[Les Institutions de l’Etat][Les cumulards][Corruption et scandales à la française]

[Les compteurs de la honte][Les trophées des actes anarchozytoyens]

Logo_Page_Fabius_Laurent_250x250

Vous n’êtes pas sur le site officiel de Laurent FABIUS, ceci est la page non officielle sur Laurent FABIUS.
Cette page est l’envers du décor sur Laurent FABIUS, vous êtes derrière la MATRICE.
Toute ressemblance avec des faits réels serait une pure et fortuite coïncidence ?
Le schtroumpf dormeur du Parti Socialiste

Savez-vous qu’il est le héros d’une célèbre pièce de théâtre ? Oui oui :
Cop21 : Quand le Sage montre la lune, le Sot regarde le doigt !

Bonne nuit les petits, après Nicolas & Pimprenelle…

J’espère que ces quelques images vous ont incité à la méditation…

Suite à la diffusion massive de la vidéo le montrant en train de dormir lors d’une réunion officielle à Alger en présence du ministre de l’Industrie et des Mines algérien, Laurent FABIUS a précisé :

« Oui, c’est un moment qui a été saisi, mais je mets en garde : de temps en temps, je m’assoupis, mais je ne dors que d’un œil. »

Apparemment, Laurent FABIUS est autant célèbre pour ses somnolences que pour son affaire du sang contaminé. Selon Le Parisien, ses piquements de nez lui ont valu le surnom de « Sleeping FABIUS ». Le Figaro rappelle que l’ancien Premier ministre s’était déjà justifié sur ce sujet dans une interview à Jeune Afrique : « Je ne dors pas que dans les avions. Mais attention, comme les crocodiles de Yamoussoukro, je ne dors que d’un œil ! »

Laurent FABIUS ne dort pas, il songe… Dire qu’on paie cette tâche comme Ministre, mais quelle image pathétique il donne de la France ! On devrait l’envoyer faire un tour chez Kim Jong Un, la promesse d’un vol en missile le tiendrait éveillé définitivement…

Détail des mandats et fonctions

Au sein de partis politiques

1979 : Secrétaire national du PS

1977 : Membre du comité directeur au titre de la motion 1 (F. Mitterrand)

1978 : Délégué général du PS Membre de la commission « projet socialiste »

1978 : Secrétaire législatif au sein du groupe socialiste à l’Assemblée nationale

1979 : Secrétaire national à la presse et porte parole. Membre du bureau national et du comité directeur

1981 – 1986 : Membre du bureau national et du comité directeur

1986 – 1988 : Secrétaire national à l’éducation

1988 – 1992 : Membre du bureau national et du comité directeur

1992 – 1993 : Premier secrétaire du Parti socialiste

1993 – 2002 : Membre du bureau national et du conseil national

2002 – 2005 : Secrétaire national du PS, chargé des élus et du territoire

2006 – 2007 : Membre du bureau national

2009-2012 : Membre du bureau national

Fonctions locales

Mairie

1977 – 1995 : adjoint au maire du Grand-Quevilly

1989 – 2000 : président du SIVOM (Syndicat intercommunal à vocation multiple) de Rouen, puis du district de l’agglomération de Rouen

1995 – 2000 : maire du Grand-Quevilly

2000 – 2008 : adjoint au maire du Grand-Quevilly

2001 – 2008 : vice-président de la communauté d’agglomération rouennaise

2008 – 2014 : 1er adjoint au maire du Grand-Quevilly

2008 – 2009 : président de la communauté d’agglomération rouennaise

2010 – 2012 : président de la CREA

depuis 2014 : membre du conseil municipal du Grand-Quevilly

Conseil général

2000 – 2002 : membre du conseil général de Seine-Maritime

Conseil régional

1986 – 1989 : membre du conseil régional de Haute-Normandie

1992 – 1995 : membre du conseil régional de Haute-Normandie

Fonctions parlementaires – à l’Assemblée nationale

1978 – 1981 : Député

1986 – 1987 : Député

1988 – 1992 : Député et Président de l’Assemblée nationale

1995 – 1997 : Député et Président du groupe socialiste à l’Assemblée Nationale

1997 – 2000 : Député et Président de l’Assemblée nationale

2002 – 2012 : Député

Fonctions parlementaires – au Parlement européen

1989 – 1992 : Député européen

Fonctions ministérielles

1981 – 1983 : Ministre délégué au Budget

1983 – 1984 : Ministre de l’Industrie et de la Recherche

1984 – 1986 : Premier SMinistre

2000 – 2002 : Ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie

Depuis Mai 2012 : Ministre des Affaires étrangères et du Développement international

Décorations pour politicards narcissiques

Grand-croix de l’ordre national du mérite, en 1984 en tant que Premier ministre

( probablement pour sa forte impication dans le scandale du sang contaminé )

Officier de l’ordre national du Québec

Grand-croix de l’Ordre de l’Infant Dom Henri

Chevalier de Grand-croix de l’ordre du Mérite de la République italienne

Grand-croix de l’ordre royal norvégien du Mérite

Grand-croix de l’ordre de l’Étoile de Roumanie

Fabius l’Art et la manière

Laurent FABIUS, comme beaucoup de ses CONdégénérés politicards véreux, est issu de la tristement célèbre école des chèvres énarques. On comprend mieux son passé en cumuHardises, au sens strict comme enen terme de scandales.

Au passage, un article de 2009 indiquait : pour ses 3 mandats (député, premier adjoint au maire de Grand-Quevilly et président de la communauté d’agglomération rouennaise), Laurent FABIUS  perçoit un salaire cumulé de 9.730 € brut par mois selon le magazine Capital, un petit cumulard par rapport à d’autres mais quand-même ! Un pur cumulHardeur mais contre le cumul des mandats !

Laurent FABIUS est issu d’une famille d’antiquaires : la légendaire collection de 400 pièces de la galerie FABIUS Frères, fondée par son grand-père, l’un des plus importants marchands d’art de la première moitié du 20ème siècle, a été vendue aux enchères en Octobre 2011, après 129 années d’activité, pour 9,6 millions d’€ avec 4 records du monde pour des ventes de sculptures du 19ème siècle.

C’est lui qui a créé l’Impôt sur les grandes fortunes lorsqu’il était Ministre du Budget (aboli en 1987 par le gouvernement du fiéleux Jacques CHIRAC), sauf que les œuvres d’art étaient exclues de cet impôt ! En sachant que la fortune familiale est bâtie sur le commerce des œuvres d’art…

Bien sûr, il conteste être à l’origine de cette mesure. L’histoire (panurgiste) nous dit que ce serait Jack LANG, Ministre de la Culture, qui aurait obtenu cette exonération, contre l’avis de FABIUS. Oh on imagine qu’il s’est battu férocement contre Jack LANG, autre vérole pourrie de notre République ! Le « c’est pas moi c’est lui » un grand classique en politique…

Le sang qui tâche – Responsable mais pas coupable

Alors que Laurent FABIUS était Premier Ministre, le CNTS (Centre National de Transfusion Sanguine) a distribué entre 1983 et 1985 des produits sanguins contaminés par le VIH, provoquant la mort de centaines de personnes en France. Le produit mis en cause, des lots dits « acteur VIII » développés par les laboratoires privés Mérieux, devait permettre la coagulation du sang chez les hémophiles. Il s’est finalement avéré dangereux car collecté auprès de populations à risques, non chauffés, et donc potentiellement contaminés. Le scandale avait entraîné l’interdiction de ce produit sur le territoire français accompagné d’une parodie de justice !

Des milliers de victimes mais dont la procédure judiciaire ne retiendra que 7 victimes décédées !

Les grandes lignes sur ce scandale d’Etat grâce à un excellent article

Les causes de la contamination des hémophyles et des transfusés :

1/ La collecte de sang dans les prisons

La mauvaise pratique spécifique à la France de la collecte de sang en établissement pénitenciaire qui se poursuiva malgré la circulaire du Professeur ROUX jusqu’au 22 août 1991 sous le ministère de Jacques CHIRAC.

2/ Refus d’importation de sang sain et refus du chauffage

La négligence du Ministère de la Santé qui n’a pas su écouter les alertes de l’Inspection générale des affaires sanitaires et sociales qui auraient permis d’empêcher la contamination des hémophiles par la prise d’une décision rapide pour le chauffage des produits sanguins issus du don.

3/ Blocage et retard d’homologation du test du laboratoire américain Abott

Le 8 janvier 1985, le laboratoire américain Abott dépose auprès du LNS (Laboratoire National de la Santé) une demande d’enregistrement de son test de dépistage du sida appelé Western-Blot. A ce moment, Sanofi Diagnostics Pasteur, filiale de l’Institut Pasteur, est loin d’avoir mis au point le sien, le test Elisa.

Sous la pression du lobby industriel Sanofi Diagnostics Pasteur, le LNS laisse traîner, l’enregistrement du test Abott est accordé près de 7 mois plus tard pendant lesquels les receveurs de transfusion étaient contaminés par le virus au rythme de 100 à 200 par mois, selon les estimations de l’INVS (Institut National de Veille Sanitaire) !

4/ Distibution aux hémophyles des stocks de produits sanguins contaminés

Le 29 mai 1985, 8 personnes, médecins pour la plupart, réunies au CNTS sous la présidence du directeur général, le Docteur Michel GARRETTA, décidaient que les stocks de produits sanguins contaminés, d’une valeur de 34 millions de francs, continueraient d’être distribués jusqu’au 1er octobre 1985 !

.

Raison d’Etat Sang contaminé, autopsie d’une affaire France

L’affaire du sang contaminé, c’est une affaire d’Etat impliquant les plus hautes personnalités politiques du pays, des ministres agissant en dehors de toute règle de droit et de morale, acceptant la contamination de 4.000 transfusés et 1.205 hémophiles au nom d’enjeux financiers.

En raison de mesures de sécurité inexistantes ou inefficaces, plusieurs personnes ont été contaminées par le virus du SIDA ou de l’hépatite C à la suite d’une transfusion sanguine.

En avril 1991, la journaliste Anne-Marie CASTERET prouve que le CNTS (Centre National de Transfusion Sanguine) a sciemment distribué à des hémophiles, de 1984 à la fin de l’année 1985, des produits sanguins dont certains étaient contaminés par le virus du sida !

La France découvre ce drame en 1992 lorsque 4 médecins sont accusés d’avoir inoculé la mort, d’avoir sciemment distribué du sang contaminé durant l’été 1985. En 1992, le Docteur GARETTA, principal inculpé et principal absent, a été condamné à 4 ans de prison ferme assorti d’un mandat d’arrêt, son adjoint le docteur ALLAIN a été condamné à 4 ans de prison dont 2 ans ferme, le docteur ROUX ancien directeur général de la santé a été condamné à 4 ans de prison avec sursis, le docteur NETTER ancien directeur du laboratoire national de la santé a été relaxé.

Le fiasco de ce procès et ses clémences tient au fait qu’il s’agissait d’un procès pour vente de produits avariés, on n’a jamais tenu compte qu’il y avait mort de personnes ! La justice n’a jamais jugé toutes les personnes incriminées sur le fait qu’ils ont tué du monde.

Pour Michel GARRETA : « la responsabilité de tous les acteurs est engagée : selon les questions, selon les dates, la responsabilité des uns ou des autres est importante. Dans un système où le pouvoir technique, le pouvoir de réglementation et le pouvoir économique sont au niveau politique, l’engagement politique est majeur. »

.

21 Juillet 1998 – Arrêt de la commission d’instruction de la Cour de justice de la République

L’arrêt de la commission d’instruction de la Cour de justice de la République précise les faits imputés aux ministres et les renvoient devant la Justice pour homicide involontaire et atteinte involontaire à l’intégrité physique des personnes. Le texte de 200 pages est dense, et particulièrement détaillé sur les prises ou non prises de décision des uns et des autres.

Jusque là, les responsabilités de l’ancienne Ministre Georgina DUFOIX et de l’ancien Secrétaire d’Etat Edmond HERVE paraissaient évidentes, celle de Laurent FABIUS en tant que Premier Ministre était moins évidente. Cet arrêt a permis de sortir de l’ombre la pourriture FABIUS dans cette sordide affaire.

Pour les magistrats, dès le 9 mai 1985, le dossier est géré, en première ligne, par le Premier ministre. C’est à cette date que se tient la réunion interministérielle à l’hôtel Matignon, qui aboutit à la décision de retarder l’homologation du test américain Abbot pour permettre à celui de Pasteur de devenir opérant.

« En juin 1985, Laurent FABIUS se borne à annoncer que le gouvernement a décidé de généraliser le dépistage, mais sans prendre aucun engagement ferme quant au calendrier, alors qu’il reconnaît que la santé de centaines de personnes est en jeu. En se donnant le temps de la réflexion, le Premier ministre donne à Diagnostics Pasteur le moyen de revenir dans la course au marché des tests. »

« L’implication personnelle du Premier ministre dans la gestion du dossier des tests de dépistage va bien au-delà de ce qu’il reconnaît. »

« Un chef du gouvernement qui se dit déterminé à agir contre ce qu’il qualifie de fléau, qui énonce que le dépistage des donneurs du sang permettra d’éviter que plusieurs centaines de personnes chaque année puissent développer le sida, ne peut prétendre faire preuve de diligence en tolérant que la contamination des receveurs se prolonge encore pendant plusieurs semaines, au seul motif que le fabricant français du test n’est pas opérationnel. Force est de constater, à l’encontre des apparences, que l’orientation donnée par Laurent FABIUS au dossier du dépistage ne correspond pas à celle qu’on était en droit d’attendre en termes de santé publique. »

Sur la question des produits chauffés, les magistrats ne chargent que ses deux ministres.

« L’information a mis en évidence, pour la période du 9 mai au 1er août 1985, à la charge de Georgina DUFOIX et d’Edmond HERVE des fautes de négligence et d’inattention, ainsi que des manquements aux obligations de prudence et de sécurité. »

« Constat d’une absence de réaction visant à faire appliquer la circulaire du 20 juin 1983 sur la sélection des donneurs de sang, et quant à l’absence d’interdiction des collectes à risque, Edmond Hervé a toléré qu’on les poursuive. Il a créé les conditions qui ont rendu le dommage possible pour ces personnes. »

Sur la question du non-rappel des transfusés pour déterminer s’ils ont été ou pas contaminés durant ces mois à hauts risques :

« En s’abstenant de toute initiative visant à rendre obligatoires ces enquêtes transfusionnelles, Edmond HERVE porte la responsabilité d’une partie de ces contaminations indirectes, qui auraient pu être facilement évitées. »

Au passage, l’arrêt est sévère pour le procureur général, Jean-François BURGELIN, qui avait réclamé un non-lieu. Le magistrat assurait dans son réquisitoire que les fautes d’un ministre relèvent de la sanction du peuple, donc des urnes. Faux, répondent les juges de la commission d’instruction, « dès lors qu’elles sont susceptibles de revêtir une qualification pénale, les fautes d’un ministre, fussent-elles involontaires relèvent bien de la compétence de la Cour de justice de la République. »

Rapport pertinent mais vérolé sur le dernier point pourtant crucial, la complicité d’empoisonnement :

Les ministres étaient mis en examen pour complicité d’empoisonnement.

Bizarrement – ou véreusement ? -, la commission d’instruction l’écarte !  Pour être un complice d’une infraction, la commission estime qu’il faut une intention coupable chez son auteur. Or, même si les ministres ont su que du sang contaminé était administré à des hémophiles ou à des transfusés, ils ne pouvaient raisonnablement penser qu’il l’était par des personnes qui auraient eu le dessein d’attenter volontairement à la vie ou à la santé d’autrui.

Enfin, dernier problème soulevé, celui de la prescription. L’empoisonnement ou sa complicité sont prescrits comme tous les crimes au bout de 10 années à dater de l’infraction commise, mais les ministres sont renvoyés devant la Cour pour 2 délits, prescrits eux après 3 ans. Ce qui explique que soient ainsi écartées les plaintes de 17 personnes contaminées et ne soient retenues, finalement, que 7 plaintes. Pour des millers de victimes !

.

La Loi FAUCHON à la rescousse des crapules politicardes

En Mars 1999, lors du procès des ministres crapuleux pour homicide involontaire, on les accuse d’avoir pris des décisions uniquement sur des intérêts économiques. La cour a rendu son verdict par un arrêt qui innocente Georgina DUFOIX et Laurent FABIUS. Edmond HERVE a été condamné pour manquement à une obligation de sécurité ou de prudence, mais dispensé de peine au motif qu’il avait été soumis, avant jugement, à des appréciations souvent excessives !

Les dernières procédures se sont terminées le 18 juin 2003 par un non-lieu général confirmé par la Cour de Cassation pour les conseillers ministériels et médecins poursuivis depuis 1994, et le 6 novembre 2003 avec un dernier non-lieu de la commission d’instruction de la CJR en faveur de l’ancien ministre de la Santé, Claude EVIN, mis en examen en mai 1999 pour homicide involontaire.

Une parodie de justice qui s’est passée hors de la présence des parties civiles et même de leurs avocats !

Le jugement de la cour de cassation s’appuie largement sur la loi du sénateur Pierre FAUCHON du 10 juillet 2000, qui a modifié le code pénal pour exiger un niveau très élevé de preuves pour poursuivre les délits non intentionnels. A présent il faut démontrer une faute caractérisée d’une particulière gravité.

Quand l’Assemblée Nationale a passé la loi, on la considérait déjà comme une amnistie légiférée pour le scandale du sang contaminé. Ainsi Olivier DUPLESSIS, président de l’Association française des transfusés, a écrit une lettre à François HOLLANDE, alors président du Parti Socialiste, dénonçant une loi qui instaure une justice à deux vitesses en faveur des hauts responsables, en particulier politiques, pénalisant les acteurs subalternes, dont les fautes, bien que directes, ne sont souvent que les conséquences impuissantes des décisions des acteurs dits indirects.

Le caractère essentiel pour la déclaration de non-lieu de l’application de la loi FAUCHON se voit dans le traitement des conseillers ministériels d’Edmond HERVE. Si, en 1999, il y avait suffisamment de preuves pour condamner le ministre, ses conseillers, comme le reste des accusés, ils échappent à la condamnation en 2003. Selon la justice, dans l’incertitude sur l’existence d’un lien de causalité entre les fautes reprochées et le dommage, les manquements des responsables des cabinets ministériels, des membres du CNTS et du directeur du Laboratoire national de la santé ne peuvent être incriminés.

Les familles des victimes qui étaient présentes lors de la décision vérolée de cette fausse justice pourrie ont exprimé leur écourement :

« Honte ! Honte à vous !, Justice pourrie !, Vous n’avez pas regardé le dossier, tout était verrouillé d’avance ! »

« Il y a deux justices, l’une pour les assassins en col blanc, l’autre pour le peuple d’en bas. »

Les avocats spécialisés dans la poursuite des crimes sanitaires craignent que cette décision et l’interprétation qu’elle donne à la loi FAUCHON ne rendent impossible toute poursuite en justice de méfaits sanitaires.

Face une telle parodie de justice, pour ma part, je trouve bien dommage qu’on ne pratique pas le lynchage en France, la justice par le peuple et les victimes ! Ce serait efficace et peu couteux et ça stopperait toute envie à ces crapules de récidiver dans leurs berlusconneries jusqu’à jouer avec la vie des gens !

Le « Responsable mais pas coupable » a ainsi fait son entrée en politique pour être repris très largement par la suite ! Vive la FRANCE véreuse !

.

Le sang contaminé jusqu’en Iran !

Laurent FABIUS, en tant que Ministre des Affaires étrangère, s’est rendu en Iran en Juillet 2015. A son arrivée, il a été accueilli par une campagne de dénigrement de la part des conservateurs iraniens : « il  arrive « pendant ‘la semaine du soutien aux hémophiles’, ce qui nous rappelle nos chers compatriotes qui sont morts à cause de l’importation de sang contaminé dont le principal responsable est FABIUS. »

Selon le site spécialisé Al-Monitor, citant les chiffres du ministère de la Santé, 300 Iraniens ont été infectés par les produits sanguins contaminés par le VIH au cours des années 1980. Le camp conservateur iranien accuse le ministre des Affaires étrangères d’avoir autorisé l’export en Iran de lots contaminés par le VIH dans les années 80.

Thomas la tare de la famille FABIUS

Gosse de riche mais escroc dans le sang

La tare et sa bande de potes de « fils de » brûlent leur jeunesse et leur ennui sur les tables des casinos à Deauville ou à Marrakech. Il est le plus excessif, capable de miser simultanément sur plusieurs parties, s’acharnant une nuit entière à la roulette sur le même numéro.

Une soirée de 2007, Thomas FABIUS organise une partie de poker entre amis, dont un producteur de télévision, le fils d’un ancien député et celui d’un acteur célèbre, dans son luxueux appartement parisien. Quand le producteur dévoile un carré de dames, la vérole sort un carré d’as ! Ses « amis » ont la conviction qu’ils sont tombés dans un traquenard : la tare et les deux inconnus sont de mèche.

Le producteur est furieux. Il finit la soirée dépossédé de 50.000 €. « Je t’en file 20.000 et estime-toi heureux que je ne te casse pas la gueule ! ». Avant de claquer la porte du loft en jurant ne plus jamais y remettre les pieds, un autre pointe du doigt sa garce d’ami FABIUS : « Tout ça va mal finir pour toi. »

C’est dingue d’être moisi à ce point même avec ses soit disant amis ! Comme quoi le vice et la perfidie sont CONgénitales dans les familles de politicards tocards véreux !

Voyoucrate dans la durée

Thomas FABIUS a été visé par plusieurs plaintes pour escroquerie : notamment une enquête préliminaire est ouverte en Septembre 2010 par le parquet de Paris suite à deux plaintes déposées par deux hommes d’affaires algériens. Ceux-ci affirment avoir été en contact avec la tare FABIUS pour un projet de création d’une carte de paiement. Ce dernier aurait été chargé de trouver des investisseurs pour le financer. Les deux plaignants affirment lui avoir remis entre avril et juillet 2009 80.000 € en liquide à l’hôtel Fouquet’s de l’avenue des Champs-Elysées. Mais la tare, une fois l’argent dérobé, n’a plus donné signe de vie.

Plaidant coupable, Thomas FABIUS est condamné en 2011 à 15.000 € d’amende, dont 10.000 € avec sursis ! Allez un p’tit bakchich à l’Etat et roule ma poule !

L’appartement à 7 millions d’€

Thomas FABIUS ne paie pas d’impôt sur le revenu et fait l’acquisition d’un appartement de 7,4 millions d’€ (280 m2 dans les quartiers très uppés de Paris) dans des conditions obscures ! Il s’agirait de l’ancienne propriété du réalisateur Claude ZIDI sur l’une des artères les plus huppées de la capitale, le boulevard Saint-Germain.

D’après les journalistes du journal Le Point, qui ont contacté la vendeuse, l’intermédiaire et l’avocat du fils prodigue, les explications sont plus que confuses. Thomas FABIUS parle d’une garantie mystérieuse invérifiable et refuse de donner l’identité de son banquier. Mais il assure que ce mystérieux banquier aurait été rassuré par les bénéfices de sa société de conseils (en mafieuseries ?) TF Conseils.

Mais ces bénéfices sont de 92.000 € en 2010 et 12.000 € en 2011 et Thomas FABIUS ne s’octroie ni salaires ni divendes sur cette société. Ensuite, Thomas FABIUS indique que cet argent proviendrait de ses gains aux jeux. Sauf qu’il est connu pour perdre plus qu’il ne gagne ! Autre sarkozerie dans cette affaire, l’appartement a été acheté 1 million d’€ de plus que sa valeur sur le marché immobilier !

Le cabinet du papounet ministre des Affaires étrangères a assuré que son fiston n’avait bénéficié d’aucune donation ou héritage familial.

Une information judiciaire le visant a été ouverte en2013 pour  faux, escroquerie et blanchiment. La cellule antiblanchiment du ministère des Finances, Tracfin, a procédé à deux signalements, dont l’un concerne cet achat. Mais la justice INDEPENDANTE a juste été intriguée par cela ! Depuis des mois, plus aucune nouvelle dans les médias sur cette affaire !

Le chauffard impuni

7 Juillet 2014 à Paris, au volant de son Audi A5, Thomas FABIUS s’engage dans la rue de Constantine. Un exercice incendie est organisé dans un batiment, mission encadrée par deux adjoints de sécurité. Quand la tare arrive au niveau du batiment, la foule étant à l’extérieur du bâtiment, les deux policiers lui font signe de s’arrêter mais il passe outre et force le passage puis poursuit son chemin.

La tare dégénérée est interceptée par la brigade anticriminalité du 7e arrondissement. Le rejeton se montre très véhément envers les policiers et avance aussitôt qu’il est Thomas FABIUS.

Il est conduit par les forces de l’ordre au commissariat. Lors de son audition, il affirme ne pas avoir vu les adjoints de sécurité ! Ces derniers ne portent pas plainte, un simple refus d’obtempérer est censé avoir été transmis au parquet de Paris mais plus de news sur le sujet…

Le flambeur de Monaco et sa dette

Concernant le fiasco Thomas FABIUS à Monaco, le procès-verbal d’une réunion du 15 octobre 2013 entre des représentants du gouvernement, du conseil national et des dirigeants de la SBM ( Société des Bains de Mer, qui gère les casinos de Monaco) indique :

Thomas FABIUS a beaucoup gagné à la SBM et ailleurs avant de commencer à perdre. Ses pertes auraient été couvertes par des virements émanant de casinos londoniens et de la Société générale. Il avait un crédit maximal d’1 million d’€. Un soir, il s’est trouvé à ce maximum. La Société de financement et d’encaissement a augmenté la ligne de crédit. Il s’est arrêté de jouer et n’est plus revenu. Sa dette cumulée est de 1,9 million d’€.

Concernant un effacement d’ardoise de 700.000 €, le patron de la SBM précise : « Un week-end, M. FABIUS a déposé 650.000 € à la caisse et a indiqué ne plus souhaiter jouer du week-end. Or, il est revenu jouer et n’a pas été empêché par le personnel. Il a perdu et la SBM a dû rembourser pour incident de jeu. »

L’éternel endetté insolvable

Thomas FABIUS  fait l’objet d’un mandat d’arrêt aux Etats-Unis pour des chèques en bois à des casinos de Las Vegas, d’un montant total dépassant 3,5 millions de $, ces énormes dettes de jeu ont été contractées dans la nuit du 15 au 16 mai 2012. Le mandat d’arrêt visant la tare n’est pas international mais s’applique à tout le territoire américain, en bref Thomas FABIUS risque de se faire arrêter uniquement s’il pose le pied aux Etats-Unis !

Selon la plainte officielle remontant à Avril 2013, la tare a été prise d’une frénésie d’achat de jetons et de plaques de casino, rédigeant des chèques à répétition.

Utilisant un chéquier de la banque italienne Banca Monte dei Paschi di Siena, il a libellé 3 chèques à l’ordre de l’hôtel de luxe-casino The Palazzo : 1 chèque de 200.000 $, 1 chèque de 409.000 $ et 1 chèque de 1 million de $.

Au Aria Resort & Casino, un autre complexe offrant des jeux et des chambres luxueuses, la tare a remis 5 chèques, en sortant cette fois un carnet de la Société générale : 2 chèques de 300.000 $, 2 chèques de 100.000 $ et 1 chèque de 200.000 $.

Au casino Cosmopolitan of Las Vegas, la tare a rédigé 1 chèque de 900.000 $.

Tous ces chèques étaient apparemment sans provisions, non encaissables !

Vous verrez, je parie que, comme le FouDuRoi Paul BISMUTH, il n’ira jamais au CACHOT voir même la justice le déclarera irresponsable, souffrant de troubles obsessionnels & co…

Articles pertinents sur le personnage

AlterInfo : LA Ve REPUBLIQUE FRANCAISE EST-ELLE SOLUBLE DANS LA CORRUPTION ? Une affaire Fabius…

Atlantico : Thomas Fabius – la justice s’interroge sur l’origine de sa cagnotte anglaise de 11 millions d’euros

Boulevard Voltaire : Thomas Fabius – le scandale de trop ?

Closer : OUI, LAURENT FABIUS DORT EN RÉUNION ET IL L’ASSUME

Egalité & Réconciliation : Savoir mentir avec sang-froid, par Laurent Fabius

Facebook : L’UPR DEMANDE QUE LAURENT FABIUS SOIT DÉMIS DE SES FONCTIONS…

FranceInfo : L’affaire du sang contaminé rebondit à l’étranger

FranceTV Info : Laurent Fabius admet dormir parfois en réunion, « mais que d’un œil »

FranceTV Info : Thomas Fabius interpellé après avoir forcé un barrage de police

L’Express : Laurent Fabius reconnaît dormir souvent en réunion

L’Opinion : Malgré le non-cumul, seize ministres dans la bataille électorale

Le Figaro : Des juges français s’intéressent à Thomas Fabius

Le Figaro : «Sleeping Fabius» reconnaît s’assoupir parfois, mais «que d’un œil»

Le monde de Lucha : Toute la vérité sur l’affaire du sang contaminé

Le Monde diplomatique : Les dessous de l’affaire du sang contaminé

Le Nouvel Obs : Fabius, cumulard (presque) favorable au non-cumul

Le Nouvel Obs : Fabius en Iran – le fantôme de l’affaire du sang contaminé

Le Parisien : Qu’est-ce qui fait dormir Fabius ?

Le Point : Etats-Unis: mandat d’arrêt contre Thomas Fabius pour de gros chèques en bois

Le Point : L’appartement à sept millions d’euros de Thomas Fabius

Libération : L’affaire du sang contaminé

Libération : Le procès du sang contaminé. Le dernier acte de Laurent Fabius…

Libération : Procès du sang contaminé. Trois ministres responsables…

Linternaute.com : Thomas Fabius – un nouveau scandale à Monaco

Metronews : Thomas Fabius, le drôle de parcours d’un « fils de »

Monaco Hebdo : Affaire Fabius - une dette de 2 millions d’euros ?

Paris Match : THOMAS FABIUS. LA ROUE TOURNE

Politique.net : Le salaire et la retraite de Laurent Fabius – 12 930 euros brut par mois, sans compter…

Riposte laïque : Fabius Père et Fils – Famille responsable mais pas coupable

Rtl : Thomas Fabius devrait 3,3 millions de dollars à trois casinos de Las Vegas

Rtl : Thomas Fabius placé en garde à vue à Paris

Rts : Le scandale du sang contaminé

SputnikNews : Fabius – un scandale socialiste peut en cacher un autre

Valeurs actuelles : Affaire Thomas Fabius – les juges ordonnent une commission rogatoire internationale

Valeurs actuelles : La dette de 2 millions d’euros de Thomas Fabius

WikipédiA : Affaire du sang contaminé

World Socialist Web Site : France – la justice referme le dossier du sang contaminé

.

Informations complémentaires sur Laurent FABIUS