Page non officielle sur le Sénat

Classé dans : Nos chers élus | 0

[Les Institutions de l’Etat][Les cumulards][Corruption et scandales à la française]

[Les compteurs de la honte] – [Les trophées des actes anarchozytoyens]

Logo_Article_LeSenat_250x250

Vous n’êtes pas sur le site officiel du Sénat, ceci est la page non officielle sur le Sénat.
Cette page est l’envers du décor sur le Sénat, vous êtes derrière la MATRICE.
Toute ressemblance avec des faits réels serait une pure et fortuite coïncidence ?
Le club med 5***** de la République

Complément du 12 Août 2016

Les gras opulents du Sénat ont discrètement autorisé le gros opulent en chef Gérard LARCHER à attaquer en diffamation Yvan STEFANOVITCH, juste parce qu’il dénonce dans un livre leurs privilèges !

Complément du 17 Mai 2016 – sur les feignasses absentéistes

Une fois de plus, Yvan STEFANOVITCH nous éclaire sur ceux qui saignent les LABORIEUX (retraites…) mais ne se saignent pas eux-mêmes, bien au contraire…

Dans la théorie LARCHEResque, les absentéistes sont censés être sanctionnés pécuniairement…. Dans la pratique ? Que néni !

Des règles abracadabrantes : le règlement oblige un sénateur à se rendre à au moins la moitié des réunions de la commission dont il est membre… mais en prenant en compte uniquement les réunions convoquées le mercredi matin et consacrées à l’examen de projets de loi ou de propositions de loi ou de résolution.

Démonstration : au dernier trimestre 2015, la commission des Affaires étrangères s’est réunie une vingtaine de fois. Mais sur ce total, il y a eu neuf réunions du mercredi matin, dont seulement sept réunions consacrées à des projets de loi.

On apprend que le roi du J’t’embrouille sauce magouille reste l’arriviste inCONpétant roi des pvs Jean-Vincent PLACE !

On apprend également que le LaidRépublicain François BAROIN est THE spécialiste du J’viens juste faire un p’tit tour.

Quant aux excusés avec mot d’excuse des parents oups des docteurs de CONplaisance, ils sont légion ! La palme revenant à Paul VERGES 91 printemps ! On imagine aisément comme il représente bien le peuple ! Surprenant qu’il ne soit pas au Conseil des Sages pour accompagner Sleeping FABIUS dans sa quête de la méditation profonde…

Mais quels cons peuvent bien élire un vioc de 91 ans ? J’allais une fois encore m’en prendre aux moutons d’électeurs aficionados du bipartisme mafieux On en oublie presque ses classiques, petit rappel en image de qui élit ces gras opulents fainéants lobbyisés

Page non officielle sur le Sénat électeurs

.

Complément du 19 Avril 2016 sur leurs indemnités illégales

Nos gras opulents du Sénat, comme ceux de l’Assemblée Nationale, perçoivent des indemnités en toute illégalité ! Même micmac que pour nos ex PDg de la France

Introduction

Qu’est-ce que le Sénat ?

Le Sénat a été créé en 1875, c’est une concession des républicains aux monarchistes => chambre qui freinait les réformes des républicains.

Le Sénat est devenu une caste qui empêche toute réforme sur lui-même, par exemple en votant contre le projet de loi organique concernant le non-cumul des mandats systématiquement vidé de sa substance par les sénateurs pour en être exonérés,

faisant preuve d’une grande opacité, d’un immobilisme et d’un conservatisme indéniables.

Elus pour 6 ans au suffrage universel indirect par les grands électeurs, les sénateurs sont hors du champ de contrôle démocratique des citoyens; en raison de son mode d’élection, le Sénat ne représente en fait que 150.000 grands électeurs, soit environ 0,25% de la population, il dispose pourtant de pouvoirs quasi équivalents à ceux de l’Assemblée nationale.

Le Sénat français va-t-il rentrer dans le Guinness des records ?

348 sénateurs français contre 100 aux Etats-Unis, 66 en Allemagne et 264 en Espagne !

On est passé de 320 à 348 sénateurs récemment en prétextant la prise en compte de l’augmentation de la population française, son mode de scrutin ne tient aucun compte de la répartition géographique de la population, ainsi on se retrouve avec 10 sénateurs rien que pour Paris !

Le Sénat ne connaît pas la crise !

Un budget annuel de 350 millions d’€ par an + une réserve parlementaire de 53 millions d’€ gérée en totale opacité (130.000 à 150.000 € par sénateur).

Concernant mes investigations

Difficile parfois de ne pas avoir de doublons dans les informations affichées mais vu que le Sénat tente de garder bien secret son fonctionnement et son budget, différents investigateurs tentent de ramener l’information, la vraie. Je me base sur les informations communiquées par les journalistes d’investigation reconnus et sur les médias spécialisés en la matière, je m’efforce de vérifier que les informations ne sont pas bidons et colportées. Si vous constatez que certaines informations ont évolué, vous pouvez m’en faire part par mail, je corrigerai si besoin.

La rémunération officielle des sénateurs – 21.888 € par mois

Que c’est dur d’être Sénateur, une paie compliquée à gérer…

Rémunération mensuelle : 7.100 + 6.240 + 7.548 + 1.000 => 21.888 €

(les médias classiques se limitent à 7.100 + 6.240 soit 13.240 €, ce n’est pas réaliste quand on connaît la soif d’argent de nos Chers Elus)

Salaire de base 7.100 € qui comprend :

Indemnité de base : 5.515 €

Indemnité de résidence : 165 €

Indemnité de fonction non imposable : 1.420 €

A cela vient se greffer :

– Indemnité représentative de frais de mandat : 6.240 €

avec un tel budget, ils peuvent en faire des voyages et des restos, sont-il remboursés aux frais réels sur factures ou est-ce une rémunération acquise d’office ? mystère…

Il faut bien les défrayer les pauvres, les lobbyistes qui leur rédigent leurs amendements ne les graissent pas assez…

– Enveloppe mise à disposition pour rémunérer leurs collaborateurs : 7.548 €

la fameuse enveloppe qui sert à faire travailler payer la famille ou les copains => emplois fictifs ou rémunération de complaisance ? comment savoir ? c’est déjà l’omerta sur le Sénat en lui-même alors qui se charge de vérifier si le fiston ou la femme ou la maîtresse rémunérés sur cette enveloppe travaillent réellement ? combien d’heures, quel contenu, quelles sont leurs compétences…?

vous pensez que celui qui n’a pas besoin de cette enveloppe va la laisser dormir ?

pour ma part, je rajoute cette enveloppe dans mon calcul de ce que touche un Sénateur puisqu’un nombre important de sénateurs FONT « TRAVAILLER » leur famille

– Dotation micro-informatique : 1.000 €

Ben oui c’est bien connu, les ordinateurs, il faut en changer tous les mois…

.

Pour les cumulards :

Un sénateur peut cumuler des mandats dans la limite de 2.757 € au titre de ses mandats locaux.

Ben quoi ? Ca vous choque ? Vous pensiez que Sénateur à ce prix c’était un job à plein temps ? Ben quand vous avez vos amendements déjà tout prêts rédigés par les lobbyistes (à ne pas confondre avec collaborateurs, ça c’est la famille ! pas touche à l’enveloppe du Sénateur !) et que vous ne siégez jamais au Sénat, vous pouvez bien gratter quelques mandats locaux non ?

.

Et le Président du Sénat ?

Pour cette surcharge de travail (enfin de titre plutôt car au niveau travail je ne vois pas la surcharge…), celui-ci a droit a un petit complément de salaire : le Président du Sénat perçoit en plus une indemnité de fonction de 7.057 €.

.

N’oublions pas les petits si petits privilèges malgré leur indemnité représentative de frais de mandat

Gratuité des transports Ratp, Sncf, Air France…mais, comparé au reste, c’est une pécadille ! 🙂

(Mais alors à quoi sert l’indemnité représentative de frais de mandat ?)

Allez, ma bonne dame je vous fais le prix du kilo de Sénateur à…

Vous voulez le prix au kilo ou à la tonne ? Parce que c’est du bon bestiau bien gras bien engraissé, Ah pas d’élevage intensif en batterie chez nos Sénateurs ! 🙂

Le Sénat compte 348 Sénateurs donc 348 x 21.888 => 7,6 millions d’ € juste en rémunération de mandats.
Mais ça ce n’est que la partie visible de l’Iceberg…!

.

2008 – Yvan STEFANOVITCH nous ouvre les coulisses du Sénat

Le Sénat : Enquête sur les superprivilégiés de la République – 2008

Le livre date de 2008, les chiffres de l’époque ont bien entendu changé, et à la hausse pas à la baisse, mais je les laisse tels quels pour permettre de se rendre compte de l’évolution puisque certains sont repris dans d’autres paragraphes de mon article basé également sur d’autres sources plus récentes.

A quoi sert le Sénat, institution deux fois centenaire qui nous coûte chaque année plus de 300 millions d’€ ?

D’abord à financer les privilèges (plus de 4.000 € mensuels de retraite pour 15 ans de cotisation) et les rémunérations royales (11.540 € net par mois) des derniers princes de la République.

Et aussi à entretenir les 1.260 fonctionnaires les mieux rémunérés de l’Hexagone (de 2.300 à 20.000 € net mensuels), qui font la semaine de 32 heures et ont presque 4 mois de vacances.

22 directeurs touchent autour de 15.000 € par mois, 220 administrateurs perçoivent entre 10.000 et 12.000 € par mois.

.

La réalité est édifiante: un petit 1/3 des sénateurs travaille, un gros 1/3 vient de temps en temps à Paris et les autres appartiennent à la famille des rois fainéants.

En chiffres : 90 sénateurs assidus, 120 à temps partiel, les autres jamais ou quasiment jamais présents bien répartis de façon homogène entre gauche et droite, comme par exemple Jean-Noël GUERINI.

La loi et le règlement du Sénat stipulent qu’au bout de 3 ou 4 absences, les indemnités doivent être supprimées, or ni la droite ni la gauche ne demandent l’application de cette loi, alors que cela est appliqué aux Etats-Unis, en Angleterre ou en Allemagne.

.

Les sénateurs, qu’ils soient de droite ou de gauche, sont assidûment courtisés par des lobbies divers comme des marchands d’armes, des semenciers…, chacun connaît leur capacité à peser sur la diplomatie française ou à modifier un texte de loi. Cela justifie bien des « voyages d’études », tous frais payés, quelquefois au bord d’un lagon lointain…

.

Les abus – exemple

Marcel DAUNAY réussissait à se faire rembourser jusqu’à 4 repas par jour, présentait des notes d’hôtel en France alors qu’il était au Canada ou ailleurs, demandait des indemnités kilométriques alors qu’il disposait d’une voiture de fonction. En 1992, ses différents frais atteignaient 274.000 € et englobaient des passages dans des bars à hôtesses.

2015 – L’enquête de l’émission Pièces à Conviction

Très chers sénateurs – Pièces à conviction – 28/01/2015

Je n’ai pas encore eu le temps de visionner ce reportage que je viens juste de trouver. En attendant de faire son résumé, la moindre des choses est de le mettre à disposition.

Un point important que j’ai quand-même eu le temps de repérer :

Le budget du Sénat est de 350 millions d’€ par an, il est publié chaque année mais le document est volontairement rendu opaque, il est impossible de connaître  les détails des montants alloués, chaque coût de fonctionnement et chaque rémunération !

Et le sénateur UMP Bernard SAUGEY, actuel questeur, 71 ans, se félicite de cette opacité avec une argumentation purement scandaleuse (il y a des baffes et des coups de pieds au cul qui se perdent !) :

« Tant mieux si le budget détaillé n’est pas publié, je suis content; j’estime que ce n’est pas la peine que les gens regardent des choses qu’ils vont être incapables de commenter, ils auront certainement des réflexions idiotes. Je pense que tout les gens ne sont pas capables de comprendre les règles d’un budget  » !

Ce que je retiens des infos anarchozyques trouvées

Les employés / fonctionnaires du Sénat

Le Sénat accorde les plus hauts salaires mensuels brut de la fonction publique à son personnel. Un salaire minimum fixé à 3.000 € pour, notamment, les gardiens du Luxembourg, lingères et agents de nettoyage, 6.000 € pour les chauffeurs en début de carrière et jusqu’à près de 20.000 € pour les grands directeurs.

Les retraites grasses des Sénateurs

Le Sénat fait bénéficier les anciens sénateurs de retraites mensuelles brut canon : 4.400 € en moyenne, 6.600 € pour 22 ans de cotisations et jusqu’à 10.000 € pour une quarantaine de sénateurs. Cerise sur le gâteau : une indemnité mensuelle (« allocation de retour à l’emploi » payée par le Sénat) pouvant aller jusqu’à 5.542 € est versée à chaque sénateur battu aux élections et sans emploi… pendant 3 ans.

La plupart des Sénateurs sont fonctionnaires et perçoivent donc en plus des retraites de fonctionnaires !

Le travailler plus pour…pas de ça chez nous mon p’tit gars

Non au Sénat c’est travailler MOINS pour gagner BEAUCOUP PLUS !

Tous les employés perçoivent les majorations pour travail de nuit même s’ils ne travaillent pas de nuit (majorations qui doublent voir quadruplent à certaines tranches d’heures de la nuit…tant qu’à faire pourquoi faire dans la demi-mesure ?)

Des semaines de 32 heures et 4 mois de congés ! elle n’est pas belle la vie ? Pendant que ces ordures de sénateurs ouvrent la voie à la suppression des 35 heures !

Mieux que le Loto – une cagnotte d’1,3 milliards d’ €

Yvan STEFANOVITCH, une fois n’est pas coutume, nous éclaire sur cette absurdité bien réelle

1,3 milliard d’€ dorment tranquillement dans la cagnotte du Sénat, alors que le gouvernement racle les fonds de tiroirs pour tenter de réduire la dette colossale de la France. Cela ressemble à un scandale d’Etat, dont personne ne semble s’émouvoir.

Sénateurs de droite, du centre et de gauche ont décidé de ne plus reverser au Trésor public l’argent non dépensé de la dotation gouvernementale qu’ils reçoivent tous les ans. Sous la IIIe République, ces excédents étaient intégralement reversés à l’Etat. C’était la moindre des choses. Mais, après 1945, les parlementaires se sont accordé sans complexes le droit de garder et de gérer les excédents financiers de l’Assemblée nationale et du Sénat, sans avoir à subir le moindre contrôle d’une quelconque autorité administrative.

D’année en année, le Sénat a veillé à faire grossir sa « caisse noire », dans l’opacité la plus totale. En effet, le premier rapport public sur l’utilisation du budget du Sénat n’a été publié qu’en 2003. Mais les chiffres sont difficiles à décrypter, compréhensible aux seuls spécialistes, si bien que les médias s’y sont peu intéressés. Même la Cour des comptes n’a pas pu fourrer son nez dans la comptabilité du Sénat.

C’est dans la rubrique comptable « immobilisations financières » que se cache cette cagnotte, valorisée au total à 1,3 milliard d’€. 3 grands postes principaux y figurent.

1) Le portefeuille de titres du Sénat : 119,8 millions d’€ en actions et obligations de toutes sortes. En clair, depuis des années, le Sénat joue en Bourse.

2) Les prêts à taux zéro accordés aux sénateurs et au personnel du Sénat par les deux très riches caisses de retraite du Sénat : 152,8 millions d’€.

3) Les placements financiers et leurs intérêts venant en couverture des engagements de retraite pour 1,026 milliard d’€. Ces derniers se répartissent entre 499,5 millions d’€ pour la caisse de retraite des anciens sénateurs et 527 millions d’€ pour la caisse de retraite des ex-employés du Sénat.

Les sénateurs LaidsRépublicains et leurs étrennes de Noël

Selon Mediapart, les véreux sénateurs très LaidsRépublicains ont touché 8.000 € d’étrennes annuelles entre 2003 et 2014, le magot total avoisine les 12 millions d’€ ! Officiellement, le nouveau président de ces bordilles les auraient supprimées… Les pauvres, dure la fin d’année 2015… L’argent était soustrait aux caisses du groupe UMP du Sénat pour être versé à ses membres.

La pourriture méconnue Josselin DE ROHAN, président du groupe UMP de 2002 à 2008, s’est justifié en expliquant qu’il s’agissait d’un 13ème mois comme dans les entreprises. Ah bon, on a tous cela dans nos entreprises ? Hé oui mais il faut bien compenser leur dur labeur de cumulardise à ces pauvres lobbyisés !

Petit rappel : L’argent étant celui de l’UMP, il provient donc essentiellement de subventions publiques (donc c’est notre argent), argent censé servir pour organiser les travaux parlementaires, recruter des collaborateurs ou à des fins de communication. Ah ben là ils ont juste oublié de communiquer !

C’est un défilé sans fin de CONSrrompus, à chaque jour son nouveau gland véreux mis en examen !

Mais ne soyons pas inquiets pour tous ces vieux croutons. La fausse justice pour la caste saura les amnistier ou bien juste leur tirer l’oreille.

.

Révélations du 30 Janvier 2017

FionFion FILLON le CONdidat ramoneur ordonnancier aurait lui aussi grassement bénéficié de ces étrennes, lui le probe qui a fait travailler si dur sa femme. 🙂

Mais si peu… 7 chèques d’environ 21.000 € entre 2005 et 2007, une pécadille.

Mais notez au passage que ces escrocs en bande organisée parlent d’un 13ème mois et on voit que les montants frisent les 21.000 €. Donc ils considèrent bien qu’ils perçoivent 21.000 € par mois et non 5.000 € + des frais annexes (pour collaborateurs vrais ou faux etc…) !

La cantoche des sénateurs

Préparés par les meilleurs ouvriers de France, les repas servis au restaurant du Sénat sont réputés au-delà des couloirs feutrés du Palais. En dépit de la qualité des produits et du soin apporté aux plats, les menus ne coûtent que 16€45 pour les députés, et 26€70 pour les invités.

Au total, 800.000 € sont déboursés par le Sénat pour les repas de ses fonctionnaires et élus !

Pour les visiteurs, le prix avoisine les 43 € par personne…

Le Sénat oeuvre pour le mal du peuple et le mal de la planète

Exemple sur le tabac :

Le 22 juillet 2015, la commission des affaires sociales du Sénat a supprimé la mesure sur le paquet de cigarettes neutre dans le cadre du projet de loi santé.

.

Si vous vous en tenez à la MATRICE d’une fausse réalité que les médias complaisants vous mettent devant les yeux, vous voyez et entendez ceci :

Les sénateurs justifient leurs décisions en prétextant :

– qu’ils comprennent la grogne des buralistes, leur potentiel manque à gagner…

– qu’ils préfèrent opter pour un amendement proposant de suivre la directive européenne qui prévoit d’accroître la taille des avertissements sanitaires sur les paquets, une solution alternative réclamée par la confédération des buralistes.

Ces mêmes buralistes crient haut et fort qu’ils veulent qu’on les associe à la lutte contre la tabagisme.

La ministre de la santé, Marisol TOURAINE, du gouvernement VALLSHOLLANDE, annonce, de façon convaincue et convaincante, que cette mesure sera réintroduite par un amendement gouvernemental.

« Le gouvernement présentera un amendement au Sénat pour marquer sa volonté de s’engager dans cette voie. Si le Sénat, à majorité de droite, rejette le paquet neutre lors de l’examen du texte, prévu en septembre, le gouvernement introduira à nouveau ce projet lors de l’examen du texte en seconde lecture par les députés. La santé mérite mieux que ces petits jeux politiques. Le texte arrivera à l’examen au Sénat en septembre, je déploierai toute la conviction que je peux avoir parce que c’est pour moi un engagement fort et personnel ».

Donc la droite serait le vilain petit canard et la gauche serait le gentil défenseur de la santé. Je pense avoir clairement montré que je ne peux supporter ce parti mafieux corrompu à outrance qu’est LaidsRépublicains donc je ne cherche pas à prendre leur défense. Et je n’aime pas plus le Parti Socialiste qui mène la même politique que LaidsRépublicains, les deux incarnant uniquement la continuité de l’immobilisme corrompu et non LE VRAI CHANGEMENT. Bref poursuivons.

Et le tas de fumier récidive le 16 Septembre 2015

Pour la 2ème fois, le Sénat, à majorité de droite, a dit non à la création du paquet de cigarettes neutre, à une large majorité de 228 voix contre 16, concernant l’amendement du gouvernement qui visait à le rétablir.
Face à ce nouveau revers, la ministre de la santé, Marisol TOURAINE, a aussitôt exprimé sa volonté de présenter cette mesure en nouvelle lecture devant l’Assemblée nationale, où la gauche est majoritaire.
Nouvelle argumentation vérolée des Fumeurs de Havane & co :
– La France va plus loin que la Directive Européenne en vigueur.
Forcément, vu que les lobbies du tabac ont plus que SURgraissé bon nombre des députés à l’Union Européenne mafieuse !
– Nouvel argument du socialiste Richard YUNG : il voit une atteinte à la propriété intellectuelle.
« Le paquet neutre anonymise le paquet de tabac et porte atteinte à la marque, donc à la propriété industrielle »
Voilà, nos CHERS pourris, quand cela les arrange, ne se basent pas sur des textes de loi mais sur du ressenti !
J’ai fait des recherches sur cet inconnu Richard YUNG, je n’ai rien trouvé en terme d’affaires sales ou corruption ou cumulardise avérées.
Peut-être son argumentation est liée à sa profession : Directeur des affaires internationales de l’Office Européen des brevets…
ou tout simplement est-ce un gros fumeur extra convaincu du bienfait de la cigarette ? auquel cas il cotise pour son cancer qui lui rappellera à un moment donné sa sagesse vérolée…
.

Ca c’était la version MATRICE. Maintenant, ceux qui veulent voir l’envers du décor, suivez moi derrière la MATRICE :

Entrée en douceur : sur Itélé, le professeur Bertrand DAUTZENBERG, pneumologue renommé, déclare : « c’est une nouvelle preuve de l’efficacité des lobbies du tabac via leurs bras armés que sont les buralistes, c’est une grande tristesse que cette absence totale de moralité politique au plus haut niveau de l’Etat ».

Si vous êtes prêts à passer réellement derrière la MATRICE => par ici !

.

Allez, je suis sympa, pour ceux qui sont pressés et ne veulent pas lire l’article en entier, je vous mets ci-dessous la partie qui concerne nos Gras Pourris Sénateurs, l’Etat français lobbyisé (quel que soit le gouvernement du moment)…

L’industrie du tabac finance royalement le budget de l’Etat francais

Et il en va de même avec la France : KESSLER affirme que ces accords prévoient des reversions aux différents Etats de l’Union européenne, c’est ainsi, d’après ses propos, que l’industrie du tabac verse des dizaines de millions d’€ à Bercy chaque année, intégrés dans le budget global de l’Etat, donc cela ne va même pas au profit de la sécurité sociale ni au profit des malades du tabac !

Le reportage date d’Octobre 2014 et indique que ces sommes cumulées depuis 2006 s’élèvent à plus de 90 millions d’€.

Les services de Bercy sont en charge de contrôler voir sanctionner l’industrie du tabac en cas de fraude et en même temps ils perçoivent des sommes astronomiques par ces mêmes industriels.

Ces contrats ont été signés par différents ministres du budget dans le temps : Eric WOERTH, François BAROIN, Dominique BUSSEREAU (le même BUSSEREAU pris en flagrant délit de gueuleton avec plein d’autres politicards, gueuleton sponsorisé par British American Tobacco pour les membres du club « Les fumeurs de havane  » …) !

Quand le journaliste tente d’obtenir des informations sur le sujet , ses questions dérangent et il n’obtient pas de réponses, que ce soit de la part du secrétaire d’Etat au budget, Christian ECKERT, ou de la ministre de la santé, Marisol TOURRAINE, celle-ci fait même preuve de lâcheté clairement affichée en prétextant qu’elle n’est pas au courant et refuse de redonner un nouveau rendez-vous au journaliste. Elle est parfaite dans le rôle de SIMPLET qui ne connaît que les rentrées officielles des recettes fiscales du tabac.

Et la déontologie dans tout ça ? Qui surveille les lobbyistes et nos élus ?

… Hého je ne vais pas vous mettre tout l’article ! C’est pour vous inciter à lire l’article complet 🙂 => par ici.

Exemple sur le nucléaire :

Le Sénat vient de rejeter le 11 Février 2015 la baisse du nucléaire à 50 % pour 2025 par un vote massif.

Le Sénat a rejeté mercredi l’objectif de réduire à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité d’ici 2025, qui figure dans le projet de loi de transition énergétique et dans la liste des promesses de campagne de François HOLLANDE.

La commission des Affaires économiques est d’accord pour la limite de 50%, mais elle a retiré l’échéance de 2025 !

TROP FORT, du coup ça peut se faire mais pourquoi pas en 2100 ? ou à la saint-glinglin ?… 🙂

La ministre de l’écologie Ségolène ROYAL a tenté de la rétablir par un amendement qui a été rejeté en séance avec 214 voix contre et 122 pour.

Propos de Ségolène ROYAL :

« Le vote de la réduction de 50% par le Sénat rééquilibre le modèle énergétique Il constitue un grand pas pour construire un modèle énergétique qui permet la montée en puissance du renouvelable. Même sans date précise, l’objectif est clair. C’est positif et c’est la traduction d’une volonté de co-production au dessus des clivages politiques. »

Vous avez le sentiment d’être pris pour des cons ? C’EST NORMAL !

Exemple sur les retraites :

En Novembre 2014, à peine la réforme des retraites de 2010 repoussant l’âge minimum de la retraite de 60 à 62 ans entrée vigueur, le Sénat adopte un amendement repoussant l’âge minimum de la retraite de 2 ans supplémentaires, dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale.

Ce texte propose de porter l’âge minimum de la retraite à 64 ans pour les générations nées à partir de 1960, contre 62 ans actuellement. Pour ceux nés avant cette date, le relèvement se ferait de manière progressive à raison de 5 mois supplémentaires par génération pour celles nées jusqu’au 31 décembre 1958 et 4 mois supplémentaires pour celles nées en 1959 de manière à atteindre 64 ans pour ceux nés en 1960.

Mais cet amendement va encore plus loin, puisqu’il prévoit la mise en œuvre d’une réforme systémique à compter du 1er semestre 2017. L’idée est d’instituer un régime unique par points ou par compte notionnel (compte individuel permettant de calculer les droits à la retraite des assurés en fonction des cotisations réellement versées).

Ces cher pourris ont aussi validé le changement de mode de calcul de la CSG. Au 1er janvier 2015, 460.000 retraités ont vu le taux de CSG réduit passer de 3,8% à 6,6% en 2015.

Au fait, leur retraite, même galère que pour les LABORIEUX ?

En 2013, il y avait 348 sénateurs en activité pour 641 en retraite. La pension moyenne d’un sénateur est d’environ 4.300 € par mois (infos de Février 2014).

Certains sénateurs véreux retraités vont jusqu’à recevoir 5.170 € supplémentaires.

En 2014, Mediapart cite l’exemple de Michel CHARASSE, sénateur PS retraité, passé à l’hospice pour anciens cumulHardeurs – le Conseil constitutionnel : il touche 4.470 € en plus de sa pension de 8.740 € soit 13.210 € brut par mois soit 2,4 fois l’indemnité parlementaire de base.

2 autres sénateurs touchent plus de 10.000 € bruts de retraite.

Le Sénat au bal de la cumulardise

En 2013, 68,3 % des sénateurs exerçaient aussi un mandat local.

Dans la THEORIE, législativement, le cumul des mandats sera intérdit en 2017, on en reparlera le moment venu, car je n’y crois pas un instant, d’ici là une nouvelle loi pourrait bien proposer le contraire, ils savent si bien jouer avec les lois nos CHERS Pourris.

En attendant, comme les Députés, les Sénateurs se gavent en cumulardise. Du grand classique, pour les moins gourmands, ce sont des mandats communaux, viennent se greffer les mandats inter-communaux souvent très rémunérateurs, pour les plus avides, on va retrouver des mandats de Conseil Général ou Conseil Régional.

Quand ce n’est pas en cumul de mandats, ils cumulent différemment, en faisant travailler la famille…

Mais le Sénat est encore plus opaque que l’Assemblée Nationale, il est plus difficile de trouver la liste exhaustive de tous ces cumulHardeurs.

Liens internet sur les pillages de la Nation par les Sénateurs

Babeloued Story : Un jour, il va falloir s’occuper sérieusement du cas des sénateurs

BfmTv : Le non-cumul des mandats repoussé au 31 mars 2017

BfmTv : Rémunération des élus – ce que ne veulent pas perdre les « cumulards »

BfmTv : Un sénateur coûte plus d’un demi-million d’euros par an

Challenges : Le train de vie indécent de nos chers sénateurs

Contrepoints : Monsieur le Sénateur

Europe 1 : Ces sénateurs socialistes qui refusent de se voir appliquer le non-cumul des mandats

Europe 1 : Sénat – ce documentaire qui agace Gérard Larcher

France Soir : Président du Sénat, un job en or

France Soir : Sénat – Une cagnotte de 1,3 milliard d’€

FranceTV Info : La réserve parlementaire du Sénat en 2013 s’élève à 53,9 millions d’euros

L’Expansion l’Express : Ces sénateurs qui touchent des bonus en plus de leur salaire

L’Express : Non-cumul des mandats – les sénateurs n’en veulent pas

L’Express : Non-cumul des mandats – spectacle déplorable des sénateurs, selon Placé

L’Express : Sénateurs – ce cher cumul

L’Obs avec Rue89 : Retraite des sénateurs – des privilèges très confidentiels

L’Opinion : Le Sénat ouvre la voie à un nouvel assouplissement des 35 heures

Le Figaro : Au Sénat, de vrais privilèges… mais aussi de l’intox

Le Figaro : L’opacité du budget du Sénat satisfait son questeur

Le Monde : Le Sénat supprime le projet de paquet de cigarettes neutre

Le Nouvel Obs : Le « paradis fiscal » des députés et sénateurs

Les Echos : Paquet de tabac neutre – le gouvernement décidé à réintroduire la mesure

Libération : Sénat – vous avez dit anomalie ?

Médiapart :

Observatoire des gaspillages : COMBIEN GAGNENT LES SÉNATEURS ?

Regards citoyens : Bercy publie finalement la réserve parlementaire du Sénat. La voici en OpenData !

Retraite.net : La retraite des membres du Sénat

Sénat : La protection sociale des sénateurs

Sénat : Les moyens mis à la disposition des sénateurs

Sénat : Mode d’élection des sénateurs

Site d’information des sénateurs du Val-De-Marne : Visiter le Sénat

Vie publique : Comment devient-on député ou sénateur ?