Les morts de Karachi attendent Sarkozy au purgatoire

Les morts de Karachi attendent Sarkozy au purgatoire

Les morts de Karachi attendent Sarkozy au purgatoire

Le 8 mai 2002, un attentat, officiellement orchestré par un groupe islamiste radical, tua 11 employés français de la Direction des Constructions Navales (DCN). Les familles de victimes sont persuadées que l’Etat leur cache la vérité depuis le début.

Les investigations conjuguées de la justice et de la presse ont révélé les coulisses d’un contrat d’armement franco-pakistanais, en l’occurrence la construction de sous-marins Agosta, pour lequel travaillaient les expatriés de la DCN visés par l’attentat.

Les intermédiaires imposés au dernier moment dans les négociations avec le Pakistan – baptisés RESEAU K – auraient contribué à financer la campagne d’Edouard BALLADUR, candidat à l’élection présidentielle de 1995.

Selon une hypothèse privilégiée par bon nombre de spécialistes de l’affaire, l’attentat ne serait pas le fait d’un groupe islamiste radical mais des services pakistanais eux-mêmes; il s’agirait d’une riposte sanglante à la décision de Jacques CHIRAC, concurrent direct d’Edouard BALLADUR à droite, de ne plus verser les commissions promises. Les investigations n’ont pas permis de matérialiser cette hypothèse pour le moment faute d’une réelle coopération judiciaire avec les Pakistanais.

Cette affaire a mis en lumière la vulnérabilité du système démocratique face à la corruption qui entoure les grands contrats d’armements. Que dire de l’attitude du Conseil constitutionnel chargé de vérifier les comptes de la campagne de 1995 qui a avalisé la campagne d’Edouard BALLADUR malgré les doutes sur l’origine des fonds. Jacques ROBERT, l’un des sages de l’époque avoue : pour des raisons politiques, nous n’avons pas appliqué l’état de droit !

Une enquête est en cours sur les contrats d’armement signés par le gouvernement BALLADUR avec l’Arabie Saoudite et le Pakistan. Les juges veulent savoir si ces contrats d’armement avec l’Arabie saoudite et le Pakistan ont donné lieu à un financement illégal de la campagne présidentielle de l’ex-Premier ministre Edouard BALLADUR, en 1995, via un système de rétrocommissions.

Le FouDuRoi SARKOZY, alors ministre du Budget puis porte-parole de BALLADUR, est soupçonné d’avoir participé au versement de ces rétrocommissions, en approuvant la création de structures offshore au Luxembourg impliquées dans le versement de ces rétrocommissions.

.

Petit aparté… Ca ne vous dit rien les comptes offshore ? et les Luxleaks non plus ? Ces fameux comptes qui permettent de ne pas pouvoir connaître le nom du propriétaire, et voilà on revient encore en plein dans l’évasion fiscale, ben oui forcément quand on perçoit des commissions occultes qui ne sont pas censées exister, on cherche à ce que toute la procédure se fasse incognito, à se demander si le fou du roi n’était pas pote avec CAHUZAC à l’époque 🙂 ? Oups, que je suis bète, lui c’était la Suisse et ses SwissLeaks… 🙂 !

Ils sont fortiches nos ordures d’élus, ils critiquent le système fiscal alléchant de la Suisse, du Luxembourg et autres paradis fiscaux qui font fuire de nombreux « évadés fiscaux » français alors qu’ils sont les premiers à y planquer tout leur argent gagné honnêtement volé mafieusement ! Et hop, là ils se contrefoutent royalement de l’effort collectif pour diminuer la Dette !

.

L’enquête des juges Renaud VAN RUYMBEKE et Roger LE LOIRE a été bouclée en juin 2014. 6 personnes ont été mises en examen et renvoyées devant le tribunal correctionnel dont 2 proches du fou du roi : Thierry GAUBERT et Nicolas BAZIRE. S’agissant de ceux qui étaient ministres à l’époque, la Cour de justice de la République, seule habilitée à les juger, a ouvert une enquête concernant Edouard BALLADUR et François LEOTARD. SARKOZY n’est pas mis en examen pour le moment dans cette affaire mais les juges ont toutefois recommandé qu’il soit entendu comme témoin assisté par la Cour de justice de la République.

Autres personnes visées :

Edouard BALLADUR, ancien Premier ministre,
François LEOTARD, ancien ministre de la défense d’Edouard BALLADUR,
Abdul Rahman EL-ASSIR, ancien conseiller au ministère du Budget de Nicolas SARKOZY,
Thierry GAUBERT, ex-directeur du cabinet d’Edouard BALLADUR à Matignon,
Nicolas BAZIRE, ex-conseiller de François LEOTARD à la défense,
Renaud DONNEDIEU DE VABRES, ex-conseiller spécial de François LEOTARD,
Dominique CASTELLAN, ancien dirigeant de la DCN,
Ziad TAKIEDDINE, intermédiaire en armements.

Procès
attentat Karachi

Sarkozy et la fable
du Karachigate

Karachi :
Nicolas Sarkozy a menti

L’attentat de Karachi
peut être lié à un contentieux

Attentat de Karachi
la bataille Villepin-Sarkozy

Interrogé sur Karachi,
Sarkozy perd son sang-froid

Attentat de Karachi:
Sarkozy appelé à témoigner

Karachi: les familles
mettent en cause Sarkozy

.

Articles pertients sur ce linge TRES sale du FouDuRoi

20 minutes : Affaire Karachi – Tout comprendre sur l’enquête visant Nicolas Sarkozy

20 minutes : Karachi – un rapport de la police luxembourgeoise mouille Nicolas Sarkozy

Challenges : Tout savoir sur l’affaire Karachi

L’Express : Comprendre l’affaire Karachi

L’Obs avec Rure89 : Rien compris à l’affaire Karachi ? On reprend de zéro

La Croix : Pour tout comprendre sur l’affaire Karachi

La Dépêche : Affaire Karachi – l’étau se resserre sur Balladur et Sarkozy

Le Figaro : L’Affaire Karachi

Le Monde : Affaire de Karachi – Nicolas Sarkozy n’est pas tiré d’affaire

Le Monde : Affaire Karachi

Le Nouvel Obs : Attentat de Karachi – les secrets de la DST se dévoilent

Le Parisien : Karachi, une affaire d’État

Le Point : Affaire Karachi – Balladur et Léotard au coeur d’une enquête de la CJR

Libération : Affaire Karachi – Sarkozy devant la Cour de justice de la République ?

Libération : Affaire Karachi – Sarkozy se déclare un peu vite lavé

Libération : Affaire Karachi – un coup de rétro qui fait mal

Médiapart : AFFAIRE KARACHI – NOTRE ENQUÊTE

Rtl : Affaire Karachi – « Nicolas Sarkozy n’est absolument pas mis hors de cause », dit l’avocat des familles

Vérité Attentat Karachi : L’attentat du 8 Mai 2002 à Karachi

WikipédiA : Affaire des frégates d’Arabie saoudite et des sous-marins du Pakistan sur WikipédiA

WikipédiA : Attentat du 8 mai 2002 à Karachi sur WikipédiA