Super MARIO et le haricot magique

Classé dans : Bourse, Complot | 0

Super MARIO & le haricot magique

Super MARIO et le haricot magique

Ca y est, li messie Rabbi Super MARIO il a parlé !

Les marchés actions étaient à l’arrêt depuis ce début de semaine en attente de la grande messe du superintendant de la BCE du Jeudi 22 Octobre 2015.

Je sais, je me répète… Mais c’est tellement drôle le monde boursier avec tous ses manipulateurs et ses béni oui oui qui vendent du vent !

Il y a à peine 2 mois, c’était la SURcrise dans la crise (hé oui celle de 2008, on n’en est pas encore sorti, du moins pour les LABORIEUX)… et pour l’Etat (pas pour ses véreux) avec des intérêts de la dette qui à eux seuls grimpent juste de 45 milliards d’€ par an…

Pour les marchés financiers, on était juste en train de dégonfler le ballon de baudruche, la méga bulle boursière permise grâce à Super MARIO avec son annonce de planche à billets qui a démarré début 2015 et nous a valu une course effrénée vers le ciel des marchés actions… Petit rappel, cela faisait suite au QE number 3 de la FED, jolie orchestration.

Tout en haut de la méga bulle dans la bulle, PLOUF ! Les manipulateurs ont commencé à dégonfler violemment la bulle en prenant comme bouc émissaire le ralentissement de la croissance chinoise (il est vrai qu’il y a eu un krach boursier violent en Chine après une bulle comme jamais vu par le passé, normal ils avaient alpagué beaucoup de petits épargnants pigeons qui ont laissé le plumage et le ramage). Et pour mieux enfoncer le clou, ils ont poursuivi la baisse violente des cours en s’appuyant sur le scandale Volkswagen qui aurait soit-disant des répercussions sur l’économie mondiale (je n’ai pas eu le temps de faire d’article sur cette tartuferie mais j’y reviendrai prochainement) !

.

Quel homme ce SUPER MARIO ! C’est le Rocco Sifredi des bourses 🙂

Depuis ? Tout cela est déjà oublié, digéré, les marchés actions avaient déjà bien rebondi avec une figure chartiste connue, le double bottom. Manquait juste à retrouver un nouveau moteur, avec Super MARIO, c’était soit direction la cave soit objectif lune.

Effectivement, hier ça a été Objectif Lune en mode missile. Serions-nous déjà dans le rallye de fin d’année un peu précoce ? Serait-ce noël avant l’heure pour les spéculateurs ? Pourtant le vendeur de poudre n’a rien dit de plus que d’habitude, il n’a pas agi sur les taux d’intérêt, il ne peut plus vraiment les baisser. Ah, par contre, il a redit les mots magiques attendus par les spéculateurs : il est prêt à prolonger autant que nécessaire la planche à billets, on est à 60 milliards d’€ par mois normalement prévu jusqu’en Septembre 2016. Là il laisse juste entendre qu’il pourrait peut-être accroître celle-ci en volume ou en durée.

Et les manipulateurs / spéculateurs commencent à euphoriser sur l’idée d’un probable QE 4 aux Etats-Unis (si tel est le cas, la FED ne manquera pas de se coordonner avec la BCE).

Tout ça pour dire une nouvelle fois que cet argent, cette planche à billets censée aller aux banques pour permettre aux Etats d’emprunter, gaspiller et vivre encore plus dans l’opulence au travers de son Sénat et de son Assemblée Nationale entre autres, pour permettre aux entreprises et aux particuliers d’emprunter, hé bien ce n’est pas là qu’il va mais bien sur les marchés financiers dits à risque, les marchés actions.

.

Je ne l’invente pas, c’est confirmé par l’article de CercleFinance de ce Jeudi 22 Octobre 2015 :

« La bourse explose à la hausse: +115Pts et +2,28% de hausse à 4.802Pts, avec 5MdsE négociés (soit +60% de volume par rapport à la veille et +70% par rapport à lundi)…
Et malgré l’envol de +1,6% du Dollar, tous les indices US grimpent de +1,75% à +1,85%… parce que le discours ultra-accommodant (une surprise dans de telles proportions) de la BCE enterre quasiment toute perspective de hausse de taux aux Etats Unis.

Mario Draghi confirme que tous les outils de stimulation monétaire ont été évoqués par les membres de la BCE lors des récentes discussions, et y compris un abaissement du taux de prise en pension.
Un taux ‘qui ne baissera plus’ avait-il martelé lors des précédents sommets, cet outil étant de surcroît jugé peu efficace.

Les déclarations de Christian Noyer en début de semaine concernant un ‘QE’ dont le ‘calibrage’ lui apparaissait adéquat et ‘pas susceptible d’être revu dans l’immédiat’ sont totalement contredites (comment Mr Noyer a t’il pu s’exprimer de cette façon s’il connaissait la teneur de la ligne officielle présentée ce jeudi ?). Manipulation…

En revanche, Luis Maria Linde, le gouverneur de la banque centrale d’Espagne avait bien éclairé les marchés en évoquant dès lundi une amplification ou une extension de ‘QE’, déjouant le consensus d’un maintien de la stratégie en place depuis mars dernier.

Alors que la Bank of Japan s’apprête a amplifier son ‘QE’ à la fin du mois, la BCE lui coupe l’herbe sous le pied en relançant la guerre des devises.

La BCE place la FED complètement en porte à faux si jamais elle avait encore l’intention de ‘normaliser’ sa politique monétaire: Janet Yellen va être obligée d’admettre qu’elle a raté la fenêtre de tir… et certains membres de la FED qui se déclarent d’ores et déjà favorables à un ‘QE4’ en 2016 vont donner de la voix.

Et si la BCE se montre aussi ultra ‘dovish’, c’est officiellement parce que tous les voyants économiques clignotent au rouge, aussi bien celui de la croissance que celui de l’inflation (négative de -0,1% en septembre… mais elle remontera en 2016, un discours répété inlassablement mais sans jamais la moindre confirmation depuis 2010).
La BCE admet en réalité que le ‘QE’ n’a aucun effet sur l’inflation puisque c’est surtout l’Arabie Saoudite qui pilote les cours à la baisse.

Tiens donc, depuis le temps que je dis qu’ils manipulent les cours eux aussi, les potes de VON VALLS !

Elle indique également que la baisse du pétrole redonne du pouvoir d’achat et soutient la croissance… qui peut donc se passer de ‘QE’.

Les marchés ‘oublient’ donc que la conjoncture européenne se dégrade pour se réjouir de davantage d’injections monétaires et de taux toujours plus bas. »

.

Ce Vendredi 23 Octobre 2015, poursuite du missile en direction de la Lune avec en plus une énième baisse des taux de la PBOC (Banque Populaire de Chine)… A ce rythme là, les chinois vont pouvoir faire comme les russes, investir dans des brouettes pour aller acheter son pain…

.

L’illustration parfaite des fourberies de Scapin Super MARIO : Amazon !

Jeff BEZOS, le patron d’Amazon détient 18% des actions de son entreprise, championne dans les Luxleaks, ne l’oublions pas, c’est à dire qui ne paie quasiment pas d’impôts en fraudant  grâce à JUNCKER l’assécheur qui est à la tête de l’Union européenne mafieuse, plus exactement à la tête de la Commission Européenne.

Sa fortune personnelle croît plus vite que celle du chiffre d’affaires de l’entreprise. Depuis le début de l’année, son capital a fait un bond de 77 % à 55 milliards de $, l’action est passée de 287 $ en début d’année à presque 570 $, du jamais vu.

Sur la seule journée du jeudi 23 octobre, Jeff BEZOS a gagné la bagatelle de 5 milliards de $, c’est l’une des plus fortes croissances de la Bourse américaine, Wall Street était d’ailleurs euphorique ce 22 Octobre 2015 et l’action a pris 10 % dans la séance, ce qui est très rare pour des entreprises de cette taille !

Ca ne choque personne ?

.

Faites attention quand-même, Super MARIO s’enflamme… Mais si c’est comme le FouDuRoi SARKOZY QuiSentL’Gaz, quand il s’enflamme, gare au retour de Gazzzzz…..

En prenant l’ascenseur, munissez-vous d’un parachute car, là aussi, c’est comme en politique, comme dit Pierre Desproges : « L’intelligence, c’est comme les parachutes. Quand on n’en a pas, on s’écrase. »

Et évitez les parachutes dorés dans ce contexte, ça vole mal…

.

Au fait, quelqu’un sait d’où viennent ces milliards… ? Soit-disant de simples jeux d’écriture…blabli blabla… Mais savez-vous comment les banques se sont réellement renflouées après 2008 ? Un peu de lumière ici , décidément mes oreilles ont eu encore le malheur d’entendre des choses qu’elles n’auraient pas dû entendre… ca va encore m’obliger à rédiger un nouvel article, c’est une histoire sans fin…