir sa tête ? Non il n’est pas comme ça le fou du roi ! 🙂

Le 2 mars 2009, Stéphane GUILLON est l’invité de l’émission Mots croisés sur France 2 pour débattre de l’humour et de ses limites et revenir sur l’épisode DSK. Le 6 mars 2009, il participe à l’émission Arrêt sur images sur le thème « Les humoristes sont des journalistes de complément » avec Didier PORTE. Les deux humoristes y dénoncent une différence de traitement de l’humour entre les radios privées et publiques, et voient en l’attaque Del Presidente une manière d’atteindre Jean-Paul CLUZEL, alors directeur de Radio France.

Cette chronique sur DSK et ses conséquences ont eu un large retentissement, certains organes de presse non francophones ayant même repris l’information.

Stéphane GUILLON a plusieurs fois épinglé Philippe VAL, directeur de France Inter depuis l’été 2009, et Jean-Luc HEES, président de Radio France nommé par SARKOZY durant l’été 2009, les accusant de mettre l’humour à l’index lorsqu’il touche les puissants, en particulier les hommes politiques. Il a notamment demandé à Philippe VAL de préciser quelle devait être la limite de l’humour si l’on commençait à vouloir le restreindre.

Il a pris position sur les conséquences d’une chronique de Didier PORTE sur France Inter, rappelé à l’ordre après avoir fait dire à Dominique DE VILLEPIN, dans un billet d’humour au ton grossier, qu’il sodomisait le président de la République par la pensée.

Quelques jours plus tard, Jean-Luc HEES annonçait que Stéphane GUILLON et Didier PORTE ne seraient pas reconduits à la rentrée 2010, éviction commentée le matin même par Stéphane GUILLON dans sa dernière chronique, dans laquelle il déplore la liquidation totale des humoristes et les pratiques actuellement en cours à France Inter, dont il revisite le slogan « France Inter : écoutez l’indifférence ! ». Il rajoute : « France Inter est une radio de gauche qui se comporte comme la pire entreprise de droite ».

De nombreuses personnalités politiques ou du monde de la radio ont réagi principalement pour dénoncer la perte d’indépendance de Radio France et en particulier de France Inter. Une lettre ouverte était diffusée à destination des auditeurs de la radio, dans laquelle le personnel de France Inter se disait sous le choc rappellant son attachement indéfectible à la liberté de ton, l’impertinence, l’exigence et la différence. Une pétition a été lancée par des auditeurs et des salariés de Radio France, réunissant plus de 85.000 signatures. Le 1er juillet, environ 2.000 personnes se sont rassemblées devant la Maison de la Radio, siège de Radio France, pour manifester leur soutien à Stéphane GUILLON et Didier PORTE et demander leur réintégration.

Le 28 janvier 2011, France Inter était condamné par le conseil de prud’hommes de Paris à verser à Stéphane GUILLON 212.000 € de dommages et intérêts pour licenciement abusif. La cour d’appel de Paris a confirmé cette décision en janvier 2013, ajoutant à la décision précédente 23.000 € au titre du préjudice moral.

Voilà un couillu comme je les aime, il n’a rien lâché jusqu’au bout contre ce complot d’Etat ?

Je mets quelques vidéos fabuleuses de Stéphane GUILLON mais d’autres sont tout autant excellentes, Chapeau l’Artiste !

La dernière de Guillon
sur France Inter

Le reigne
Sarko

Panique à l’Elysée
ou la grande tragédie

Guillon rêve : Sarkozy
victime d’un crash aérien

Stéphane Guillon
ridiculise Sarkozy

La plume
de Sarkozy

Articles anarchozyques faisant référence à Stéphane GUILLON

Page non officielle sur Nicolas SARKOZY

Page non officielle sur l’UMP

Liens pertinents sur Stéphane GUILLON

Elise LUCET, une femme qui a des couilles ! 🙂

Extraits d’interviews d’Elise LUCET (Le Figaro, Le Jdd) :

Je ne me sens pas du tout militante. Je suis journaliste. J’ai envie de bien faire un travail d’investigation: informer le public, y compris sur des sujets qui grattent, font mal, dérangent. Si ensuite des gens s’en servent pour militer, grand bien leur fasse. On leur donne avec grand plaisir toutes ces informations.

Tous ces gens, qu’on va surprendre dans un déjeuner en ville ou à une conférence, on leur a fait 25 demandes d’interviews au préalable. Je pense profondément qu’on se doit d’aller au bout pour interpeller ces responsables, qui doivent assumer les bonnes nouvelles comme les mauvaises. Quand on a autant de mois d’enquête, de documents souvent exclusifs, on ne va pas s’arrêter au « non » d’un attaché de presse. A ceux à qui on demande des interviews, je leur conseille de nous les accorder. Ce serait beaucoup plus simple et il y aurait beaucoup moins de scènes avec des mains sur la camera ou des gens mécontents.

Le seul message que j’ai à renvoyer aux téléspectateurs -et aux grands patrons- c’est : « faites-nous confiance, on continue à travailler! »

Je fais énormément confiance au pouvoir des citoyens, des consommateurs. On n’est pas des chevaliers de l’info, on veut juste donner à la connaissance des téléspectateurs un tas d’informations cachées parce que ces grands groupes n’ont pas intérêt à ce que les consommateurs le sachent. Après, à chacun de s’en emparer comme il le souhaite. Il y a des gens qui vont monter des associations, d’autres qui après des émissions ont décidé de porter plainte, il y a des appels au boycott de telle marque…. Quant aux patrons, pendant des décennies, ils ont fait ce qu’ils voulaient, cachés derrière leur service de communication. Aujourd’hui il y a plusieurs médias qui surveillent leurs activités. Ils commencent à en être conscients et à se dire que ça peut leur coûter cher vis à vis des consommateurs.

Les aventures d’Elise LUCET…

Lors du Conseil d’Administration de SANOFI, Elise LUCET s’adresse au PDG Christopher VIEHBACHER :

Les actionnaires vont valider aujourd’hui votre rémunération. Avec 8.648.326 €, vous êtes le patron le mieux payé de France. Votre augmentation sur un an est de plus de 15%. Vous gagnez 508 fois le smic par an. Dans le même temps, les résultats de Sanofi baissent. Il y a des milliers de suppressions de postes ces dernières années, depuis votre arrivée. Est-ce que votre rémunération de plus de huit millions d’€, ce n’est pas trop au vu de ces résultats et aussi du contexte actuel? Est-ce que ça n’est pas déplacé?
Bien évidemment, cet imposteur incompétent n’a même pas le courage et la décence de répondre, c’est le président du Conseil d’Administration qui répond à sa place dans une bien piètre prestation.

« Je suis une femme redoutée »

Le PDG des Pages Jaunes

Elise LUCET cash investigatrice

Nos chers élus « lobbyisés » 

Au CA de Sanofi

Le patron de Huawei France

Articles anarchozyques faisant référence à Elise LUCET

Bonus polémique de 4 millions d’euros chez Sanofi

Loi MACRON 49-3 déni de Démocratie

Liens pertinents sur Elise LUCET

Hervé FALCIANI lanceur d’alerte

Hervé FALCIANI est un lanceur d’alerte sur l’évasion fiscale d’ampleur internationale orchestrée par la banque HSBC.

Il est décrié, critiqué, attaqué sur son but premier quant à ses motivations pour fournir ces listings d’évadés fiscaux.

Pour ma part, je le considère comme un vrai COUILLU, peu m’importe ses raisons premières. Je ne le considère pas comme un dénonciateur au sens péjoratif du terme comme sous le temps du gouvernement de Vichy et de la gestapo.

Bien au contraire, là, le but est de dénoncer des fraudeurs fiscaux,

dont des personnes très très fortunées,

y compris de grands groupes industriels ou financiers qui sous-paient et / ou licencient des travailleurs à la pelle et grattent encore plus de pognon et ne participent pas à l’effort collectif alors qu’ils perçoivent déjà des milliards d’aide publique sur le dos des contribuables,

y compris les patrons de ces mêmes grands groupes, pour pouvoir satisfaire encore plus leurs trains de vie exorbitants,

y compris une partie de nos chers élus véreux qui nous taxent encore et toujours plus mais qui décident par ce biais de s’exonérer de l’effort collectif, non rassasiés financièrement de leurs gaspillages, leurs corruptions, leurs détournements de fonds publics, leurs cumuls de mandats, leurs rémunérations de conjoints et enfants…

L’évasion fiscale est estimée entre 60 et 80 milliards d’€ en France ! Si tout cet argent pouvait être récupéré, il n’y aurait plus de déficit ni de la sécurité sociale, ni des caisses de retraites… on pourrait payer dignement les travailleurs, arrêter l’hémorragie des plans sociaux…

Alors moi je dis bravo à Hervé FALCIANI. Il faudrait une multitude d’Hervé FALCIANI, on devrait tous être des Hervé FALCIANI.

Ca ne me choquerait pas qu’on rémunère, qu’on commissionne les lanceurs d’alerte au pourcentage récupéré par le fisc. Aux Etats-Unis, il y a bien des chasseurs de prime et ça ne choque personne, là ce serait exactement pareil mais concernant les escrocs financiers. Ca permettrait de recadrer tous ces friqués qui veulent gagner sur tous les tableaux une fois de plus au détriment du peuple.

Même si je peux un peu comprendre certains évadés fiscaux quand on voit les gaspillages en tous genres et le train de vie de l’Etat et des politicards sur le dos des contribuables.

.

En vue des élections législatives de 2015 en Espagne, Hervé FALCIANI a été sollicité / recruté par la formation anti-austérité PODEMOS pour l’aider / la conseiller rédaction des propositions sur la lutte contre la fraude et l’évasion fiscales qui figuraient dans son programme.

Bourdin Direct
Hervé Falciani

« Hervé Falciani
est un homme courageux »

Je veux que
la lumière éclate !

Articles anarchozyques faisant référence à Hervé FALCIANI

SwissLeaks HSBC le casse du siècle à 180 milliards

Liens pertinents sur Hervé FALCIANI

Antoine PEILLON sur les 600 milliards qui manquent à la France

Page_LesCouillus_LivresAntoinePeillon_541x404

600 milliards d’euros : c’est la somme astronomique qui se cache depuis des décennies dans les paradis fiscaux, soit près de 10% du patrimoine des Français.

Comment cette évasion fiscale massive a-t-elle été rendue possible ? Et pourquoi l’évasion de ce patrimoine fait-elle l’objet d’une telle omerta judiciaire, alors que les institutions de contrôle, la police, la justice, la douane, les services de renseignements, etc. en possèdent l’essentiel des preuves ? Quand on connaît la situation des comptes publics de la France, la question mérite d’être posée…

Faites revenir en France les centaines de milliards qui ont échappé au fisc ces 30 dernières années après avoir quitté le pays en douce… et, d’un coup d’éponge, vous avez le pouvoir d’effacer une grosse partie de la dette française ; « plus du tiers », prétendent certains analystes. Pendant une année seulement, empêchez les évadés fiscaux, les fraudeurs, les adeptes de la défiscalisation ou du travail au noir de se soustraire à l’impôt… et vous obtenez de quoi combler le déficit public !

La confiance de nos concitoyens dans leurs institutions ne saurait être restaurée tant que perdurera dans notre pays une justice à deux vitesses. Celle des délinquants de droit commun, assurés pour un vol avec récidive de finir derrière les barreaux. Et celle des nantis et des grandes entreprises qui, quand ils volent la collectivité – car la fraude fiscale n’est rien moins que cela -, jouissent d’un traitement d’exception. Est-ce tolérable que les grosses fortunes négocient leurs impôts (selon Henri Guaino) ?

La corruption, ce mal qui menace de mettre à bas l’édifice de l’Etat et la société tout entière, n’est pas fatale. Elle est le fruit de l’institution du marché, s’est accrue avec le développement des échanges et triomphe à l’heure du règne de l’argent-roi. Comment l’enrayer ? Par l’action politique et la sanction judiciaire, d’un côté, par la prise de conscience que la décadence de notre République se nourrit de la banalité des conflits d’intérêts et des petits arrangements de chacun avec la morale civique.

Articles anarchozyques faisant référence à Antoine PEILLON

Crise et dette

Liens pertinents sur Antoine PEILLON

Yvan STEFANOVITCH sur les spoliateurs de la république

Page_LesCouillus_LivresYvanStefanovitch_922x438

Yvan STEFANOVITCH est un journaliste français et un auteur de livres politiques. Il s’est spécialisé dans les enquêtes sur les gaspillages faits sur le dos du contribuable. Il est l’auteur d une dizaine d ouvrages, dont « Le Sénat, Enquête sur les super privilégiés de la République », « Aux frais de la princesse » et « La Caste des 500 ».

Aux frais de la princesse : Enquête sur les privilégiés de la République – 2007

Héritiers de privilèges d’un autre âge, ils occupent, aux frais de la princesse, des adresses de rêve, cumulent salaires, primes et indemnités, vivent aux crochets d’un État, certes républicain, mais d’essence monarchique, voire féodale. Qui sont ces nantis ? Au nom de quoi bénéficient-ils de cet art de vivre si centralisation du pouvoir contribue-t-elle à réunir dans les mains d’une seule personne les clés de 6 000 postes de dirigeants des ministères, des grands services publics ou des sociétés nationalisées ? Impossible de comprendre la France d’aujourd’hui et les enjeux des réformes qui s’imposent, sans lever le voile sur les avantages attachés au statut des grands corps de l’État et de 15 000 hauts fonctionnaires qui constituent le vivier des grands commis de la République, sans se référer au contexte historique dans lequel s’inscrivent ces faveurs.

Le Sénat : Enquête sur les superprivilégiés de la République – 2008

A quoi sert le Sénat, institution deux fois centenaire qui nous coûte chaque année plus de 300 millions d’euros? D’abord à financer les privilèges (plus de 4 000 euros mensuels de retraite pour 15 ans de cotisation) et les rémunérations royales (11 540 euros net par mois) des derniers princes de la République, nos 331 sénateurs. Et aussi à entretenir les 1 260 fonctionnaires les mieux rémunérés de l’Hexagone (de 2 300 à 20 000 euros net mensuels), qui font la semaine de 32 heures et ont presque 4 mois de vacances. Luxe, calme et volupté… Et, dans l’esprit de beaucoup, de Jospin à Sarkozy, ces super-privilèges n’ont pas la moindre justification, car, selon eux, cette deuxième Chambre ne sert à rien. La réalité est édifiante: un petit tiers des sénateurs travaille, un gros tiers vient de temps en temps à Paris et les autres appartiennent à la famille des rois fainéants. Un royaume hors du monde et du temps ? Pas tout à fait. Car nos sénateurs, qu’ils soient de droite ou de gauche, sont assidûment courtisés par des lobbies de tout poil. Des marchands d’armes aux semenciers, chacun connaît la capacité de ces édiles à peser sur la diplomatie française ou à modifier un texte de loi. Cela justifie bien des « voyages d’études », tous frais payés, quelquefois au bord d’un lagon lointain… D’autres ténors politiques, en revanche, continuent à considérer la Chambre haute comme un précieux garde-fou contre les dérives des gouvernements et l’obéissance servile de l’Assemblée nationale. Robert Colonna d’Istria et Yvan Stefanovitch ont mené une enquête pointilleuse qui révèle les petits et grands secrets de l’institution Sénat. Ils racontent, avec beaucoup de brio, les splendeurs et les misères de notre Chambre « haute « . Et recensent les quinze réformes évidentes à mettre facilement en œuvre pour que les sénateurs ne soient plus des superprivilégiés.

La caste des 500 , Enquête sur les princes de la République – 2010

La politique est leur métier. Leur unique métier. Parlementaires de droite ou de gauche, ils forment une caste de nouveaux féodaux qui détiennent dans leur fief des pouvoirs quasi monarchiques et cumulent d’incroyables privilèges. Condamnés à séduire, ces élus professionnels dont tous les frais (voitures, secrétariat, etc.) sont pris en charge, empochent en outre chaque mois en tant que ministres, sénateurs, députés, eurodéputés, anciens chefs d’Etat ou ex-Premiers ministres des indemnités brutes comprises entre 15 000 et 31 000 euros.
S’appuyant souvent sur le témoignage des intéressés eux-mêmes, cette enquête dénonce le vrai prix de la démocratie de représentation. Elle met au jour les abus et les dérives, démasque le secret des dynasties de notables et des couples politiques dont l’un va parfois jusqu’à sacrifier ses propres ambitions à la réussite du conjoint ou de la conjointe. Elle révèle le profil des « traîtres », transfuges d’un bord politique à l’autre. Elle s’emploie à démontrer les effets pervers du cumul des mandats, bête noire de la vie politique depuis plus de trois décennies.
Le record d’abstention – 59,5 % – aux élections européennes est l’un des symptômes les plus visibles de la désaffection croissante des Français à l’égard de leur classe politique. Les causes en sont multiples, de la confusion des idéologies à l’explosion d’Internet en passant par la peopolisation. Cette enquête cible en priorité une race de professionnels aguerris qui mène grand train et, garante du système, en exploite tous les avantages.

L’empire de l’eau : Suez, Bouygues et Vivendi Argent, politique et goût du secret – 2005

Goutte d’eau, gouttes d’or ? Lorsque vous payez votre facture d’eau, serait-il possible que vous contribuiez ainsi à alimenter les fonds des grands partis politiques français ? Tel est le fruit du mariage, depuis un siècle et demi, entre des élus et trois groupes privés : Bouygues, Vivendi (rebaptisé Veolia) et Suez-Lyonnaise des eaux. Dans la corbeille, l’État a déposé des pans entiers du service public : eau, électricité, traitement des ordures, chauffage urbain, téléphone mobile, télévision et, suprême récompense, le BTP. D’anciens hauts fonctionnaires sont alors placés aux commandes de ces entreprises. L’empire de l’Eau raconte par le menu ces relations étroites, de Napoléon III jusqu’à Delanoë, en passant par Santini, Hue, Mitterrand, Carignon et Chirac, au fil d’une diagonale droite-gauche parfaitement œcuménique. Mais, aujourd’hui, rien ne va plus. Les bénéfices stagnent et les consommateurs se rebiffent. Des élus, dont Laurent Fabius ou Henri Emmanuelli, osent demander des comptes aux trois  » majors  » et se prononcent en faveur d’une gestion municipale de l’eau, bien moins chère et plus transparente. Depuis cinq ans, les rois de l’eau ont ainsi perdu les contrats de Grenoble, Cherbourg, Bastia et de la plupart des communes landaises au profit de régies municipales. Résultat : Bouygues sort de

l’eau, Suez parie sur l’électricité et Veolia sur la Chine. Quand de récents procès mettent en lumière l’implication de ces entreprises dans les affaires d’emplois fictifs du RPR, de marchés truqués en Ile-de-France, de fausses factures sur les HLM de Paris, le lecteur trouvera légitime et civique de s’intéresser avec l’auteur au commerce de l’eau. Un minutieux travail d’historien et une investigation méthodique se conjuguent pour donner à ce document la dimension et la force d’une véritable saga.

Les Profiteurs du développement durable – 2011

Grenelle I et II, ce devait être le rendez-vous des consciences pour sauver la planète… C’est surtout devenu un super Monopoly pour une dizaine d’acteurs du CAC 40. D’EDF à Areva, en passant par GDF-Suez, Total, Veolia, Alstom, Schneider Electric, Bouygues, Lafarge et Saint-Gobain, les grands groupes de l’électronucléaire et des services se sont tous reconvertis en acteurs vertueux de l’écologie pour gagner davantage d’argent en essorant toujours plus l’unique payeur : l’abonné, quand ce n’est pas le contribuable, ce qui revient au même. Curieusement, jamais, ni l’Etat, ni ces puissantes multinationales n’ont entrepris d’aider financièrement les PME vertes françaises. Ainsi, le lobby nucléaire a laissé mourir les deux leaders mondiaux français dans le solaire et l’éolien. Résultat : l’industrie du renouvelable n’emploie aujourd’hui guère plus de 26.000 salariés dans l’hexagone, soit dix fois moins qu’en Allemagne ! Nos éoliennes sont danoises ou allemandes, nos centrales et toitures solaires chinoises. Et le nucléaire français (87% de notre électricité) règne toujours sans partage… A l’heure de Fukushima, Yvan Stefanovitch nous révèle les abus, travers et fraudes de ces profiteurs du développement durable qui en sont aussi les discrets adversaires.

Défense française, le devoir d’inventaire – 2013

Quatre mille soldats français ont été envoyés au Mali et en Afghanistan. Aucun en Libye, où une soixantaine d avions et d hélicoptères tricolores ont suffi pour faire le job. Les Opérations extérieures n’ont jamais mobilisé à l année plus de 30 000 hommes en prenant en compte les relèves. À quoi peuvent dès lors servir les 73 300 guerriers de l’Armée de terre ?
La France continue d’entretenir 265 000 militaires (mal équipés), des colonnes de chars lourds, des nuées d’aéronefs et 200 000 tonnes de bateaux de guerre. Pur gaspillage : nous avons développé pour 7 milliards d’euros (le prix de 35 hôpitaux) un nouveau char lourd après la chute de l’URSS, qui a rendu obsolète ce type de matériel. Nos excellents sous-marins et missiles nucléaires sont remplacés et modernisés deux fois plus vite que leurs homologues américains. Et la cinquantaine d avions de la composante aérienne de la dissuasion reste clouée au sol, faute d avions ravitailleurs en nombre suffisant.
Nous pourrions pourtant nous contenter d’une force de projection, d’une dissuasion minimale, si l on y tient. Le budget de la Défense économiserait ainsi 10 milliards d’euros par an, sans mettre en danger la sécurité du pays.
Mais, si soldats et civils dépendant de la Défense nous coûtent fort cher, leurs bulletins de vote rappellent au politique qu’ils représentent 460 000 emplois ! Si encore on parvenait à rentabiliser ces dépenses en exportant… Mais même pas ! L’exemple du Rafale est, à ce titre, éloquent.
Au final, une enquête passionnante et très documentée menée par un journaliste d investigation réputé, sur un sujet d actualité.

Régions : le grand gaspi – 2010

La mégalomanie et les caprices des élus, les sièges d’administration pharaoniques, les politiques de communication ruineuses : c’est la partie visible de la gabegie des vingt-six conseils régionaux. Chaque année, 10 pour cent de leur budget, soit presque 3 milliards d’euros, sortent pour rien de la poche du contribuable. En examinant les grands postes de dépense de ces conseils (transports ferroviaires, entretien des lycées et formation professionnelle), les auteurs ont voulu savoir, à l’heure des élections régionales de mars 2010, si les habitants de ces régions en avaient pour leur argent. Diagnostic : le gaspillage est colossal, qu’il s’agisse par exemple du ramassage des ordures ménagères, de la réalisation de tramways les plus chers du monde – au détriment des réseaux de métro en souffrance – ou de la mise en circulation de nombre de TER qui pourraient être remplacés à bien meilleur coût par des autobus fréquents et rapides. La cause principale de ce grand  » gaspi  » ? L’organisation actuelle des institutions qui, entre  » mille-feuille  » administratif et esprit jacobin, est à l’origine de déperditions considérables.

Bertrand le Magnifique : Enquête au coeur du système Delanoë – 2008

L’Elysée ? Il y pense depuis 1998. La succession de François Hollande ? L’implosion du PS le place en rival n°1 de Ségolène Royal pour devenir le patron de la gauche. Favori des municipales parisiennes de mars 2008, le maire Bertrand le Magnifique a pourtant un bilan contrasté. Certes, il a liquidé l’héritage chiraquien, ses gaspillages et ses passe-droits. Mais, l’aspirant homme d’Etat y a peut-être perdu son étiquette d’homme de gauche et sa générosité. Nombre de géants du CAC-40 ne regrettent ni Jacques Chirac, ni Jean Tibéri, eux qui n’ont jamais autant travaillé à Paris ! Quant aux opérations Paris-Plage, la Nuit blanche et Vélib’, elles cachent bien des mystères… Sa promesse, tenue, de ne pas augmenter les impôts locaux n’a pas permis de garantir la qualité du service public offert aux Parisiens. Et de réorganisations en privatisations, ce n’est pas le grand amour entre celui qui se définit comme un super-manager et les quelque 45 000 agents titulaires et leurs syndicats, qui en arrivent à regretter ses prédécesseurs. Voici raconté, pour la première fois, le roman vrai du monarque Delanoë dans son bunker de l’Hôtel de Ville, au milieu de secrets jalousement gardés, de terribles colères, de querelles mortelles avec les Verts et de haines tranquilles entre socialistes.

Sénateurs
Les hyper-privilégiés

Défense Française
le devoir d’inventaire

L’inéligibilité à vie
des élus condamnés

Articles anarchozyques faisant référence à Yvan STEFANOVITCH

Crise et Dette

Page non officielle sur le Sénat

Liens pertinents sur Yvan STEFANOVITCH

Gérard DAVET et Fabrice LHOMME notamment sur le fou du roi

Page_SarkozyNicolas_LivresSarkozy_

Fabrice LHOMME :

…en 2000, il est embauché par le journal Le Monde, spécialiste dans les affaires politico-financières. Il révèle notamment la cassette MERY (les confessions posthumes de l’ancien financier occulte du RPR).

…En 2006, il est nommé rédacteur en chef adjoint à L’Equipe Magazine, en charge de l’investigation. Il publie des enquêtes sur les transferts suspects du PSG ou l’ombre du milieu sur l’OM.

…En janvier 2008, il participe au lancement du site d’information Mediapart, pour lequel il va travailler plus de 3 ans, révélant les affaires BETTENCOURT et KARACHI. En mars 2011, il retourne au journal Le Monde, où il est chargé du secteur de l’investigation en compagnie de Gérard DAVET.

Gérard DAVET :

…En 1989, embauché par le journal Le Parisien, il fait la connaissance de Fabrice LHOMME.

…En 2002, il intègre le service des sports du journal Le Monde.

…En 2006, il révèle l’affaire CLEARSTREAM….

…A partir de 2010, il est chargé du suivi des dossiers KARACHI et BETTENCOURT. Dans cette dernière affaire, ses scoops lui valent d’être surveillés par le contre-espionnage et l’inspection générale des services : c’est l’affaire des fadettes, qui aboutira aux mises en examen de Bernard SQUARCINI, ex-patron de la DCRI, et Philippe COURROYE, ancien procureur de Nanterre. En mars 2011, il est chargé du secteur de l’investigation au journal Le Monde, en compagnie de Fabrice LHOMME.

Leur leitmotiv :

Aller chercher ce que l’on nous cache, éclairer les faces cachées, au mépris des pressions, des instrumentalisations. C’est d’autant plus nécessaire dans l’univers médiatique d’aujourd’hui, quand les pare-feux se multiplient, les officines brouillent les pistes, les agences de communication triomphent…

Le journaliste d’enquête n’est pas un justicier, pas plus qu’un juge ou un procureur. Juste un passeur d’informations, un témoin professionnel en quelque sorte.

Articles anarchozyques faisant référence à G.DAVET et F.LHOMME
Sarkozy le Ripouxblicard en chef
Liens pertinents sur G.DAVET et F.LHOMME

Gérard FILOCHE, socialiste qui dénonce objectivement et ouvertement

le 49-3 de VON!? VALLS et la Loi MACRON

Gérard FILOCHE, ancien inspecteur du travail et membre du Bureau National du Parti Socialiste, est un fervant défenseur des salariés et du droit du travail. Il n’a pas sa langue dans sa poche et s’oppose farouchement, fermement au dictat de VALLS et MACRON aussi bien en interne au sein du Parti Socialiste que sur le plan national.

Au travers de ses nombreux articles et des différentes interviews dans les médias, il explique clairement les dangers de la loi MAQUEREAU MACRON pour les travailleurs, mais également, entre autres points pourris cachés par l’aristo, pour les lanceurs d’alerte.

Il se bat et dénonce également l’évasion fiscale massive et les politiques d’austérité imposées par l’Europe en Grèce comme dans d’autres pays européens y compris bien évidemment la France.

Gérard Filoche
débat face au Medef

Le projet Macron
par Gérard Filoche

Entretien avec
Gérard Filoche

Gérard Filoche
On n’est pas couché

L’évasion fiscale expliquée
aux français

Gérard Filoche démolit
la loi Macron

Articles anarchozyques faisant référence à Gérard FILOCHE

Loi MACRON 49-3 déni de Démocratie

Liens pertinents sur Gérard FILOCHE

–   LES EMISSIONS   –

Cash Investigation en action

Enfin une émission qui va au bout des sujets, avec des personnes prêtes à prendre des risques, qui osent aller au front mais ne lâchent pas l’affaire !

Bravo et merci à tous les intervenants de cette émission !

Ce magazine d’enquête de France 2 présenté par Elise LUCET propose des enquêtes sur le monde des affaires et ses côtés les moins connus en mettant en lumière des pratiques marketing potentiellement abusives, des dérives de grandes entreprises, des stratégies de détournement de l’argent public, des comportements d’évasion fiscale, des actions d’influences menées par des lobbies voire la manipulation de l’information par des conseillers en communication.

Le scandale
de l’évasion fiscale

Quand les actionnaires
s’en prennent à nos emplois

Les secrets inavouables
de nos téléphones portables

Articles anarchozyques faisant référence à Cash Investigation

Bonus polémique de 4 millions d’euros chez Sanofi

Loi MACRON 49-3 déni de Démocratie

LuxLeaks ne connaît pas la crise !

Nous sommes gouvernés par les lobbies

Liens pertinents sur Cash Investigation

–   LES ASSOCIATIONS ET ORGANISMES   –

L’association SHERPA

L’association Sherpa, basée à Paris, a été créée en 2001 en vue de protéger et défendre les populations victimes de crimes économiques. Elle rassemble des juristes et des avocats et travaille en étroite collaboration avec de nombreuses organisations de la société civile à travers le monde.

L’association met ses compétences et son savoir-faire juridiques au service des objectifs suivants :

– assistance juridique aux populations victimes de crimes économiques dans les pays en développement;

– formuler des propositions en vue de promouvoir une meilleure régulation des activités commerciales et des flux financiers transnationaux;

– faire connaître et mobiliser sur les enjeux de la criminalité économique, donner des outils à la société civile pour lutter contre ces crimes.

L’objectif ultime est de replacer l’intérêt collectif au cœur des stratégies entrepreneuriales et des politiques publiques afin de contribuer à l’émergence d’une société globalisée plus juste, au sein de laquelle chacun trouvera sa place.

Forte de son réseau de juristes et d’avocats, l’association utilise différents outils juridiques allant de la négociation au déclenchement d’actions judiciaires, en passant par l’utilisation d’instruments de « Soft Law » (principes directeurs de l’OCDE pour les Multinationales, Codes de conduite).

Présentation de Sherpa

Sur la responsabilité
des entreprises

Tous responsables ?

Bongo, Sassou,
Deux sangsues

Articles anarchozyques faisant référence à l’association SHERPA

Ailleurs la gangrène prolifère vite aussi

Loi MACRON 49-3 déni de Démocratie

LuxLeaks ne connaît pas la crise

Offshore Leaks le feu aux poudres

SwissLeaks HSBC le casse du siècle à 180 milliards

Liens pertinents sur l’association Sherpa

.

Transparency International France

Transparency International est une ONG allemande ayant pour principale vocation la lutte contre la corruption des gouvernements et institutions gouvernementales mondiaux. Elle a été fondée par Peter Eigen en 1993 et a aujourd’hui un rayonnement international, possédant des sections autonomes dans 80 pays du Nord comme du Sud. Elle rejette ainsi toute supériorité des premiers sur les seconds quant à la lutte contre la corruption et déplore souvent la baisse dans le classement de certains pays développés, notamment au sein de l’Union européenne.

Transparency International est surtout connue pour publier régulièrement des indices mondiaux sur la corruption : classement des États, taux de corruption par pays ou encore régularité des échanges internationaux. Elle se place également en observateur du fonctionnement démocratique des institutions nationales en émettant des avis sur les actions gouvernementales. C’est le cas par exemple en 2009 vis-à-vis de l’intention du fou du roi SARKOZY de supprimer le poste de juge d’instruction, qu’elle considère comme un risque majeur.

Transparency International est la principale organisation de la société civile qui se consacre à la transparence et à l’intégrité de la vie publique et économique. Elle sensibilise l’opinion publique aux effets dévastateurs de la corruption et travaille de concert avec les gouvernements, le secteur privé et la société civile afin de développer et mettre en œuvre des mesures visant à la combattre.

Transparency Internationale France est une association qui a été créée en 1995, elle a pour objectif principal de contribuer à améliorer significativement, dans notre pays, la gouvernance publique et privée en termes de transparence, d’intégrité et de responsabilité. Ceci passe notamment par une action résolue de prévention et de lutte contre les différentes formes de corruption, le blanchiment de l’argent sale et les divers types de fraudes.

Articles anarchozyques faisant référence à Transparency International France

Ailleurs la gangrène prolifère vite aussi

Corruption et scandales à la française

L’Union européenne aux mains des lobbyistes ?

La fraude fiscale et la corruption en Europe

Les cumulards

Nous sommes gouvernés par les lobbies

Liens pertinents sur Transparency International France