Les phases cycliques programmées de la bourse

Classé dans : Bourse, Complot | 0

Les phases cycliques programmées de la bourse

Les phases cycliques programmées de la bourse

Fiction ou réalité ? Les cours de bourse, quel que soit le produit sur lequel on « spécule », sont pilotés dans une direction ou dans une autre par des manipulateurs.

En bourse, rien ne se perd, toute transaction donc tout échange nécessite un acheteur et un vendeur, un gagnant et un perdant, un piégeur et un pigeon. Tout le travail consiste à préparer une histoire à laquelle vont adhérer les pigeons pour les inciter à prendre position à l’inverse de celle des manipulateurs. Concernant le « pilotage » des cours de bourse, je ne m’attarde pas sur le sujet, il y aurait de quoi faire un article entier, je joins quelques articles sur ce sujet en bas de mon article.

Pour faire bref et simple, sur le pilotage, il est rendu possible grâce au Trading Haute Fréquence (THF), méthode qui consiste à exécuter à haute fréquence des millions d’ordres de bourse en une microseconde. Je vous joins une vidéo explicative détaillée sur le sujet.

Les opérateurs qui utilisent cette technique profitent alors d’un léger avantage (le temps) pour prélever un tout petit bénéfice, mais multiplié par des millions d’ordres, les bénéfices sont  très importants, les pertes aussi si l’on se plante !

Ce procédé a aussi pour effet de pouvoir influencer spontanément les cours, parfois de façon irrationelle, tout ceci est d’autant plus vrai quand les liquidités affluent à profusion

Le THF représente aujourd’hui environ 40% du volume total des transactions journalières sur le marché des actions en Europe et environ 65% aux Etats-Unis, c’est donc un phénomène très répandu, on comprend aisément qu’il puisse influencer les cours à un moment donné. Et cela ne va pas évoluer vers le bas, cela va s’accélérer, jusqu’à atteindre 100 % ?

Si le THF est apparu, c’est clairement pour pouvoir spéculer massivement et donc pouvoir influencer les cours si besoin (parfois je me demande même si au final on n’a pas un ordinateur central qui nous comte une histoire de cours à laquelle on adhère dans un sens ou dans l’autre mais on n’en est peut-être pas encore là).

En tout cas, pour que le THF ait un intérêt, il faut déjà qu’on permette la spéculation.

Et savez-vous qui s’en est occupé ? Bill CLINTON en personne a signé en 1999 un texte permettant la dérégulation des marchés, admirez le sur cette vidéo.

Le THF est-il dangereux, entraîne-t-il des CONséquences…? Ben oui, forcément, une non-maîtrise ou une mauvaise CONception des algorithmes peut avoir des CONséquences dramatiques.

Dans cette vidéo, il est fait allusion à une journée folle de trading où les ordinateurs fous seraient devenus maîtres sans contrôle ou maîtrise par l’homme. Je pense plutôt que les manipulateurs se servent aussi de cette excuse pour justifier un laminage déraisonnable des pigeons.

Car quand les cours partent fortement vers le bas puis reviennent à leur point de départ, il y a bien des gagnants et donc des perdants à la descente comme à la remontée (n’oubliez pas transaction = échange).

N’oublions pas que la bourse est 100 % dématérialisée aujourd’hui : on peut vendre avant d’acheter que ce soit des actions (ou produits dérivés basés sur les actions comme les turbos ou warrants), de l’indice boursier comme le Cac, le Dax, le Spx (valeurs représentatives d’un ensemble de sociétés côtées en bourse – 100 % immatériel).

C’est aussi vrai sur le pétrole (encore plus car là aussi il y a des manipulateurs – quand on a CONpris que le prix dépend juste du rapport entre offre et demande – suffit juste de savoir qui a la main sur le robinet pour savoir qui fait la pluie et le beau temps dans ce domaine), et cela peut paraître ahurissant c’est vrai aussi sur le blé, l’or etc…

Quand on peut vendre avant d’acheter, cela signifie que, lorsqu’on est manipulateur et qu’on a donc une longueur d’avance sur ce qu’il va se passer, on peut gagner aussi bien à la descente qu’à la montée… et les pigeons de perdre en face donc aussi bien à la montée (achat) qu’à la descente (vente)… Il suffit juste de maîtriser le flux grâce au THF de façon à être maître de la direction dans laquelle on veut faire aller les cours (si on veut gagner à la montée, il faut être acheteur en bas et faire en sorte que les cours montent donc inciter les vendeurs à prendre position tout au long de la montée mais pas trop sinon les cours redescendraient, et vice versa).

Voici quelques articles que j’ai rédigés venant CONFirmer toute cette manipulation :

Les manipulateurs du TFH pris en flagrant délit

Les Présidentielles amerlocaines et les manipulateurs du THF

La chèvre du FMIsterie donne un coup de pouce aux manipulateurs

La Chine bouc émissaire du Krach programmé

Et si la sortie de la Grèce était voulue

Le Peplum Petroleum la grande manipulation

Tout ceci est rendu possible, fortement facilité par les politiques monétaires accomodantes des Banques Centrales, les deux plus connues étant la FED et la BCE. Prenons par exemple la Banque Centrale Européenne, nous avons a sa tête Mario Draghi, le Super Mario GARCIMORE qui balance 80 milliards d’€ par mois de planche à billet mafieuse, dont la majeure partie attérit dans le circuit des marchés hyper spéculatifs dits à risque que ce sont les marchés actions.

Voici 3 articles qui mettent clairement cette farce en lumière :

BCE Super Mario relance la planche à billets

Super MARIO et le haricot magique

La FED fait sa révolution

Les questions à se poser : à qui profite le crime ? Cherchez bien… Qui est à l’origine de TOUTES les crises financières (1929… 2008…) ? Qui est fortement infiltré dans le gouvernement américain et dans les Banques Centrales ?

La bordille Goldman Sachs

Savez-vous que Mario Draghi est un ancien de Goldman Sachs ? Hé oui le charlot était LE Monsieur Europe de la pieuvre… Je ne parle même pas de notre escroc ex PDg de la Commission Européenne mafieuse BARROSO et des différents mafieux à la tête de certains états européens…

Certes, GoldmanSachs n’est pas seule à jouer dans la cour pourrie des Banksters…

Commencez par regarder la vision à 6 mois puis passez à la vision à 20 ans pour bien CONprendre le jeu des montagnes russes de la bourse.

Commentaires :

Je joins ici les graphiques des principaux indices boursiers actions sur les 6 derniers mois (au 19 Août 2015), avec un seul indicateur technique pour ne pas perturber la lecture, juste la moyenne mobile à 20 jours, c’est à dire la moyenne du cours sur 20 jours.

Sur 6 mois, le nez dans le guidon, sans recul, on a une vision d’un « range », un trading range est un terme anglais qui signifie une fourchette de prix : les cours évoluent dans un canal avec des sommets et des creux contenus par un support et une résistance horizontales pendant un certain temps, cela signifie que le marché est en stagnation.

.

Ceci est particulièrement vrai pour le CAC40, l’indice boursier des 40 plus grosses entreprises françaises en capitalisation boursière, et pour le DAX30, l’indice allemand. On constate une période haussière suivie d’une période baissière suivie d’une période haussière, dans un range. Tantôt au-dessus de la moyenne mobile ascendante, tantôt au-dessous de la moyenne mobile descendante.

J’aurais tout aussi bien pu prendre l’EURO STOXX 50 qui est l’indice des 50 plus grosses entreprises sur la zone Euro (et non de l’Europe ou de l’Union européenne).

.

Aux Etats-Unis, il y a 3 indices phares : le DOW JONES qui représente les 30 plus grosses entreprises côtées sur le territoire américain, le S&P500 qui représente les 500 plus grosses entreprises américaines et le NASDAQ qui contient particulièrement les valeurs boursières des nouvelles technologies.

Je n’ai pas mis le graphique du S&P500 car il a la même tendance que le DOW JONES. Pour les 2, on constate un range très prononcé avec beaucoup d’allers retours entre les deux bornes d’un canal, les dernières séances plaident pour une baisse car on revient vers le bas du canal avec une moyenne mobile qui décroit et on est en dessous de la moyenne mobile.

Le NASDAQ montre une tendance haussière tout de même contenue dans un range avec un probable début de retournement à la baisse à confirmer.

.

Au Japon, l’indice boursier phare est le NIKKEI 225 avec les 225 plus grosses entreprises du pays dans la balance. Là, on observe une phase haussière suivie d’une stagnation sur la seconde partie.

.

En Chine, l’indice phare est le Shangaï China Composite. Là, la situation est différente, on observe une première phase de montée assez forte mais régulière suivie d’un krach boursier, une baisse violente des cours sous la moyenne mobile avec un probable support depuis quelques séances à surveiller.

.

Bref, hormis pour la Chine, on n’a pas une super lecture ou du moins on pourrait croire que la bourse c’est une oscillation de cours entre 2 bornes, rien d’alarmant, pas de signe visible de krach boursier généralisé en vue.

Finalement, l’indice chinois est peut-être le seul point qui pourrait mettre la puce à l’oreille, sachant que la Chine est quand-même le pays qui produit pour le monde entier… Même s’il y a eu un vent de panique parmi les nombreux traders particuliers qui sont arrivés massivement sur la place ces dernières années.

Graphiques :

Et si la sortie de la Grèce était voulue

Et si la sortie de la Grèce était voulue

Et si la sortie de la Grèce était voulue

Et si la sortie de la Grèce était voulue

Et si la sortie de la Grèce était voulue

Et si la sortie de la Grèce était voulue

Commentaires :

Là je vous joins les graphiques des mêmes indices mais sur une période de 20 ans pour prendre du recul et voir où l’on se situe réellement. La vision change radicalement et les évolutions des cours peuvent être mises en relation avec des faits importants comme notamment les passages fréquents à la « planche à billet », ce sont les QE aux Etats-Unis par la FED (Réserve Fédérale Américaine) ou les LTRO en Europe par la BCE avec SuperMario Garcimore aux manettes…

Un article intéressant d’Atlantico sur le Krach boursier chinois qui vient de sévir : ici.

.

Là, sur le CAC40, on voit qu’on est relativement haut, ce ne sont pas les plus hauts historiques mais on est venu taper une résistance oblique qui, à 2 reprises, a entraîné des krachs, le 3ème contact a été fait récemment et « bizarrement » les cours ont reflué vers le bas… Ceci est surtout flagrant sur le graphique en bas de cette section.

Ce graphique permet de voir facilement la bulle spéculative sur « internet » de 2000 suivie d’un krach aussi fort, puis bis répétita en 2007-2008 avec les subprimes.

Notre troisème contact récent devrait donc inciter à la prudence graphiquement parlant, même si la perfusion de SuperMario Garcimore est toujours là pour soutenir artificiellement les cours des actions.

Nos chers pourris nous font croire que la France va mieux, pourtant la situation de la France est bien pire qu’en 2007-2008 : le chômage n’a jamais cessé de grimper, la dette a littéralement explosé, la France est insolvable puisqu’elle emprunte encore et toujours plus, la situation est devenue incontrôlable puisque rien que les intérêts de la dette grimpent actuellement de 45 milliards d’€ par an !

.

Sur le DAX30, on voit qu’on est très haut, au plus haut de sa vie, avec une accélération forte ces derniers mois. La situation de l’Allemagne est bien meilleure que celle de la France graphiquement parlant mais là aussi on voit nettement les 2 bulles spéculatives suivies des krachs boursiers. La troisième phase ascendante est tellement longue et violente qu’elle mérite de se poser des questions.

.

Sur le DOW JONES, la bulle et la crise de 2000 sont moins perceptibles. La bulle et la crise de 2007-2008 se voient nettement mieux, surtout le krach. L’ensemble paraît d’amplitude modérée juste parce que derrière on est dans une montée très très longue, comme si les cours voulaient monter jusqu’au ciel, et celà juste parce que la FED a lancé une « planche à billets » démesurée pendant de nombreux mois ! Relayée miraculeusement  par celle de SuperMario.

Au passage, je joins un article très intéressant rédigé par Adrian RAYMOND du site DailyFX sur un potentiel prochain krach en macération => ici.

.

Le NASDAQ ne révèle que la bulle et le krach de 2000 mais quel spectacle ! Montée vertigineuse et descente aussi rapide et vertigineuse. Coïncidence… On arrive au même niveau avant le Krach de 2000. Poursuite de l’ascension jusque vers la Lune ? Ou correction à attendre ?

.

Le NIKKEI japonais montre des successions de bulles et krachs successifs forts. Là aussi, on se retrouve à nouveau au niveau le plus haut de ses 20 ans. Après une frénésie de plusieurs mois parce qu’un fonds de pension a annoncé qu’il injectait des milliards sur les marchés actions + une « planche à billets » d’ampleur.

.

L’indice chinois montre un marché atone avec une forte bulle suivie d’un krach tout aussi brutal en 2007-2008. Bis répétita cette année.

Krach chinois terminé ?

ou prémice d’un Krach mondial ?

Graphiques :

Et si la sortie de la Grèce était voulue

Et si la sortie de la Grèce était voulue

Et si la sortie de la Grèce était voulue

Et si la sortie de la Grèce était voulue

Et si la sortie de la Grèce était voulue

Et si la sortie de la Grèce était voulue

Et si la sortie de la Grèce était voulue

Voici un petit aperçu d’un graphique avec plusieurs indicateurs techniques, la lecture est de suite moins évidente pour une personne néofite. Celui-ci, réalisé sur le site ATCAC, est le graphique du CAC40 en chandeliers japonais mensuels, avec les moyennes mobiles à 7 et 20 périodes (7 et 20 mois), il y a en plus les bandes de bollinger, les indicateurs japonais ichimoku (avec nuage, tenkan, kinjun, chikou…), les SAR. Celui-ci est complété par un fibonacci sur la dernière vague de hausse. Ce sont tous des indicateurs très suivis, pas tous ensemble mais tous permettent de confirmer des tendances.

J’ai mis ce graphique car il est intéressant aussi de noter qu’il y a, en plus des indicateurs « mathématiques », d’autres indicateurs tout aussi pertinents qui sont les lignes de tendance, avec résistances et supports. On peut noter la ligne de résistance oblique baissière rouge qui avait « capé » les cours à la hausse à deux reprises, ça n’a pas loupé, ils ont une fois de plus été stoppés à la hausse au 3ème point de contact vers les 5250 points.

Comme quoi, il y a bien une « programmation » des cours… On me répondra que c’est parce que beaucoup d’investisseurs suivent ces lignes de tendances et indicateurs. Oui forcément, si on veut pouvoir piloter les cours, il faut bien former tous les traders et investisseurs sur le même moule sinon personne ne réagirait à ces points de contact ou du moins la réaction à ces points de contact choquerait tout le monde, du moins tous les initiés ! On en revient au même mode opératoire quand les manipulateurs, lobbies et élus corrompus aidés des médias font des campagnes de communication, désinformation, intoxication pour laver le cerveau des moutons de panurge.

Ce que je dis n’est pas pure imagination, je pourrais m’étaler longuement sur le sujet, mais cela est particulièrement flagrant sur le trading en « intraday » sur la journée quand on rajoute des indicateurs très forts qui sont les points pivots, résistances et supports journaliers, issus de calculs basés sur les cours de la veille. Comme par hasard, par miracle, en grande majorité, ces points capent les cours à la hausse ou à la baisse, sauf certains jours où les manipulateurs veulent prendre un maximum de pigeons dans leurs filets. N’oublions pas, manipuler les cours c’est pour faire un maximum d’argent, comme c’est un principe de vase communicant, pour un « niqueur », il faut un « niqué » !

La bourse est quelque chose de totalement dématérialisé. Quand un trader prend une position acheteuse ou vendeuse sur le CAC40, il a quoi entre ses mains ? Rien, juste une position spéculative, le CAC40 n’est rien, on ne nous donne pas 40 petits bouts d’actions des 40 plus grosses entreprises de France ! La seule chose qui est réelle c’est l’issue financière => perte ou gain d’argent sur son compte de trading.

On peut observer des « surmanipulations » par les brokers, les sociétés par lesquelles on peut ouvrir un compte de trading pour trader. Ces manipulations se font au niveau du spread – la rémunération du broker sur votre ordre de trading – et de la valeur d’achat ou de vente, mais ce n’est pas le but de l’article donc je ne m’étale pas plus dessus.

.

Articles sur le Trading algorithmique ou Transactions à haute fréquence

AbcBourse : Le trading haute fréquence

Challenges : Quand la Bourse de Paris n’était pas pilotée par les ordinateurs

L’économiste : Le Trading à haute fréquence

Le Figaro : Comment un algorithme a provoqué un «krach éclair»

Le Monde : Trading algorithmique : mobilisation contre la « menace » des ordinateurs boursiers

Les Echos : Europe – le trading haute fréquence en chiffres

LesMonsieurs.com : Trading Haute Fréquence : Pourquoi fait-il si peur ?

Libération : Un trader à haute fréquence condamné pour manipulation des marchés

Nanex : The Rise of the HFT Machines

Paul Jorion blog : FAUT-IL FERMER LA BOURSE ? PAS LA PEINE, LES ORDINATEURS S’EN CHARGENT !

Paul Jorion blog : TRADING HAUTE FRÉQUENCE ET DÉLITS FINANCIERS, par William Bourdon

Tendance : LA VÉRITÉ CHOQUANTE SUR LE TRADING AUTOMATIQUE

WikipédiA : Transactions à haute fréquence