Le Peplum Petroleum la grande manipulation

Classé dans : Bourse, Complot | 0

Le Peplum Petroleum la grande manipulation

Le Peplum Petroleum la grande manipulation

La manipulation au niveau du pétrole se fait à différents niveaux, au niveau boursier, pour commencer, par les manipulateurs d’en haut.

Ensuite, au niveau du prix du carburant à la pompe par les revendeurs qui prennent en otage les millions de consommateurs.

Je vois même un troisième niveau, l’Etat par l’entremise de ses dirigeants véreux, cupides et avides de notre argent pour colmater les brèches béantes qu’ils font dans les deniers de la République.

Celui sur lequel je m’intéresse ici c’est bien évidemment le niveau boursier, mais j’en profiterai pour mettre un petit mot sur les racketeurs organisés des prix à la pompe.

Cet article est un complément aux articles suivants :

Et si la sortie de la Grèce était voulue

Les maîtres du Château de cartes

Les phases cycliques programmées de la bourse

Bourse manipulée – Suite de la démonstration avec le WTI – UsOil

Comme déjà évoqué dans mes précédents articles sur ce sujet, la bourse est dématérialisée, on est à la fois sur du virtuel et du réel, virtuel parce que lorsqu’on prend une position acheteuse, par l’intermédiaire d’un broker, sur le pétrole – WTI, on prend une position spéculatrice visant la hausse de son cours, on ne nous donne pas des litres de pétrole, c’est vrai dans l’autre sens en position vendeuse. Et on peut très bien prendre une position vendeuse que l’on clôturera par une position acheteuse si on spécule à la baisse. Réél car au final on va clôturer une transaction (achat-vente ou vente-achat) qui va se solder par une perte ou un gain sur un compte de trading. Réel car c’est bien sûr ce cours qui évolue en temps réel sous nos yeux qui sert au commerce réel du pétrole.

.

Approche graphique du WTI

Commentaires :

Sur le graphique à 6 mois, on peut voir une vague haussière lente entre 45 $ et 60 $ le baril puis une vague baissière rapide pour revenir vers 45 $ le baril. En prenant par exemple le simple indicateur technique de la moyenne mobile à 20 jours (courbe rouge), on voit qu’il était possible de prendre position à l’achat puis à la vente.

Sur le graphique à 2 ans, on peut se rendre compte qu’en fait les cours sont très bas après une longue période où les cours fluctuaient entre les 90 et 110 $ le baril. Depuis juillet 2014 jusque janvier 2015, le cours a subi une baisse continue de 110 $ jusque 45 $ soit un cours divisé par plus de 2 !

Sur le graphique à 20 ans, on peut voir qu’on a eu une flambée violente du cours entre 2006 et 2008 passé de 60$ jusque 146 $ puis une descente bien plus violente jusque 34 $ en moins d’un an, on en revient aux cycles programmés avec des bulles spéculatives suivies de krachs ! Ensuite les cours sont remontés progressivement jusque vers 110 $ et sont restés coincés dans un range entre 80 et 110 $ pendant de nombreux mois, avec bien sûr des montées suivies de descentes à l’intérieur de ce range, on note 2 attaques baissières en 2010 et 2011.

Tiens, comme c’est bizarre, techniquement parlant, ne seraient-ce pas une ligne de résistance oblique et une ligne de support oblique qui auraient contenu le cours pendant de nombreux mois ? Ne serait pas un triangle par hasard ?

Les triangles sont des figures qui interviennent dans des marchés sans tendance. Ils commencent par une phase où les cours évoluent dans une zone assez large comme si les opérateurs attendaient un signal ou un évènement pour prendre une décision, pour aller vers une zone de plus en plus étroite et serrée, où l’avis des opérateurs est convergent. Outils très puissants en analyse graphique, ils permettent dans certains cas de prévoir le sens futur du marché avec des objectifs assez précis.

Et les cours ne seraient pas « pilotés » ? NON !

Et le mouton de panurge de faire : « Bêh bêh bêh »….

Graphiques :

Le Peplum Petroleum la grande manipulation

Le Peplum Petroleum la grande manipulation

Le Peplum Petroleum la grande manipulation

Alors qui sont / seraient ces fameux manipulateurs des cours du pétrole ?

Forcément il y a déjà ceux qui peuvent manipuler sur tout type de produit que ce soit le pétrole comme le CAC40 ou le blé… Ce sont les grosses institutions bancaires, financières… qui se servent du THF – Trading Haute Fréquence avec des millions d’ordres à la micro-seconde !

Ceux là peuvent manipuler en intraday sur un court moment, généralement ces requins interviennent au moment de la sortie des informations économiques dites importantes sur une journée, chaque jour des données macro économiques sont attendues comme le messi pour certaines. Ces moments là sont dangereux pour les petits traders particuliers s’ils n’ont pas de stops de protection car, comme par hasard, quelques secondes avant l’annonce voir juste après, on peut souvent assister à un balayage des cours vers le haut et vers le bas pouvant entraîner des pertes importantes pour les petits traders selon l’exposition financière des positions. Les manipulateurs se régalent à faire « péter » ces stops, eux avec leurs millions d’ordres sont gagnants puisque ce sont eux qui font bouger les cours, ceux dont les stops de protection « pêtent » sont perdants mais dans la limite qu’ils se sont fixée en positionnant ce stop. Un stop de protection est un ordre de clôture de position à un cours au-delà duquel on ne veut pas aller (que ce soit à la hausse ou à la baisse). C’est pour cela qu’il est préférable de rester en dehors du marché dans ces phases là, du moins ce n’est pas judicieux de se positionner sur le marché juste avant une annonce. L’exemple flagrant c’est le cours de la parité des devises euro / dollar avec la publication des chiffres de l’emploi non agricole aux USA chaque mois. C’est également vrai sur le cours du pétrole lorsque l’OPEP rend publique ses décisions après une réunion de ses Etats membres.

Sur une échelle de temps longue, sur le pétrole, les seuls qui peuvent manipuler les cours sont ceux qui tiennent le robinet en main, la production, à cette échelle, on reste dans une logique cohérente de rapport entre l’offre et la demande. Et c’est sur cela que l’OPEP est très forte, je vais développer cela ci-dessous.

.

A chaque flambée du cours du pétrole, les manipulateurs ont toujours trouvé une histoire à nous raconter, presque toujours la même à une sauce différente, des conflits, guerres, instabilités, situations géo-politiques compliquées au moyen-orient, principal producteur de pétrole => la guerre du golfe et l’invasion du Koweit, la guerre en Irak…

Aujourd’hui, la situation est bigrement tendue avec Daesh : le sous-sol riche en gaz naturel et pétrole lui confère une réserve de plus de 2.000 milliards de $ dans la zone irako-syrienne que cette organisation s’est accaparée ! Tout ce secteur à cheval sur plusieurs pays dun Moyen-Orient est sous haute tension. Et cette situation dure depuis déjà de nombreux mois et prend de l’ampleur chaque jour. On peut donc dire que la situation géo-politique est très perturbée au pays de l’Or noir ! Pourtant les cours se sont effondrés depuis un an !

Alors comment expliquer cela ?

Le 27 novembre 2014, la décision des 12 États membres de l’OPEP de ne pas réduire le volume de production a brutalement accéléré la chute du cours du baril, entamée depuis Juin 2014.

Première hypothèse émise par les «experts»

Ils ont évoqué à l’époque que les États-Unis et l’Arabie se seraient entendus pour nuire à deux adversaires communs particulièrement dépendants des recettes pétrolières: la Russie et l’Iran. Vrai ou faux ? A notre échelle de mécréant d’en bas, on ne le saura pas mais il y a donc bien évocation de manipulation des cours par le robinet !

Seconde hypothèse émise par les «experts»

Un prix du baril durablement bas est dommageable pour les compagnies américaines et canadiennes qui forent à des coûts souvent supérieurs à 60 $ le baril. Même certains projets comme ceux de sables bitumineux au Canada ont des seuils de rentabilité proches des 100 $ tandis que la plupart des barils saoudiens coûtent moins de 20 $ à extraire.

La seconde hypothèse est confirmée par une déclaration du ministre saoudien de l’Énergie fin 2014 qui s’est dit prêt à laisser chuter le baril jusqu’à 20 $ ! « Si le royaume saoudien réduit sa production, le prix remontera et les russes, les brésiliens et les producteurs de pétrole de schiste américains prendront ma part ». Préserver la part de marché est l’objectif crucial de la bataille qui se joue actuellement sur le marché pétrolier car la donnée fondamentale du marché est qu’il est actuellement en surproduction.

En maintenant le cours à 60 $ voire beaucoup plus bas, les saoudiens espèrent contraindre les nord-américains à fermer des puits non rentables et geler des projets trop chers. Effectivement, par conséquence, l’activité dans ce domaine a commencé à se réduire aux Etats-Unis, c’est également vrai pour les groupes français Total et Elf qui ont commencé à suspendre des projets de prospection.

C’est donc confirmé officiellement, l’OPEP a fait chuter le cours du pétrole.

Les manipulateurs peuvent gagner sur tous les tableaux

Puisqu’ils ont des liquidités colossales et dans toutes sortes de devises, ils ont forcément eux aussi des institutions à leurs bottes spécialisées dans le trading. Etant les chefs d’orchestres, ils ont donc pu, sur le plan spéculatif / virtuel, passer fortement et sereinement en position de VAD (Vente à découvert = vendre avant d’acheter), et renforcer au fur et à mesure de la descente leurs positions vendeuses exponentiellement gagnantes.

J’entends les détracteurs venir dire que, si cela avait été le cas, il y aurait eu délit d’initié, comme cela a probablement été le cas en Février 2015 avec la BNS, et que cela se serait vu, il y aurait eu des sanctions…

Moi je dis non ! S’il y a la preuve de mouvements d’ampleur avant la descente oui, mais si les manipulateurs ne sont pas autant cupides que le fou du roi SARKOZY et donc assez intelligents, ils n’ont eu qu’a prendre des positions vendeuses « raisonnables » qu’ils n’ont eu qu’à conserver et renforcer, incognito.

En agissant de la sorte, ces grands manipulateurs peuvent gagner à la descente, tout autant voire plus que le manque à gagner sur la vente réelle physique de leurs barils.

.

C’est pour cela que je me « marre » quand, 2 semaines après l’article du Figaro sur les propos du ministre saoudien de l’Énergie, je vois un nouvel article du Figaro indiquant : selon les calculs du FMI, la baisse des cours du pétrole devrait entraîner un manque à gagner de 300 milliards de $ cette année pour les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) qui réunit l’Arabie saoudite, Oman, le Koweït, Bahreïn, les Émirats arabes unis et le Qatar.

Dans ce même article, on peut aussi trouver un nouvel argument d’«expert» => baisse du cours du pétrole à cause de la forte montée du dollar. Super, tous ces riches émirs avaient beaucoup de liquidités en dollar avant sa forte hausse, PREMONITION ? 🙂

Je crois que je vais aller consulter un fakir ou voir s’ils vendent leurs boules de cristal qui prédisent l’avenir.

Quand le roi d’Arabie Saoudite a débarqué en France avec sa cour de 1.000 personnes, il n’a pas eu l’air miséreux… NON ? Vu toutes les courbettes illégales et onéreuses auxquelles on a assisté de la part du gouvernement français…

.

Les dernières hypothèses toutes fraîches de nos chers «experts»

Les manipulateurs piégés par d’autres manipulateurs imprévus ?
Le pétrole de l’Iran

Avec l’accord entre les grandes puissances et l’Iran sur le nucléaire, la levée graduelle des sanctions va notamment permettre de libérer les exportations de pétrole iranien.

L’Iran est le 5ème plus gros producteur de l’OPEP. Avec les sanctions occidentales, il exporte environ 1,1 million de barils par jour contre le double en 2011, début de l’entrée en vigueur de l’embargo européen. L’Iran pourrait être tenté de relever ses niveaux de production, même avec des cours très bas, le pétrole étant sa première source de devises, cela lui permettrait de redresser son économie très affaiblie après plusieurs années de sanctions.

Le marché mondial sera donc inondé, cet accroissement d’offre par l’arrivée massive de pétrole iranien devrait provoquer mécaniquement une baisse des prix.

D’après les «experts» de la Banque Mondiale, un tel scénario devrait entraîner une baisse du cours du pétrole de 10 $.

Cela va forcément provoquer des débats entre les membres de l’OPEP. Je ne suis pas inquiet pour l’OPEP, elle peut réguler les vannes comme bon lui semble. Peut-être ira-t-on vers un plus bas avant de s’inverser à la hausse ?

Il ne faut pas oublier la loi piégeur / pigeon. Si les manipulateurs veulent pouvoir repasser sereinement en position spéculative à la hausse, il faut absolument convaincre les pigeons d’être vendeurs.

A suivre…

La dévaluation du yuan

La Chine vient de dévaluer fortement sa monnaie nationale, le Yuan, 2 jours d’affilée.

Les conteurs d’histoire racontent dans les médias que cette décision de la Chine est perçue comme une menace pour les importations de pétrole dans ce pays, deuxième consommateur mondial de pétrole après les Etats-Unis. C’est drôle comme tout est lié subitement, personne n’a vu le ralentissement progressif de l’économie chinoise depuis des mois ? On se réveille un beau matin et nos chers «experts» décrètent que tout va mal juste maintenant ?

Un petit complément technique sur l’analyse technique

D’un point de vue technique, les cours sont-ils pilotés ou bien tous les traders se fient-ils aux leçons de trading ? Au final, cela revient au même, les cours seraient donc pilotés par les prises de décisions des traders qui s’appuient sur des modèles théoriques de trading (figures shartistes, indicateurs techniques…). Si on envisage cette idée, cela revient à dire que l’analyse technique prime sur l’analyse fondamentale, la réalité économique ?

Ci-dessous, je joins quelques exemples intéressants d’analyse technique sur le pétrole. Pas besoin de les commenter, ils parlent d’eux-mêmes.

Du tout frais sur DailyFX, un article du 11 août 2015 => ici. Avec un graphique mettant clairement en lumière des lignes de résistance et de support sans ambiguïté.

Le Peplum Petroleum la grande manipulation

Un graphique du 11 mars 2015 :

Le Peplum Petroleum la grande manipulation

Un article du 10 février 2015 sur DailyFX proposant 2 scénarios à l’approche d’une zone technique critique.

Le Peplum Petroleum la grande manipulation

.

Compte Twitter de Nicolas CHERON – Janvier Février 2015 concernant le WTI
(qui était à l’époque Stratégiste Technique sur le DailyFX)

30 Janvier 2015 :

WTI rebond à venir après triple test positif des 44.2 et le shortsqueeze d’hier (ou beartrap = piège à vendeurs)

2 Février 2015 :

WTI décalage haussier vendredi. Pour que le momentum haussier de court terme reprenne, décoller de MM20 jour à 46.86 serait parfait.

Vous savez le WTI? le truc dont j’ai parlé toute la semaine passée sur le support des 44.2…300 points plus bas.

WTI reste mon actif préféré ce matin.

WTI signal haussier par la cassure de MM20 jour vendredi. Prise d’appuie ce jour dessus. Mon actif préféré en ce début de semaine.

WTI pullback sur MM20, les acheteurs paient, on attaque le cours d’ouverture, il faut dépasser 48.3 pour accélérer

Total va tirer le CAC40 avec la hausse du #WTI en cours et surtout celle à venir vers 50.

WTI direction 50 puis 55? Mon actif préféré pour le mois de février en tous cas

Ceux qui disent que le pétrole va à 20/30 USD ne vont pas faire les fiers. Ils arrivaient trop tard, trop baissiers, trop trop trop.

WTI cassure des plus hauts de vendredi > explosion.

Brent la cassure des 50 était le « premier » signal vendredi.

WTI 50 ce soir très possible, bande de bollinger jour. Ensuite il faudra accélérer pour retourner la tendance.

WTI rebond anticipé vendredi, objectif 50 atteint, il faut savoir encaisser après 600 points de rebond violent.

11050 #DAX 4780 #CAC40 2085 #SP500 tels sont mes objectifs court terme.
Et le WTI devrait aider également à pousser les indices dans des territoires où il conviendra de par la suite se couvrir. Patience.

3 Février 2015 :

WTI je vise 55 voire 58.

Il faut laisser les indices européens monter plus que de mesure, il sera encore plus évident et rémunérateur de shorter par la suite.

Hop le WTI.

Quel relai parfait entre la #FED et la #BCE pour faire exploser les indices !

Goldman Sachs’ Cohn said oil prices will probably continue to decline and could reach as low as $30 a barrel.

WTI objectif 45 ok 50 ok reste 55 voire 58 soit 23.6% de retracement de toute la baisse, seulement.

Scénario : Baisse des indices (consolidation) ainsi que le Dollar, donc à court terme hausse WTI et EURUSD.

WTI 2 objectifs atteints il reste encore 55 et 58. Que c’est beau.

WTI…superbe mouvement, bravo aux acheteurs, remontez les stops et souriez.

4 Février 2015 :

WTI trop haut trop vite, 1200 points de rebond c’est déjà pas mal.

Les manipulateurs mafieux du prix à la pompe

Les pompistes et importateurs français (Elf, Total…)

Qui prend la peine de surveiller le cours du pétrole et le cours du carburant à la pompe ? Pas grand monde je suppose.

Pour ma part, faisant un suivi de consommation de ma voiture (pas ma moto vu que c’est une gourmande la coquine avec une autonomie plus que réduite), je peux faire la comparaison facilement. J’ai bien conscience qu’il faut tenir compte d’un laps de temps sur le cours en temps réel car il correspond au cours du pétrole livré le mois suivant.

Mais mon constat sans tricherie est sans appel : les pompistes appliquent / répercutent les hausses très rapidement sans notion de délais des stocks alors qu’à la baisse ils traînent lourdement les pieds pour la répercuter sur les prix de vente.

Exemple :

Mars 2009 => pour un prix du baril à 44 $, le prix du litre du gasoil est 0.95 €

17 janvier 2015 => pour un prix du baril à 44 $, le prix du litre du gasoil est 1.079 €

18 mars 2015 => après une hausse à 53 $, le prix du baril retombe en-dessous de 43 $, le prix du du litre de gasoil, après être remonté à 1.19 €, n’est jamais redescendu au-dessous de 1.15 € !

.

L’Etat mafieux racketeur n’est jamais rassasié de notre argent

C’est sur le carburant que notre Etat mafieux nous rackette le plus : en 2013, on était à 89% de taxes sur le gazole, 122% sur l’essence ! Au nom de quoi ?

Cet Etat pourri vient encore de rajouter 4 centimes de plus début 2015 au nom de faux prétextes écologiques juste pour compléter son budget annuel !

Le prix du litre à la pompe s’est alourdi d’une nouvelle charge fiscale de 2,4 à 4,4 centimes d’€, hausse imputable à 2 dispositions fiscales qui figurent dans la loi de finances.
La première mesure :

résulte de l’abandon de l’écotaxe poids lourds qui devait rapporter de substantielles recettes à l’Etat. Pour compenser, le gouvernement a décidé d’augmenter de 2 centimes (TVA comprise) la taxe intérieure de consommation (TICPE) sur le gazole pour une rentrée attendue de 800 millions d’€. Rappelez-vous le fiasco Ecomouv à 1 milliard d’€, super on nous taxe pour combler un nouveau gaspillage, une pierre dans l’eau !
La seconde mesure :

pour les véhicules diesel, un prélèvement supplémentaire de 2,4 centimes (toujours avec la TVA) sur chaque litre de gazole consommé au nom de la contribution climat-énergie (« taxe carbone ») instaurée fin 2013. Celle-ci concernait au début le charbon, le fioul lourd et le gaz. Désormais ce sont toutes les énergies fossiles émettrices de gaz carbonique sans exception qui sont concernées par ce nouvel impôt écologique, ce qui inclue donc l’essence, le gazole, mais aussi le fioul domestique.

Rendement attendu ? 2,5 milliards d’€ en 2015 et 4 milliards d’€ en 2016. La taxe carbone sera alors entrée dans la troisième et ultime phase de sa montée en puissance.

Vous savez où il passe ensuite cet argent ? Je ne prends même pas la peine de chercher vu qu’ils passent leur temps à nous mentir, ils peuvent raconter l’histoire qu’ils veulent, on sait que l’Etat vit au-dessus de ses moyens, gaspille à outrance notre argent, y compris dans leurs cumuls de mandats et rémunérations en tous genres, y compris dans leurs sales corruptions, y compris dans leur opulence indécente !

La triple fumisterie de cette mesurette

Le gouvernement surtaxe les carburants au nom de l’écologie, de la protection de l’environnement, mais les taxes ne réparent pas la pollution de l’environnement.

Ce même gouvernement fait dire aux médias frelatés que la hausse représente pour un « conducteur moyen » un coût de seulement 12 € par an pour ne pas « ruiner » de trop le pouvoir d’achat, bref pour que la pilule passe assez facilement. Donc le but est bien de prendre son nouveau backchich et non d’inciter à rouler moins, polluer moins.

Ce même gouvernement, qui nous a massacré à coups de 49-3, avec sa Loi Maquereau de la chèvre énarque Emmanuel MACRON, prône la libéralisation / prolifération des autobus sur le territoire français ! Donc en parfaite contradiction avec la lutte contre la pollution environementale !

.

Petit complément sur notre Etat surendetté insolvable

L’Etat, tellement en galère d’endettement et d’insolvabilité, spéculait début janvier 2015 sur une probable économie de 20 milliards d’€ en 2015 si le cours du pétrole se maintenait à 42 $ le baril. On peut supposer que les abrutis d’«experts» de l’Etat ont fait leur prévisionnel budgétaire en incluant cette hypothèse.

C’est la même logique de raisonnement que celle du sapiniste qui crie haut et fort qu’aujourd’hui la France doit emprunter, s’endetter encore plus vu que les taux sont très bas, proches de zéro. Oui proches de zéro mais avec des règles abracadabrantes qui peuvent faire exploser ces taux à tout moment. Les collectivités naïves en ont fait les frais en février 2015 !

Bonus – Daech et son pétrole

Selon le CAT (Centre d’Analyse du Terrorisme), le sous-sol riche en gaz naturel et pétrole confère à Daech une réserve de plus de 2.000 milliards de $ tant que cette organisation terroriste n’est pas délogée de la zone irako-syrienne. Et Daech vend ses barils à ses propres ennemis.

D’après Samuel LAURENT, consultant international et spécialiste du monde arabe, la raison qui explique la montée en puissance de Daesh en Syrie et en Irak, c’est parce que l’organisation s’est emparée de gros gisements pétrolifères, entre 40.000 et 60.000 barils de pétrole sortent des puits contrôlés par Daech.

Les acheteurs sont essentiellement :

  • la Turquie avec un trafic qui a généré en 2013 entre 500 et 800 millions de $ pour les contrebandiers,
  • la Syrie rachète certains de ces barils à Daech, qu’elle combat,
  • les Kurdes aussi jouent double jeu et achètent ce pétrole.

 Daech se positionne judicieusement à 35 $ le baril.

Jean-Pierre FAVENNEC, consultant et co-auteur de L’Atlas de l’Energie, indique de son côté que des Etats ou de grandes sociétés ne s’amusent pas à acheter du pétrole à des groupes comme Daech. Toutefois, le fait que du pétrole de Daech se retrouve en Europe n’est pas impossible.

Si le marché des hydrocrabures est censé être transparent et le pétrole traçable, il existe aussi un marché bien plus opaque. Quand une entreprise achète du pétrole, elle est censée savoir d’où il provient grâce au certificat d’origination. Mais maquiller l’origine d’un pétrole est clairement faisable soit en le mélangeant avec un pétrole identifié soit en détruisant les preuves de son origine c’est-à-dire en falsifiant le certificat d’origination. Et vu que ce dernier est délivré par les chambres de commerce locales…

Des groupes comme Total et Elf, et d’autres gros concurrents étrangers, sont connus pour leurs agissements mafieux dans tous ces pays où ils s’incrustent pour voler leurs richesses du sous-sol. On ne me fera pas gobber à moi qu’ils vont avoir des scrupules à acheter du pétrole à Daech ! Même si ce n’est évoqué par personne officiellement.

.

Complément du 29 Août 2015

Quand les « brillants » experts, tellement brillants qu’ils ne sont capables que de répéter bêtement ce que les manipulateurs leurs délivrent comme information, annonçaient une baisse des cours du pétrole jusque ves 28 €, je pariais dans mes articles que, bizarrement, on pourrait s’attendre à un retournement des cours du pétrole. Ben oui, toujours dans la même logique, si les manipulaturs crient haut et fort que les cours vont s’effondrer, c’est bien parce qu’ils comptent les faire remonter !

ET hop, c’est chose faite, après la grande manipulation du Péril Jaune du Lundi Noir, qui restera gravée dans les anales boursières, le pétrole est bien venu faire un plus bas à 38 $ le baril ce fameux Lundi 24 Aôut 2015, mais dès le lendemain quel rebond fulgurant tout au long de cette semaine ! Le graphique ci contre en chandeliers japonais journaliers parle de lui-même. 16 séances de baisse récupérées en 4 séances avec des indicateurs techniques qui repassent tous dans le vert en journalier.

Le Peplum Petroleum la grande manipulation

En une semaine, il a gagné plus de 11%, soit sa plus forte progression depuis quatre ans et demi ! Superbe BEAR-TRAP de la part des manipulateurs.

Et les experts tartuffes ont toujours une belle histoire à raconter pour justifier l’injustitiable ! Ah ces vases communicants où l’argent passe d’une main à une autre, où des manipulateurs se gavent et où des pigeons se font saigner…

.

Liens internet utiles sur le Peplum Petroleum

Les dernières actualités

Alternatives économiques : Pourquoi le prix du pétrole baisse

L’Express : Pétrole – plombé par la Grèce, la Chine et l’Iran

Le Figaro – La baisse du pétrole va doper l’économie américaine

Le Figaro – La chute du pétrole entraîne une cascade de suppressions d’emplois

Le Figaro – Le monde du pétrole expliqué en trois graphiques

Le Figaro – Pétrole – la France pourrait économiser 20 milliards d’euros en 2015

Le Figaro – Pétrole – les pays du Golfe devraient perdre 300 milliards de dollars

Le Figaro – Rouble, déflation, pétrole – jusqu’où ira la crise ?

Le Monde : Affecté par la baisse du yuan, le pétrole chute à New York

Le Point : Daesh – des réserves estimées à 2 000 milliards de dollars !

Les Echos : Comment la Chine vit la baisse des prix du pétrole

Prix du baril : Le pétrole baisse, lesté par l’Iran et la Chine

Rfi : Iran – si les sanctions sont levées, les cours du pétrole vont chuter

Romandie : Le pétrole baisse, lesté par la dévaluation du yuan

Sputnik : Le baril de pétrole perdra 10 USD après la levée des sanctions visant l’Iran

Slate : Accord iranien – le pétrole ne coulera pas à flots

Slate : La baisse du prix du pétrole ne fait pas que des heureux

Les liens sur les stratégies des manipulateurs

Le Figaro : Chute du pétrole – les Saoudiens plaident non coupable

Le Figaro : Comprendre la chute vertigineuse des prix du pétrole

Le Figaro : Le pétrole de schiste américain résiste

Le Figaro : Pétrole – l’Arabie saoudite déclare la guerre ouverte aux Américains

Les liens sur les sujets techniques du point de vue boursier

AbcBourse : CAC40 – flirte avec les 4.700 points grâce au pétrole

AbcBourse : CAC40 – dévaluation chinoise fait plonger actions et pétrole

DailyFx : Idée de Trading DailyFX – Scénarii pour trader le pétrole WTI

DailyFx : Pétrole (WTI) : Dans un range technique après la hausse des stocks aux USA

DailyFx : Pétrole – Le spread (%) à la moyenne mobile exponentielle à 20 jours est dans une figure chartiste haussière

DailyFx : WTI – La baisse s’accentue suite à la dévaluation du yuan chinois!

Project Syndicate : A New Ceiling for Oil Prices

Vieux articles de nos politicards tocards pour les inconditionnels panurgistes

Sénat : La hausse des prix du pétrole – une fatalité ou le retour du politique

Vie publique : L’envolée des cours du pétrole : conjoncturelle ou structurelle ?