[Voir les articles] – [Les Institutions de l’Etat][Les cumulards][Corruption et scandales à la française]

[Les compteurs de la honte][Les trophées des actes anarchozytoyens]

Logo_Page_EmploiRetraites_250x250

Anarchozy vous informe sur le thème Emploi Retraites…

Dans la section Emploi Retraites…, vous pouvez trouver des articles sur tout ce qui a trait au travail et à l’emploi,

par exemple des articles sur le massacre des salariés – cela porte un nom désormais : les 1000 conneries, le matraquage des retraités, des articles pour justifier la contestation du recul de l’âge de départ à la retraite, du travailler plus pour toucher plus pour redonner encore plus, des articles sur la défense et la représentation des salariés, des articles sur le stress, le « burn-out », la sécurité sociale…

Le trou de la sécu
n’existe pas

Le système de retraite
des hommes politiques

EDF GDF : Qui paiera
leur régime de retraite ?

Exploitation de l’homme par l’homme et usurpateurs

Extrait d’une conversation entre Colbert et Mazarin sous LOUIS XIV

Colbert : Pour trouver de l’argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus. J’aimerais que Monsieur le Surintendant m’explique comment on s’y prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu’au cou…
Mazarin : Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu’on est couvert de dettes, on va en prison. Mais l’Etat… L’Etat, lui, c’est différent. On ne peut pas jeter l’Etat en prison. Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les Etats font ça.
Colbert : Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l’argent. Et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ?
Mazarin : On en crée d’autres.
Colbert : Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu’ils ne le sont déjà.
Mazarin : Oui, c’est impossible.
Colbert : Alors, les riches ?
Mazarin : Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres.
Colbert : Alors, comment fait-on ?
Mazarin : Colbert, tu raisonnes comme un fromage (comme un pot de chambre sous le derrière d’un malade) ! il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches… Des Français qui travaillent, rêvant d’être riches et redoutant d’être pauvres ! C’est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus !
Ceux là ! Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser…
C’est un réservoir inépuisable.

Bien évidemment, cet échange de conversation entre Colbert et Mazarin a été imaginé. Il s’agit d’un extrait de la pièce de théâtre « Diable rouge », écrite par Antoine RAULT et mise en scène par Christophe LIDON.

Mais ces propos collent tellement bien à la réalité. Je pense que l’auteur n’a eu qu’à s’inspirer de l’actualité.

Taper sur les travailleurs (retraités inclus), les bonnes vaches à lait, cela fait des décennies que les politiciens font cela et ce n’est pas prêt de changer; on peut même se rendre compte (à moins d’être aveugle ou réellement abruti) que, plus les temps deviennent difficiles, et plus ce processus s’intensifie. J’en veux pour preuve le dernier acte anti-démocratique et lâche du « sans-couilles » VON!? VALLS qui nous a tiré à bout portant à coups de calibre 49-3 au lieu de consulter le peuple par référendum sur la Loi MAQUEREAU MACRON qui n’a pour objectif de fond que de préparer le terrain à une prochaine libéralisation totale du marché du travail en France.

Cela continuera jusqu’à ce que la limite du supportable soit atteinte. Cette limite sera-t-elle atteinte ? Sera-t-elle sans cesse repoussée par le peuple ou celui-ci finira-t-il enfin par se réveiller et rendre coup pour coup face à ces ordures de politiciens…?

Tel le roseau, le travailleur courbe l’échine…

Une fois de plus, je précise que tout ceci n’est que l’expression de mes pensées, ma vision des choses, cela n’engage que moi, je n’affirme pas détenir la vérité sur quoi que ce soit, certains se retrouveront peut-être dans mes propos, d’autres au contraire pas du tout mais je sais ce que je vis, ce que je vois, je suis capable de me faire ma propre opinion sans me laisser asservir et encore moins me faire berner par ces tocards de politicards et les médias de propagande à leurs bottes.

Avec mon expérience de travailleur, dans différentes sociétés et dans différents domaines (manutention, restauration rapide, travail à la terre, informatique, dans des toutes petites structures comme dans des très grandes structures), enrichie de 3 ans d’expérience et de galères en tant que délégué (d’en bas je parle, pas ceux d’en haut qui sont déconnectés ou qui sont cul et chemise avec les syndicats patronaux), l’image que j’ai du travailleur, c’est celle d’un roseau.
Les patrons, peut-être pas tous mais en tout cas la majorité, exploitent les salariés avec des surcharges de travail, des salaires de plus en plus bas, des heures supplémentaires souvent non payées car non demandées mais induites par ces surcharges ou des objectifs inatteignables, tout cela accompagné parfois voir souvent de harcèlement, visible ou au contraire insidieux.

Quand bien même ces heures supplémentaires sont payées, de toutes façons l’Etat vous taxe encore et toujours plus, pas forcément de façon directe sur ces heures (les moutons de panurge ne sont quand-même pas aveugles à ce point) mais de façon détournée au travers des multitudes de taxes que l’Etat ne cesse d’inventer et rajouter. Ce qu’il faut ce n’est pas travailler plus mais être payé plus – à notre juste valeur et de manière décente – au lieu de surengraisser les PDG, les directeurs de service improductifs et actionnaires déjà bien gavés bien gras !

Au fil du temps, les conditions de travail au lieu de s’améliorer, se dégradent, nos politiciens corrompus à la botte du médef et des lobbyistes en tous genres, votent des lois de regression sociale et de destruction du code du travail.

Et la majorité des salariés, tels les roseaux, courbent l’échine, prennent sur eux. Un roseau est très flexible, il peut supporter beaucoup de contrainte pendant longtemps avant de casser, le patronat l’a bien compris. Et puis, quand un roseau casse, ce n’est pas grave, on le jette et on en remet un autre à sa place !

Pour ma part, ma limite de flexion a été atteinte en 2007, après un séjour à l’hôpital pour le cœur (péricardithe – inflammation du péricarde) dû à une pression et un harcèlement permanents d’un « petit » chef (enfin qui a quand-même réussi à un moment donné à être directeur de lui-même) et d’un directeur de service, et à des conditions de travail dégradées (surcharge de travail…).
C’est à partir de cette période que j’ai décidé de ne PLUS JAMAIS me laisser marcher dessus par quelque patron ou chef que ce soit. Cela ne signifie pas que j’ai décidé de me « branler les castagnettes » au travail, il ne faut pas tout confondre, ce sont deux choses différentes ! J’ai toujours continué, et cela reste vrai encore aujourd’hui, à fournir un travail efficace et de qualité, on n’a jamais eu de reproches à me faire sur ce point là. Mais lorsque, dans mon travail, des branleurs cherchent à me faire payer les « pots cassés » pour des conneries dû à leurs fautes ou si l’on tente de me mettre une quelconque forme de pression, je rentre dans le lard aussi sec, et si j’ai envie de gueuler et dire qu’on me « casse les couilles », je ne me gène pas pour le dire.
Du coup, maintenant, je travaille sans aucun stress et je suis beaucoup plus détendu. Pour moi, le travail reste un gagne pain, rien de plus, et il est hors de question que ma vie privée en patisse, quand je sors du travail, je n’y pense plus mais plus du tout !

La retraite à 70 ans pour bientôt ?

La retraite à 60 ans, dans l’cul Lulu !

La seule chose de bien qu’ait fait le Parti Socialiste, à mes yeux, c’est ramener l’âge de départ à la retraite à 60 ans en 1983 sous la présidence MITTERRAND, pour que les français puissent profiter un peu de leur vie avant de crever après toute une vie de labeur.

Malheureusement tous les connards de politiciens – députés, sénateurs – nous l’ont vite fait regrimper et ce n’est pas fini, en prétextant des déficits à venir (15 milliards d’€ en 2017 ?) alors qu’il est avéré que chaque année l’évasion fiscale en France s’élève entre 60 et 80 milliards d’€ (dont une partie est détenue par ces mêmes parlementaires véreux après de juteux pots de vins ou détournements de fonds publics), alors que ces mêmes parlementaires eux s’octroient et cumulent des retraites mirobolantes (1 retraite obtenue pour chaque mandat de 5 ans quasi équivalente au montant de la pension moyenne touchée par les Français après une carrière complète, chaque nouveau mandat = 1 nouvelle retraite gagnée) !

VON!? VALLS et le loup de Bercy MACRON ont clairement annoncé qu’ils veulent repousser l’âge de départ à la retraite. Côté UMP, qu’en est-il ? le fou du roi SARKOZY propose un départ à la retraite à taux plein à 68 ans, JUPPE et FILLON plus gourmands proposent 70 ans, 3 bons à rien qui ne savent pas ce que le mot travailler veut dire et qui cumulent des retraites et revenus en tous genres sur le dos des travailleurs !

N’y a-t-il pas des contradictions dans ces discours ? Comment va-t-on créer de l’emploi si on fait travailler les personnes de plus en plus longtemps en terme d’années de travail ?

.

Pour une analyse détaillée réactualisée sur le sujet des retraites, par ici…
Le chemin de croix de la retraite
Sur les fuites à l’origine de tous nos maux…, par ici…
L’argent coule à flots, les Chiffres Clés

.

Stop aux régimes spéciaux de retraites !

Je suis d’accord sur un seul point avec JUPPE, un seul mais de taille : Mettre fin aux régimes spéciaux de retraite ! C’est une évidence de bon sens.

Pour quelles raisons paie-t-on sur nos factures EDF une ligne bidon avec un libellé trompeur qui sert directement au financement des retraités d’EDF ?

Pour quelles raisons fait-on partir des conducteurs de trains très tôt au prétexte qu’ils sont usés par ce travail alors qu’une bonne partie se permet ensuite de cumuler cette retraite avec un nouveau poste de conducteur de trains dans des filiales privatisées appartenant ou en lien avec la SNCF pour le frêt ferroviaire ?

Mais, il ne s’agit pas de taper juste sur quelques régimes, remettons aussi à plat les retraites de nos parlementaires véreux qui perçoivent 6 € pour 1 € de cotisation, supprimons leur droit à la retraite pour 1 seul mandat de 5 ans, imposons leur 1 seule retraite non cumulable… ah ils seraient moins nombreux à se bousculuer au portail pour prendre la place si on leur imposait cela ! Bien sûr ces pauvres nantis expliquent que c’est parce qu’ils sont en situation de précarité avec le risque de ne faire qu’un mandat, ils sont en CDD les pauvres ! Oui et alors ? Aujourd’hui la majorité des contrats créés sont des CDD, des contrats précaires et contrats d’intérim pour les travailleurs d’en bas mais eux il leur faudra quand-même des dizaines d’années de cotisation pour prétendre à une retraite de merde !

Si on creuse le sujet des retraites privilégiées, allons jusqu’au fond du sujet, tous sur le même pied d’égalité ! et les comptes des caisses de retraite s’équilibreront tout naturellement.

De même, la prise en compte de la pénibilité pour le départ à la retraite dans le privé, cam me semble dans la pratique du pipot, une belle fumisterie pour endormir et apaiser les moutons de panurge.

.

D’après les sondages, souvent truqués (souvent commandés par les divers gouvernements), des travailleurs et retraités seraient pour le recul de l’âge de la retraite ?

Autant, je comprends (mais n’accepte pas) que ces ordures de politiciens et leurs copains du patronat prônent encore et toujours un recul perpétuel de l’âge de départ à la retraite, ben oui tant qu’à faire, quand on méprise les travailleurs, autant les sucer jusqu’à la moelle avant de les jeter et de passer aux suivants !

Autant, je ne comprends pas que des travailleurs et des retraités puissent dire que ces connards, qui veulent nous mener à la baguette, ont raison de nous imposer un recul perpétuel de l’âge de la retraite, je me demande comment ils peuvent être aussi naïfs. Je pense, j’espère sincèrement que ces personnes sont une minorité et que nous sommes une majorité à etre révoltés contre cela.

A toutes ces personnes qui sont pour l’idée de repousser encore et toujours l’âge de la retraite (67 aujourd’hui, 70 demain, et dans 10 ans ? dans 20 ans ?…), pour ceux qui sont déjà à la retraite, posez-vous la question : si on vous demandait de « retourner au turbin », l’accepteriez-vous sincèrement ? N’avez-vous pas mérité de profiter un temps soit peu de VOTRE VIE ? Quand on sait que l’argent existe à profusion… Voulez-vous que l’on fasse travailler vos enfants / petits-enfants jusqu’à ce qu’ils soient juste bons à rentrer à l’hospice ?

Bien sûr, tous ces escrocs et les médias aussi crapuleux vont vous rabâcher que nous vivons tous de plus en plus vieux et qu’il est donc normal de travailler plus longtemps…Moi je réponds FAUX archi faux ! je vois tous les proches de ma mère dans la tranche des 70 ans partir les uns après les autres, certains par chance dans leur malheur partent relativement vite, d’autres agonisent des mois durant avant de s’éteindre, ils ont tous des problèmes de santé.

Moi je suis pour le départ à la retraite à 60 ans pour tous

Tous ces connards de politiciens trouveront matière à critiquer une telle vision, mais sans arguments concrets valables, en disant que c’est une vision puérile, immature etc… ben je m’en contrefous, ici je suis sur mon site et je les emmerde grave, je dis ce que je pense, ma vision vaut tout aussi bien la leur. Eux ça fait des décennies qu’ils prônent les mêmes choses, toujours plus de mattraquage des travailleurs, et ça donne quoi au final ? La France est encore plus dans la merde d’année en année, le chômage ne cesse de battre des records, il y a de plus en plus de gens sous le seuil de pauvreté y compris des personnes qui travaillent ! Alors pourquoi ma vision serait-elle plus erronée que la leur ???

Des retraités qui ne peuvent pas toucher leur retraite !

Combien de fois nous passe-t-on des reportages sur des retraités, qui ont l’âge de départ à la retraite et les années de cotisation, qui ne peuvent pas toucher leur retraite ? J’en ai vu plusieurs ces derniers mois, avec des caisses « vides » (Nord, Languedoc…) qui font tourner ces personnes en bourriques dans les méandres administratifs, prétextant des complexités de calcul et de rassemblement des informations…

Croyez-vous que pendant ce laps de temps les directeurs de ces caisses de retraite se serrent la ceinture ? Moi je ne pense pas et ça ne doit pas les empêcher de trouver le sommeil facilement le soir quand ces retraités eux sont en train de sombrer dans de tristes pensées à l’idée de voir leurs maisons prochainement saisies parce qu’ils ne peuvent plus payer leurs crédits !

En toute sincérité, si je me retrouvais dans une telle situation, je pense que je pêterais un cable au point de non retour, je pense que je chercherais à prendre en otage un de ces directeurs ou cadres dirigeants nantis de ces dites caisses jusqu’à ce que mon dossier soit traité, que mon dû me soit payé.

La France dirigée par tous ces ripoux marche de plus en plus sur la tête ! Des travailleurs se voient privés de leur retraite pleinement dûe et méritée alors qu’en parallèle de cela, je suppose que les personnes touchant le RSA n’ont pas de retard de virement de leur allocation sans pour autant rechercher du travail (je ne cherche pas à polémiquer sur le fait de savoir si telle ou telle personne mérite de toucher le RSA, c’est un autre débat).

Le programme du Parti Socialiste – Tenter un troisième trou au cul ?

Le programme du Parti Socialiste pour les mois à venir et pour un éventuel nouveau mandat présidentiel ?

Il est simple ! VON!? VALLS et le loup de Bercy MACRON ont annoncé la couleur avec leur 49-3.

Le 49.3 a ouvert la porte à de nombreuses dérives graves sur le droit du travail et ce n’est que le début…

VALLS a également profité d’un voyage en Chine pour vendre les travailleurs français aux investisseurs chinois, autant le citer sans rien changer, son discours est sans équivoque :

« L’image selon laquelle nous ne r­éformons pas le marché du travail et qu’il est impossible de licencier est fausse.

La protection de l’emploi est plus forte en Allemagne qu’en France.

On parle aussi beaucoup des 35 heures, mais ce n’est qu’une durée de référence. On travaille en moyenne davantage en France qu’en Allemagne. »

Il a ensuite rajouté dans les médias qu’il comptait maintenant avancer vite, encore plus vite, sur le plan des réformes du travail !

Le 49-3 est juste l’amorçage du troisième trou au cul à venir pour les travailleurs…

Le programme de l’UMP – Tenter un troisième trou au cul ?

Le fou du roi SARKOZY vous propose

– Permettre aux entreprises de s’affranchir des 35 heures via une négociation
– Définir un nouveau Code du travail « concentré sur les seuls droits fondamentaux des salariés ».
– Repousser à 63 ans l’âge légal de départ à la retraite dès 2020, 68 ans pour la retraite à taux plein !

.

François FILLON vous propose

– Supprimer les 35 heures via des accords d’entreprise dans le privé
– Passer aux 39 heures dans la fonction publique
– Simplifier le Code du travail en ne gardant que les normes sociales fondamentales. Tout le reste étant renvoyé à la négociation en entreprise
– Elargir les motifs de licenciement économique à la réorganisation de l’entreprise
– Relever les seuils sociaux de 10 à 50 salariés et de 50 à 100 salariés.
– Reporter l’âge de la retraite à 65 ans, 70 ans pour la retraite à taux plein !
– Baisser de 50 milliards les prélèvements sur les entreprises => 50 milliards d’€ de cadeaux aux entreprises après les 42 milliards d’€ offerts par le trio HOLLANDEVALLSMACRON

.

Alain JUPPE vous propose

– Sortir du « carcan » des 35 heures

– La retraite à 65 ans, donc 70 ans à taux plein !

pour le reste, de grandes lignes passe-partout qui critiquent le gouvernement en place sans propositions concrètes ! jugez par vous mêmes

Les 2 autres bons à rien ont quand-même eu le cran de mettre un peu plus de concret. Mais l’un ou l’autre des trois nous mène de toutes façons tout droit dans le mur !

.

Ce que les 3 vous proposent en synthèse, de mon point de vue

le fou du roi SARKOZY a réussi à faire un deuxième trou au cul aux français

le Charlie Charlot HOLLANDE n’a eu qu’à l’élargir un peu plus, la route était tracée

l’UMP propose donc tout simplement de récidiver et de faire un troisième trou au cul aux travailleurs français puisqu’une majorité semble en redemander (d’après les sondages truqués et d’après les médias à la botte de ces escrocs, mais également d’après les résultats des dernières élections…) !

Mon analyse détaillée du programme du fou du roi sur l’emploi

SARKOZY affirme avoir compris le peuple et tout faire pour lui redonner confiance (c’est lui qui dit ça trop fort 🙂 !), notamment en massacrant encore un peu plus les travailleurs, je n’invente rien c’est son programme.

.

repenser tout notre Code du travail et ne garder que les droits fondamentaux des salariés dans le Code du travail et renvoyer le reste à la négociation d’entreprise

=> la négociation en entreprise, ça n’existe pas, je suis bien placé pour en parler après 3 ans de combat en tant que délégué, ça n’existe que dans les grosses entreprises où les syndicats ont un réel rapport de force, mais là, on arrive à des situations inverses où ce sont les syndicats qui mènent la barque (je ne développe pas plus ici, ce n’est pas l’objet de la page sur le fou du roi)

=> en bref ça revient à supprimer tous les droits acquis par les travailleurs pendant des décennies, il s’y était bien attelé lors de son mandat présidentiel mais, vu que sont pot VON?! VALLS va dans le même sens, là il veut juste essayer d’aller encore plus loin…

.

renégocier les accords sur le temps de travail dans la fonction publique, avec moins de jours de RTT mais, en contrepartie, rétablir les heures supplémentaires défiscalisées, pour inciter les fonctionnaires à travailler plus

=> ce qui revient à dire « travailler plus pour pas plus « , je pense que cela ne réglera pas le problème des emplois de complaisance et embauches de bras cassés copains d’un tel ou un tel (ce qu’on appelle les planqués), ni les emplois fictifs…mais les fonctionnaires en surcharge (il y en a comme dans le privé) eux seront encore plus en surcharge

.

– pas d’abrogation pure et simple des 35 heures mais les entreprises qui souhaitent sortir des 35 heures doivent pouvoir le faire par la négociation

=> allez, rebelotte, la négociation, qui n’est que virtuelle dans la majorité des sociétés en France, donc SUPPRESSION DES 35 HEURES, donc travailler 39 heures payées 35 ?

.

– passer l’âge légal de départ à 63 ans pour bénéficier d’une retraite à taux plein, mais le faire à raison d’une augmentation de quatre mois par an c’est-à-dire repousser l’âge de départ à 63 ans, et à 68 ans sans décote, en 3 ans.

=> sucer jusqu’à la moelle les travailleurs, en plus de l’augmentation de la durée annuelle de travail alors que lui cumule des retraites, des conférences à 100.000 € pièce, un train de vie qui coûte aux contribuables 2,2 millions d’€ par an…

.

en faisant travailler plus les salariés du privé et les fonctionnaires, vous croyez que ça va créer de l’emploi et faire baisser le chômage ? FUMISTERIE

.

Enfin, tout cela c’était avant le drame… Depuis FauxSocialos et LaidsRépublicains, les 2 branches moisies du BipartismeMafieux ou EtatMafieux, qui pillent notre République depuis 40 ans, donc qui nous pillent nous le peuple, dont la majorité est LABORIEUSE, ont pactisé !

Le pacte ripouxblicain contre le chômage

Il est primordial d’empêcher la Loi 1000 conneries de voir le jour sinon nous revenons à plus de 100 ans en arrière ! Cette loi pourrie, dont la chèvre inCONpétante ne porte que le nom, est portée par le Dictateur Von VALLS pour satisfaire les GATTAZeux afin d’asservir encore et toujours plus ceux qui produisent, permettent la richesse du pays, les LABORIEUX ! Le FOU se sert des MERDIAS et de son pion Laurent BERGER de la CFDT moisie pour lobotomiser le cerveau des moutons dont la majeure partie semble gobber tout cela. A croire que nous racketter déjà 6 mois de notre labeur par an ne leur suffit pas !

Permettre à un accord d’entreprise de pouvoir se substituer au Code du Travail de façon régressive, c’est offrir la boîte de Pandore au patronat, SURfaciliter le licenciement collectif économique c’est servir les saboteurs, plafonner le licenciement abusif, c’est leur donner la cerise sur le gâteau… on connaît la musique ! Une seule barrière ne pas dépasser 60 heures par semaine (imposées donc le Laborieux ne pourra pas refuser) et tout en pouvant ne plus majorer les heures supplémentaires, c’est revenir à 1906 !

Une fois cette loi passée, les GATTAZeux peuvent remettre en cause le salaire minimum, les congés, le rythme de travail etc…

Projet 1000 conneries – industrialiser précarité, asservissement & chômage

NKM, le roquet LaidRépublicain qui abboie plus vite que son ombre, tombe même dans la surenchère en proposant la fin du CDI, du CDD… pour n’avoir plus que des travailleurs indépendants ! C’est dingue comme ces ordures sont salement et pathétiquement prévisibles… Voilà ci-dessous ce que cela pourrait donner comme avenir…

Quand le LABORIEUX sera son propre BOURREAU
Alors il vaut mieux se battre au bord du précipice plutôt qu’une fois au fonds…

.

La réalité des entreprises et du monde du travail aujourd’hui

Une fois de plus, je précise que ce qui suit est mon point de vue personnel, peut-être éloigné de la réalité, farfelu aux yeux de certains ? peu m’importe, c’est l’idée que je m’en fais de mes propres expériences (passées et actuelle) et de ce que les médias nous relaient comme « informations », je parle des vraies informations, pas celles frelatées qui ne sont que de la communication issue de nos Chers Elus

Je pense avoir résumé la réalité du fonctionnement des (grandes) entreprises dans mon article sur SANOFI

Les patrons marchent main dans la main avec le gouvernement du moment et autres politiciens véreux.

.

Les (grands) groupes perçoivent des aides colossales en milliards d’€ avec comme prétextes la Crise, la nécessité de relancer la machine et investir… sans aucune contrepartie, aucune obligation de créer de l’emploi !

Mais cet argent ne sert plus aujourd’hui ni à investir ni à innover ni à embaucher, cet argent est utilisé pour motiver les actionnaires qui ne cherchent plus que du profit court-termiste, alors les entreprises augmentent encore et toujours plus leurs dividendes, et pour cela elles positionnent à leur tête des énarques incompétents et autres copains des politiciens, à coups de plusieurs millions d’€.

Ces PDG hautement incompétents remplissent leur mission à merveille : faire monter le cours de bourse, gaver les actionnaires, et au passage se gaver soi-même et gaver les autres hauts-cadres dirigeants incompétents de la compagnie. Et oui, dans les (grandes) entreprises, aujourd’hui on adore avoir une structure pyramidale avec beaucoup de chefs et sur-chefs incompétents atteints de réunionite aigüe, c’est à se demander s’il n’y a pas plus de chefs que de vrais travailleurs attelés à produire…

Forcément, ce système ne pouvant immanquablement créer que des pertes financières, la conséquence est toute simple : des licenciements par wagons entiers de salariés d’en bas – les productifs !

Tout cela se fait dans un contexte de mondialisation où il faut produire plus, augmenter le rendement, la productivité des quelques travailleurs dits productifs restants, réduire les coûts (de production bien sûr pas les coûts des dirigeants coûteux non !), avec une dégradation de la qualité du produit (qui se traduit souvent par une nocivité accrue pour les consommateurs de ces produits mais ça ne compte pas du moment que le vivier se reproduit…).

Les licenciements s’accompagnent de délocalisations massives vers les pays pauvres où il n’y a aucune protection des travailleurs, aucun minima social, où tout est toléré (le travail des enfants…manipulation des produits dangereux sans protection, exploitation avec des journées de travail à rallonge pour 3 kopeks…), délocalisations souvent subventionnées par les aides de l’Etat détournées…

On englobe tous ces points pour se rendre compte que c’est magnifiquement orchestré, chez nous, par les escrocs (mafieux ?) dirigeants à la tête de l’Europe comme les JUNCKER, BARROSO & co ou comme notre Super MARIO et sa planche à billets magique (et oui ce n’est pas avec des hormones que le cours actuel des actions est dopé…), ces mêmes dirigeants grassement rémunérés avec notre argent, qui ne sont que des pions des lobbyistes en tous genres.

Ah, j’ai oublié un élément de taille dans le système… LES SYNDICATS…

Ah ben ils sont tellement silencieux et inefficaces sur le plan national depuis une certaine date (vous voyez de quelle date je parle j’espère ? non ? lisez la suite) que forcément j’ai failli les zapper…

Encore une fois, ce n’est que mon point de vue personnel (juste 3 années d’expérience en tant que délégué…) mais ça fait du bien de pouvoir m’exprimer librement sur un double sujet.

Dernièrement, le VON?! VALLS, avec le MACRON et leur 49-3, et ces jours-ci avec le REBSAMEN et sa loi de progrès social (ils osent l’appeler ainsi !) nous impose purement et simplement (pas en un coup mais petit à petit) :

une suppression progressive de certaines instances représentatives du personnel très importantes, les DP (Délégués du Personnel), le CE (Comité d’Entreprise qui, à la base, a vocation à surveiller ce que fait la société et non les oeuvres sociales), le CHSCT (sur…sécurité et conditions de travail),

donc au profit des seules instances restantes, les délégués syndicaux.

Ben oui, normal quand on veut supprimer le Code du Travail et balancer tous les droits des salariés à la négociation !

Et la négociation, la vraie, d’expérience concrète, ça n’existe pas dans la réalité.

Dans la réalité,

– soit on a à faire a des grandes structures syndicales (dans les grands groupes ou SNCF ou EDF…) et ce sont les syndicats qui font la pluie et le beau temps (pour les embauches…),

– soit (comme je l’ai vécu), on a des délégués syndicaux d’en bas, motivés, impliqués, mais les patrons savent tellement bien maintenir la peur – le fameux « diviser pour mieux régner » – que la majorité des salariés préfèrent se taire et subir et donc on n’a aucun rapport de force donc PAS DE NEGOCIATION !

– soit un juste milieu, des structures syndicales internes à l’entreprise, qui ne font pas la pluie et le beau temps mais qui arrivent à résister face aux dirigeants de par la mobilisation et la solidarité des salariés. Mais, bizarrement, je suis convaincu que cela reste marginal.

De mes 3 années de galères de délégué, si je dois faire une synthèse, j’ai retenu une leçon et une phrase très claire gravée en moi à jamais. Le DRH qui m’a fait la misère (parce que je me suis bien battu et que j’étais le maillon à abattre), dès mes premiers jours de combat, m’avait dit : « vous savez, les délégués d’en bas, vous pouvez vous battre autant que vous voulez, mais là-haut syndicats patronaux et salariés, on mange tous dans la même gamelle ! ». Il m’a fallu 3 ans de galères pour l’apprendre à mes dépens.

Et ce qui me surprend ou plutôt me choque ces temps-ci : avec le massacre et le matraquage des salariés et retraités, les syndicats sur le plan national sont très silencieux, pas de manifestation d’ampleur, pas de mobilisation forte (contrairement à ce que j’ai vécu par le passé), la journée du 9 Avril de cette année (2015) a juste été faite pour la forme mais sans réelle communication ni avant ni après.

POURQUOI ? Les syndicats ont-ils baissé le froc ? La seule réponse qui me vient à l’esprit c’est le fameux RAPPORT ! Le rapport PERRUCHOT sur le financement des syndicats (patronaux et salariés) remis au gouvernement demandeur en 2011, qui contenait des révélations explosives et qui a donc été officiellement « enterré » (gardé sous le coude). Voilà un beau moyen de pression des gouvernements sur les syndicats : NE NOUS FAITES PAS CHIER ET ON NE VOUS FERA PAS CHIER ! Donnant donnant, laissez nous massacrer ceux d’en bas et vous pouvez continuer à faire mumuse secrètement avec ces milliards (subventions, argent de la formation professionnelle…).

Syndicat et Politique, même combat (descendre Pierre pour prendre la place de Paul) ? même gestion mafieuse ? même train de vie fastueux tout en-haut ?

Donnez moi un vrai organigramme des différentes structures syndicales avec qui est à quel poste et qui touche quoi (salaire et avantages) et je pourrai juger si un tel ou un tel se bat vraiment pour les salariés ou s’il se bat pour préserver sa place !

Pour vouloir réellement se battre et négocier pour le peuple, il faut être le peuple; celui qui est rémunéré comme un nanti n’est pas ou plus connecté à la réalité des difficultés des travailleurs et des difficultés pécuniaires quotidiennes…

Je ne remets pas en cause le syndicalisme car il faut des fédérateurs pour rassembler et se battre tous ensemble si on veut un vrai rapport de force mais concernant ceux d’en-haut, ce que j’ai retenu et comment je perçois leurs discours :

« Camarades, battez-vous, je suis avec vous (donnez-moi vos cotisations…) » !

« Patron, t’inquiètes pas, arrangeons-nous, ceux d’en bas peuvent gueuler, je les tiens en laisse » !

.

Je m’exprime ici avec mon vécu de délégué impliqué. J’espère avoir l’occasion (le temps) prochainement pour écrire un article détaillé sur mon expérience concrète dans le domaine.

Mon expérience m’a également, et malheureusement, permi de constater que la majorité des salariés subissent leur sort, ne sont pas solidaires ni prêts à se battre pour défendre leurs acquis et leurs droits, la preuve en est la situation dans laquelle nous nous trouvons, un gouvernement qui crie haut et fort qu’une loi de massacre des travailleurs est bonne pour le peuple et qui la lui impose tel un dictateur au lieu de la lui soumettre par référendum ! Une telle situation, d’habitude on voit ça dans des pays non démocratiques ! Cela aurait du créer l’insurrection, pas moins… La seule loi qui a une valeur à mes yeux : l’Article 35 de la Consitution du 24 Juin 1793.

Pour ma part, je ne suis plus délégué, je suis redevenu simple salarié, toujours dans la même société où j’ai été délégué et dans laquelle on a essayé maintes fois de me virer en me cherchant des fausses fautes et en exerçant toutes formes de pression et harcèlement. Ce temps là est révolu. Je continue à faire mon travail consciencieusement…je travaille dans des conditions normales…je n’ai pas baissé le froc ! j’ai juste arrêté de me battre seul isolé pour l’intérêt collectif de personnes qui n’avaient pas les couilles de bouger et agir. Je n’ai pas besoin de mandat, d’être délégué, pour me défendre tout seul comme un grand si on essaie à nouveau de me marcher sur les pieds.

FRANCE D’EN BAS REVEILLE-TOI !

.

La Cigale et la Fourmi version des temps modernes

Il était une fois une Fourmi heureuse et productive qui,

tous les jours, arrivait de bonne heure à son travail.

Elle passait toute sa journée à travailler

dans la joie et la bonne humeur,

poussant même la chansonnette.

.

Elle était heureuse de travailler

et son rendement était excellent

mais, malheur !

Elle n’était pas pilotée par un manager …

.

Le Frelon, PDG de l’entreprise,

considérant qu’il n’était pas possible que la situation puisse perdurer,

créa un poste de manager

pour lequel il recruta une Coccinelle avec beaucoup d’expérience.

.

La première préoccupation de la Coccinelle

fut d’organiser les horaires d’entrée et de sortie de la fourmi.

Elle créa également un système de compte-rendu et de fiches navettes.

Très vite, il fallut engager une secrétaire

pour l’aider à préparer les dossiers et le reporting,

si bien qu’elle recruta une Araignée

.

qui mit sur pied un système de classement

et qui fut chargée de répondre au téléphone.

  Pendant ce temps là, la fourmi heureuse et productive

continuait de travailler, travailler, travailler.

.

Le Frelon, PDG de l’entreprise,

était ravi de recevoir les rapports de la Coccinelle,

si bien qu’il lui demanda des études comparatives

avec graphiques, indicateurs et analyse de tendance.

  Il fallut donc embaucher un Cafard

pour assister le manager

et il fallut acheter un nouvel ordinateur

avec une imprimante.

.

Assez vite, la Fourmi heureuse et productive

commença à baisser de rythme

et à se plaindre de toute la paperasserie

qui lui est dorénavant imposée.

.

Le Frelon, PDG de l’entreprise,

considéra qu’il était temps de prendre des mesures.

  Il créa donc le poste de chef de service

pour superviser la Fourmi heureuse et productive.

.

Le poste fut pourvu par une Cigale

qui changea tout le mobilier de son bureau

et qui demanda un nouveau fauteuil ergonomique

ainsi qu’un nouvel ordinateur avec écran plat.

Seulement, avec plusieurs ordinateurs,

il fallut aussi installer un serveur de  réseau.

.

Le nouveau chef de service ressentit  rapidement le besoin

de recruter un adjoint

(qui était son assistant dans son ancienne entreprise)

afin de préparer un plan stratégique de pilotage

ainsi que le budget de son nouveau service.

.

Pendant ce temps-là,

la Fourmi était de moins en moins heureuse

et de moins en moins productive.

.

« Il va nous falloir bientôt commander une étude sur le climat social »

dit la Cigale.

Mais, un jour, le Frelon, PDG de l’entreprise,

en examinant les chiffres,

se rendit compte que le service,

dans lequel la Fourmi heureuse et productive travaille,

n’est plus aussi rentable qu’avant.

.

Il eut donc recours

aux services d’un prestigieux consultant, M. Hibou,

afin qu’il fasse un diagnostic et qu’il apporte des solutions.

Le Hibou fit une mission de trois mois dans l’entreprise

à l’issue de laquelle il rendit son rapport :

.

« Il y a trop de personnel dans ce service ».

Le Frelon, PDG de l’entreprise, suivit ses recommandations et …

  … licencia  la Fourmi ! ! !

.

Moralité :

Ne t’avise jamais d’être une Fourmi heureuse et productive.

Il vaut mieux être incompétent et ne servir à rien.

Les incompétents n’ont pas besoin de superviseur,

à quoi cela servirait puisque tout le monde le sait !

 Si malgré tout, tu es productif,

ne montre pas que tu es heureux au travail,

on ne te le pardonnerait pas.

Si tu t’obstines à être une Fourmi heureuse et productive,

monte ta propre entreprise :

au moins tu n’auras pas à faire vivre

les Frelon, Coccinelle, Araignée, Cigale, Hibou et autre Cafard.

Lamentablement, tout ceci est basé

sur des études scientifiques universitaires qui démontrent

que la majorité des être humains tendent à devenir des parasites …

.

Les médias nous éclairent sur l’emploi, les retraites…

Agoravox : Retraites, privilèges et fonctionnaires

Bfm Business : EDF pointé du doigt pour ses avantages sociaux

Challenges : La vérité sur les privilèges des fonctionnaires

Contribuables associés : EDF – LES PRIVILÉGIÉS AU COURANT

FranceTV Info : EDF – les députés dénoncent les rabais de facture des agents

Ifrap : Tarif agent EDF/GDF – un triple détournement légal

Insolent : Ce que coûtent les privilèges des agents d’EDF

Iref : Services publics – EDF augmente les tarifs pour payer les privilèges de ses agents

Je change : Les avantages des salariés EDF appartiennent-ils à une autre époque ?

L’Expansion l’Express : Régimes spéciaux de retraite – ces privilèges qui durent

La Tribune : Les salariés d’EDF gagnent trop d’après la Cour des comptes

Le Figaro : SNCF, Air France, EDF… des privilèges très contestés mais qui perdurent au fil des ans

Le Nouvel Obs : Retraites – les privilèges de certains régimes (très) spéciaux

Le Point : EDF-GDF – les vrais privilèges des régimes spéciaux

Le Quidam Post : CICE, du caviar aux cochons. L’argent va aux ultra-privilégiés sociaux et monopoles

Le Revenu : Nouvelle charge contre le régime des retraites d’EDF et GDF

Nouvelles de France : EDF – À quand l’abolition des privilèges?

Planet.fr : Personnels de la SNCF, d’EDF, d’Air France… – quels sont leurs privilèges ?

Simul-Retraite : Régimes spéciaux – Qui financent les retraites EDF et GDF ?

Sud-Ouest : Cour des comptes – ces chers privilèges des salariés d’EDF

Union Républicaine : Jean Ader – SNCF, EDF etc. Vous avez dit « privilèges » ?