SwissLeaks HSBC le casse du siècle à 180 milliards

Classé dans : Ailleurs, Corruption scandales | 0

SwissLeaks HSBC le casse du siècle à 180 milliards

SwissLeaks HSBC le casse du siècle à 180 milliards d’€

Dans la famille des LEAKS, je demande les SwissLEAKS ! Les SwissLeaks ce sont les révélations en février 2015 par de nombreux médias dans le monde concernant l’industrialisation à l’échelle internationale de la fraude fiscale et du blanchiment d’argent par la banque britannique HSBC à partir de la Suisse.

Début 2014, le journal Le Monde reçoit des archives numérisées sur les activités d’HSBC concernant la période de novembre 2006 à mars 2007.

Après 1 an d’enquêtes coordonnées par l’ICIJ (International Consortium of Investigative Journalists), mobilisant 154 journalistes et 60 médias internationaux dans 47 pays,

les investigations menées révèlent, pour seulement 5 mois d’activités décortiqués, que plus de 180 milliards d’€ ont transité à Genève en Suisse, sur les comptes de 100.000 clients et de 20.000 sociétés offshore, concernant 188 pays différents.

HSBC privilégie les paradis fiscaux comme le Panama, les îles vierges britaniques, les îles caïman pour dissimuler ces milliards.

Parmi ces clients, on trouve : des chefs d’État, des hommes d’affaires, nos chers élus, des sportifs de haut niveau, des artistes, mais également des financiers du terrorisme, des trafiquants de drogue et des trafiquants d’armes.

.

Une affaire réellement démarrée en 2008

Elle étend l’affaire des évadés fiscaux révélée en 2008 par le lanceur d’alerte Hervé FALCIANI.

.

La France accusée d’avoir falsifié les fichiers avant de les rendre à la Suisse

HSBC la liste Falciani falsifiée par la France.

.

Un échantillon de la vérité sur SwissLeaks en interviews

La différence entre évasion fiscale

et optimisation fiscale ?

.

Bourdin Direct du 12 février 2015

invité : Hervé FALCIANI

Le Parti Nouvelle Donne

contre l’évasion fiscale – HSBC

.

Bourdin Direct du 11 février 2015

invité : Nicolas DUPONT-AIGNANT

Résumé / compilation de ces vidéos

…On parle du blanchiment, et le pire c’est le noirciment. Quand vous noircissez, vous exercez votre contrôle de l’argent. Vous pouvez corrompre. Si vous ne contrôlez pas la banque, c’est la banque qui vous contrôle. C’est le pouvoir de l’argent qui corrompt les gouvernants, ceux qui font nos lois.

Michel SAPIN devrait recevoir les parlementaires courageux qui s’insurgent contre cela : DUPONT-AIGNANT, les frères BOCQUET, madame LIENNEMAN ainsi que des ONG et des experts de la société civile.
ils ne sont pas reçus par Michel SAPIN alors qu’il faudrait faire le point sur ce qui a été déclaré : il a été déclaré que la banque a changé alors que c’est faux.

…Je pose une question publique à Michel SAPIN : est-ce qu’il peut assurer que les noms qui sont derrière les trusts lui seront connus demain ? dans 5 ans ? dans 10 ans ? Les Trusts sont des mécanismes pour cacher l’argent.

Tout ce système continue de plus belle encore aujourd’hui par HSBC et d’autres banques, suisses, françaises, c’est le principe de la banque offshore.

Sur 1 an, on a 1,5 million de transactions avec toutes les banques et compagnies afférentes.

On a parlé de la spécificité HSBC mais si on tire les fils vers toutes les sociétés concernées alors ce sera une autre étape, un nouveau raz de marée. Mais ici on n’a pas les moyens pour le faire.

…Il ne faut pas oublier l’évidence qu’on a devant les yeux : un pirate en chef au gouvernement de l’Europe, JUNCKER pirate en chef qui a parasité et parasite encore aujourd’hui nos économies. Il a fait en sorte que les lois qui s’appliquent aux petits, aux démunis, aux peu riches (TVA…) ne s’appliquent pas aux grands.

Il s’est servi de nos finances pour se financer, financer le Luxembourg, pour permettre aux entrerprises d’avoir des profits non déclarés qui sont dans des paradis fiscaux.

C’est lui qui est à la base de tout ce sytème et c’est lui qui s’affiche comme le redresseur de tort. C’est lui qui refuse les enquêtes comme sur LuxLeaks au Luxembourg.

Monsieur Saint-Amans, juriste au niveau de l’OCDE dit que les paradis fiscaux sont terminés alors que c’est faux.

…Il y a des obstructions, des colonnels de gendarmerie ont été placardisés parce qu’ils ont aidé à ce que des enquêtes soient créées en France; idem en Espagne, des fonctionnaires placardisés parce qu’ils ont voulu enquêter sur des transactions.

Michèle ALLIOT-MARIE, garde des sceaux, a essayé de détruire des preuves en demandant  à Monsieur DE MONTGOLFIER d’envoyer les originaux en Suisse; il a refusé et a m’a soutenu en Espagne.

Pouvoir et information : quand on noircit l’argent, on ne sait plus qui est payé par qui; on a des exemples, des gens qui sont des petits toutous qui pour un nonos se déplaceront à Aboudabi ou ailleurs, ce n’est pas digne d’une démocratie.

BERLUSCONI a tout bloqué en Italie à l’époque, il a réussi à plus bloquer qu’en France, du coup on a pu moins récupérer.

Pendant qu’en coulisse, nous on savait, on a vu surgir un peu partout des lois d’amnistie en Espagne, en Italie et ailleurs.

…La crise est financière.

Nicolas Dupont-Aignant est Président du parti « Debout la France » et auteur du livre « Lesvoleurs de la République », co-écrit avec Alain BOCQUET (PCF) .

BOURDIN :

Les banques françaises vont toucher 2,3 milliards d’€ dans le cadre du pacte de responsabilité d’ici 2017; en contrepartie, c’est le deal, elles disent qu’elles vont embaucher 40.000 personnes, or ce ne sont que des remplacements des départs à la retraite, c’est à dire qu’elles bénéficient de baisse de charges à hauteur de 2,3 milliards d’€ et elles n’embaucheront pas alors que c’est le contrat !

DUPONT-AIGNANT :

Cela ne me surprend pas, vu que j’ai contesté ce pacte. Je voulais une aide conditionnée et ciblée sur les entreprises exportatrices qui relocalisent, pour les aider face à la concurrence internationale. Ce pacte est une aidée générale qui bénéficie à la grande distribution, comme si les supermarchés allaient déménager en Chine, c’est absurde. A partir du moment où l’on vote des lois idiotes, il ne faut pas s’étonner qu’il y ait des gens qui en abusent !

Ce qui me choque encore plus, c’est que la BCE a déversé 1.000 milliards d€ pour les banques mais celles-ci l’ont replacé à la BCE, elles ne le prêtent pas à l’économie, au contraire elles continuent à spéculer sur les dettes des Etats.

En Allemagne, les banques régionales soutiennent à fond l’industrie allemande, elles ne sont pas rentrées dans le système de supervision de la BCE car jugées trop petites, ce n’est pas un hasard, c’est un choix de Francfort – MERKEL.

Nous en France, nous avons des banques qui ont un comportement qui n’est pas civique, pas entreprenarial, et elles sont trop grosses.

Bercy – le ministère des finances, quel que soit le gouvernement, est sous la main des banques. MACRON vient de la banque ROTHSCHILD (retenez ce nom, j’en reparle dans l’article sur les 15 billions et le fonds de sécurité globale…). S’il y avait un patron de PME à Bercy, le regard serait différent.

Les hauts fonctionnaires de Bercy finissent dans des banques alors il ne faut pas s’étonner que les lois soient faites pour les banques.

Les banques sont beaucoup trop grosses par rapport aux Etats alors que ce sont les Etats qui doivent réguler l’économie au service du peuple. Et les banques se sont accaparées la richesse nationale.

La création monétaire : avant la loi de 1973, la Banque de France prêtait à la France qui remboursait mais ne payait pas d’intérêts. On a privatisé le prêt de monnaie, c’est à dire que des banques prêtent aux Etats et perçoivent des intérêts.

BOURDIN :

En Europe, 10 % des actifs des banques sont consacrés à des prêts aux entreprises, 15% à des prêts aux ménages et 75 % se retrouvent en placements sur les marchés financiers !

DUPONT-AIGNANT :

Les banques sont privées mais s’entendent entre elles. F.HOLLANDE avait crié « la finance est mon ennemi »; quand il est arrivé au pouvoir, la fameuse loi de séparation des banques (séparer les activités spéculatives des activités utiles – prêts), cette loi a fait pschitt ! disparue !

On n’a pas de problème d’épargne en France, l’épargne française est la plus importante du monde occidental (16 %), cette épargne part vers les banques mais au lieu de repartir vers l’économie réelle (les artisans, les inventeurs, ceux qui vont faire progresser le pays), elle repart sur des marchés spéculatifs et sert, au passage, à verser des bonus exorbitants aux dirigeants de ces banques. Il faut corriger cela !

BOURDIN :

Le mouvement Attac dit que les banques sont dangereuses pour l’économie.

DUPONT-AIGNANT :

On ne recréera pas de l’emploi s’il n’y a pas un secteur financier au service de l’économie réelle.

Concernant HSBC, j’ai fait la connaissance d’Hervé FALCIANI, à l’occasion de l’écriture de mon livre. C’est un homme courageux, il a peut-être ses histoires / ses défauts, peu importe, sans lui qui a fui la Suisse avec ses 106.000 noms de clients, nous n’aurions jamais pu avoir connaissance du travail souterrain, scandaleux, criminel de cette grande banque.
Il a pris une décision difficile, celle de violer la loi suisse, pour l’intérêt général. Je serais ministre, je l’aurais rémunéré car il connaît beaucoup de choses qui seront très utiles un jour.
Les allemands et les américains rémunèrent ceux qui apportent le respect de la loi, ce n’est pas de la délation.

BOURDIN :

ce n’est pas de la dénonciation d’avoir balancé des noms de personnes qui entre temps avaient régularisé leur situation vis à vis du fisc français ?

DUPONT-AIGNAN :

A partir du moment où les Etats, les politiques et la justice ne font pas leur travail, heureusement qu’il y a des journalistes courageux d’investigation qui prennent le relais. Si le scandale HSBC avait été pris en main dès 2009, s’il n’y avait pas eu que 62 plaintes au pénal comparé aux 3.000 comptes – et je ne parle pas des comptes d’entreprises / de personnes morales qui sont passés à l’as – on n’en serait pas là. 62 plaintes pour 3.000 comptes, ça veut dire qu’on se fiche de nous !
En France, il y a un monopole incroyable, d’ancien régime, les procureurs de la République n’ont pas le droit de poursuivre quelqu’un pour fraude fiscale, il leur faut l’autorisation du ministre des finances, c’est une survivance de l’ancien régime contraire à toute séparation du pouvoir. J’ai déposé un amendement pour mettre fin à cela dans la loi de finances de 2013, tout le monde m’approuvait et finalement on a dit stop ! surtout pas ça !

Ca permet au ministre des finances d’échanger le silence de l’Administration contre des arrangements secrets. C’est comme ça qu’on est arrivé en France à ce qu’il n’y ait pas une personne tombée en prison pour fraude fiscale depuis 30 ans . Aux Etats-Unis, en Allemagne, si vous êtes coupable de fraude fiscale, vous risquez la prison réellement ! Dans tous les pays organisés du monde, les grands fraudeurs fiscaux, qui volent en bande organisée leurs concitoyens, vont en prison, des grands avocats, des grands chefs d’entreprise… !
En France, il y a une autoprotection depuis des années, on considère que la fraude fiscale est banale.
La fraude à la TVA coûte à la France 20 milliards d’€ chaque année ! Un fraudeur ne risque quasiment rien.
Le gouvernement HOLLANDE a mis en place un parquet financier national, c’est bien mais on n’est qu’à 10 % du chemin à parcourir.

BOURDIN :

HSBC, le système était simple, la banque recevait de l’argent dans sa filiale suisse et cet argent était ensuite placé dans des paradis fiscaux par le biais de sociétés écran / offshore. Pensez-vous que cela existe toujours ?

DUPONT-AIGNANT :

Je pense qu’il existe toujours pour des gros clients des systèmes de trusts, structures anglo-saxonnes où le nom du propriétaire ne figure pas.
On a gagné une première bataille : il y a eu un accord européen pour que tous les comptes des citoyens, par exemple français, à l’étranger soient transmis au fisc français. C’est une initiative qu’on pris les américains pour 2015 et qu’ont imité les européens en principe pour 2017.
Le combat de demain c’est d’avoir des registres pour savoir qui est derrière l’argent des trusts. C’est important pas uniquement pour savoir quel particulier est derrière tel ou tel compte, c’est vrai aussi pour l’argent des terroristes, de la drogue…

BOURDIN :

On a appris que les banques ont financé le terrorisme, AlKaida, le trafic de drogue.

DUPONT-AIGNANT :

Ce qui est insupportable – c’est vrai pour HSBC mais aussi pour UBS – les gouvernements ont négocié avec, notamment le gouvernement américain, une amende, autour d’1 milliard d’€ pour chacune des 2 banques. Une sénatrice américaine s’est insurgée, il ne fallait pas négocier, il fallait un procès public parce que là elles ont acheté le silence, et 1 milliard d’€ pour elles ce n’est rien.
On n’a pas cassé le système, ces banques sont devenues trop grandes, ce sont des puissances mondiales et c’est à travers elles que circule l’argent de la drogue, du terrorisme.
On a un peu avancé mais ça reste le pot de terre contre le pot de fer tant qu’on ne démentelera pas ces immenses structures.

Sur la suite de l’interview, DA considère qu’UMP et PS font la même politique depuis 20 ans.

SwissLeaks quelques exemples croustillants !

Maroc – ne faites pas ce que je fais !

Selon la loi marocaine, il est illégal pour des marocains résidant au Maroc de détenir un compte bancaire à l’étranger.

Les documents révèlent que la famille royale faisait et fait partie des clients de la HSBC : outre le prince Moulay Rachid et la princesse Lalla Meryem, le roi Mohammed VI y détient également un compte, toujours actif, dont le montant maximal s’est élevé à 9,1 millions de $. C’est aussi le cas de Fouad Filali, ex-beau-frère du roi et ancien PDG de la holding royale SNI (Société Nationale d’Investissement), dont les avoirs dépassaient 16 millions de $, et de Serge Berdugo, ancien ministre du Tourisme et ambassadeur itinérant du royaume, dont le compte affichait 7,3 millions de $ en 2006.

.
Tunisie – ne faites pas ce que je fais!

Le 11 février 2015, le parquet de Tunis annonce l’ouverture d’une enquête pour blanchiment d’argent. Parmi les 256 clients détenant un total de 679 comptes auprès de la banque HSBC figurent Belhassen Trabelsi, frère de Leila Trabelsi, l’épouse du dictateur déchu Zine el-Abidine Ben Ali, ainsi que l’avocat d’affaires et ex-candidat à la présidentielle Samir Abdelli, et l’homme d’affaires Tarek Bouchamaoui, frère de Wided Bouchamaoui, la patronne du principal syndicat patronal.

Sauf exception, la loi tunisienne interdit aux Tunisiens ne résidant pas à l’étranger d’avoir des comptes hors de la Tunisie !

Royaume-Uni – ne faites pas ce que je fais !

En février 2015, les députés britanniques décident l’ouverture d’une enquête de la commission des comptes publics sur les pratiques de la banque HSBC, dont le siège se trouve à Londres. Selon le Guardian, le Parti conservateur au pouvoir a reçu plus de 5 millions de £ de la part de donateurs clients de la filiale suisse de HSBC, et le Parti travailliste a reçu de son côté plus de 500.000 £ (petits joueurs ! 10 fois moins que les conservateurs…) en argent liquide et en cadeaux, ainsi qu’un prêt de 2 millions de £. Ces révélations mettent en difficulté le gouvernement de David CAMERON, déjà critiqué pour la nomination de Stephen GREEN, ancien président de HSBC, au poste de ministre du Commerce et l’Investissement !

Le 11 février, la commission des finances publiques de la Chambre des communes auditionne deux dirigeants du HMRC (HM Revenue and Customs), le service fiscal chargé de percevoir les impôts et les taxes. Le fisc britannique paraît avoir omis de lancer des poursuites contre HSBC après avoir reçu des autorités françaises en 2010 une liste de 6.000 contribuables britanniques soupçonnés d’évasion fiscale. Deux ans plus tard, l’un des responsables du HMRC quitte son poste pour aller travailler pour HSBC !

.

Quelques politiciens ou hommes d’affaires

après l’épuration sous la présidence SARKOZY, on pourrait croire que nos chers élus sont des anges, quasiment aucun nom français  !

Jean-Charles MARCHIANI, personnage trouble de l’ère PASQUA, ancien de la DGSE, impliqué dans plusieurs affaires politico-financières au cours des années 1990-2000…

Aymeri DE MONTESQUIOU, encore un homme politique aux mains propres

Georges FREM, industriel et homme politique libanais, plusieurs fois ministre…

Jean-Yves OLLIVIER, homme d’affaires et négociateur officieux !

Négociateur officieux quésaco ? => un point d’explication ici

Édouard STERN, banquier et ami proche du fou du roi SARKOZY

André TARALLO, l’affaire ELF rappelez-vous !

Horacio Cartes JARA, Président de la République du Paraguay !

Le prince et la princesse Michael DE KENT, de la famille royale britannique !

Stuart GULLIVER, directeur général de HSBC !

ben quoi ? il faudrait être con de faire bénéficier les autres d’un sytème avantageux et ne pas en profiter soi-même, NON ? 🙂

Campagne d’enfumage par les détrousseurs

En février 2015, la direction de HSBC communique une prise de position : les révélations concernent une structure interne de 2007 qui n’existerait plus en 2014. Elle affirme s’être imposée à elle-même une « transformation radicale », réduisant notamment sa clientèle privée de 70 %. Le nombre de comptes gérés par la filiale helvétique sont passés de 30.412 à 10.343, les actifs gérés sont passés de 118,4 milliards à 68 milliards de $, et la répartition géographique de ses clients est passée de 150 pays à 100 pays. HSBC assure pleinement coopérer avec les autorités enquêtant sur les SwissLeaks !

Oui Oui je vous crois ! Heureusement qu’il n’y a que 5 mois de données !

On déplace les comptes en dehors de la Suisse dans un paradis fiscal récalcitrant à la transparence et le tout est joué !

Le 15 février 2015, Stuart GULLIVER, le directeur général d’HSBC, publie une lettre ouverte dans plusieurs journaux britanniques, dans laquelle il déclare notamment : « L’attention des médias s’est portée sur des événements passés montrant que nos standards d’aujourd’hui n’étaient pas universellement respectés dans notre filiale suisse, il y a huit ans. Nous devons comprendre que les sociétés que nous servons attendent plus de nous. Nous présentons donc nos plus sincères excuses » .

Le 23 février, jour de la présentation des résultats annuels de la banque, The Guardian révèle l’existence d’un compte bancaire détenu en Suisse par Stuart GULLIVER, via une société domiciliée au Panama, contenant plusieurs millions de $ . En réponse aux questions du journal, les avocats de GULLIVER expliquent que ce compte aurait servi uniquement à tenir secret le montant des primes perçues par celui-ci aux yeux de ses collègues de HSBC Hong Kong, et affirment que ces comptes auraient été déclarés au fisc britannique. Toutefois, ses avocats refusent d’indiquer à quelle date GULLIVER aurait déclaré ce compte, et d’expliquer quel est l’intérêt des sociétés offshore dans la recherche de discrétion alléguée !

HSBC digne héritier de la culture JUNCKER

Campagne d’enfumage de l’Union européenne

Les affaires d’évasion fiscale se multiplient à travers l’Europe. Le Parlement européen vient de mettre en place à Strasbourg une commission spéciale, chargée de mettre à jour les pratiques douteuses dans le domaine fiscal de certains Etats membres de l’Union.

Prévue pour une durée initiale de six mois, la commission spéciale du Parlement européen est composée de 45 eurodéputés. Elle sera sans doute présidée par Alain Lamassoure, chef de la délégation française au groupe conservateur du Parti populaire européen (PPE). A l’origine de cette initiative, les écologistes auraient préféré une véritable commission d’enquête avec des pouvoirs d’investigation élargis et un meilleur accès à certains documents nationaux.

les trois groupes de la coalition majoritaire au Parlement européen, les conservateurs, les sociaux-démocrates et les libéraux, ne veulent pas déstabiliser le président de la Commission européenne, Jean-Claude JUNCKER, ancien Premier ministre du Luxembourg, mis en cause dans le scandale LuxLeaks.

La suite (officielle)

Des travaux sont engagés dans le cadre de l’OCDE et du G20 sur les échanges d’informations entre administrations fiscales, notamment en ce qui concerne les multinationales. Mais la Suisse est toujours réticente…

Les Etats-Unis ont brandi des menaces aux banques suisses (perte de licence sur le territoire américain + impossibilité d’utiliser la devise $). Du coup les banques suisses acceptent de donner les titulaires des comptes mais avec la lenteur administrative, ce sera effectif en 2017 voire 2018 !

Super, ils sont vraiment trop forts ! Ca laisse le temps aux titulaires de partir ailleurs !

Mon point de vue : et le reste ?!

En bref, dans cette affaire sordide, on trouve des friqués, encore des friqués, toujours des friqués ! Avec de l’argent propre comme de l’argent sale, très sale. Et oui, quand il s’agit de frauder, l’argent n’a pas d’odeur…!

L’argent sale, pour moi, c’est celui bien sûr des trafiquants et du terrorisme, mais aussi celui des politiciens corrompus et / ou qui détournent des fonds publics et qui se font graisser par les lobbies pendant qu’ils appliquent l’AUSTERITE intensive sur les peuples.

Ca ne vous rappelle rien ? vraiment rien ? Je vous conseille l’excellent livre de John GRISHAM, et le film qui reste fidèle au livre, LA FIRME. Je suis un de ses fidèles lecteurs, tous ses livres sont basés dans l’ensemble sur sa connaissance du monde politico-financier pourri. Là, la réalité a rattrapé voir dépassé la fiction !

Questions : et les autres années…HSBC était sage comme une image ? Et les autres groupes de même envergure qu’HSBC, n’en font-ils pas autant ?

J’ai l’impression que les médias nous vendent une information forte – 180 milliards – pour détourner notre attention de l’information qui semble plus importante : 5 mois ! 180 milliards sur seulement 5 mois ! alors imaginez l’ampleur sur des années, on peut aisément supposer que ce n’est que la partie visible de l’iceberg…

Bon nombre d’articles sur le sujet ont prouvé que cela existe depuis des décennies, et d’autres montrent que cela existe encore aujourd’hui, malgré les belles communications de repenti faites par HSBC et ses dirigeants.

Je pense qu’on nous a jeté en pâture des noms de personnalités mondaines ou du showbizz pour que les médias se focalisent et fassent leur beurre dessus (articles à scandale à forte rentabilité publicitaire),

et ainsi éviter de se focaliser sur ce scandale dans le scandale – destruction de preuves à conviction – et éviter de chercher à reconstruire cette liste des 3.300 inconnus blanchis; je suppose qu’on trouverait parmi ces noms une bonne partie de nos chers élus ou de leurs amis très proches ou de leurs relations mafieuses…

News du 4 Juin 2015 – accrochez-vous !

Pour la partie suisse, le procureur de Genève a annoncé Jeudi 4 juin 2015 avoir clos la procédure contre la banque HSBC, après un accord sur le versement d’une amende de 40 millions de francs suisses, soit 38 millions d’€ !
Quid des autres pays, de la France et des 8.000 noms ? Ils ferment leurs gueules et acceptent de laisser tous leurs évadés / fraudeurs fiscaux continuer ? sans aucune poursuite ? Déjà que la liste a été épurée sous le règne du FouDuRoi SARKOZY avec, comme chefs d’orchestre, le délavé bettencourtien WOERTH et la chèvre LAGARDE du FMIsterie
180 milliards d’€ versus 38 millions d’€LABORIEUX, j’espére que ça va vous décider à vous réveiller quand, en face de cela, HOLLANDEVALLSMACRON proposent de vous massacrer, dans la meme lignée que SARKOZY et son WOERTH smicophobe ! L’argent coule à flots, c’est avéré.

.

News du 1er Février 2016 – aura-ton un procès à scandale ?

Côté France, la justice française valide la mise en examen de HSBC pour complicité de blanchiment de fraude fiscale et complicité de démarchage illicite.

Les magistrats instructeurs reprochent à HSBC un défaut de surveillance sur sa filiale suisse, HSBC Private Bank, soupçonnée d’avoir mis en place un système d’évasion fiscale à destination de clients notamment français. En Avril 2016, les magistrats financiers avaient imposé une caution d’1 milliard d’€ à HSBC, bizarrement rabaissée à 100 millions d’€ en Juin 2016 par la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris.

Pourquoi je sens une fumisterie dans cette histoire ?

1 – Parce que notre ordure ECKERT, secrétaire d’Etat au budget, a bafoué la démocratie pour rejeter un amendement au projet de loi de finances 2016 qui avait pour but la transparence et la lutte active contre l’évasion fiscale,

2 – Parce que la liste FALCIANI des évadés fiscaux a, semble-t-il, été fortement épurée par un certain mal délavé bettencourtien, WOERTH le roi de l’optimisation fiscale,

3 – Parce que l’Etat Mafieux français, actuellement représenté par les FauxSocialos, tente de faire passer par son sapiniste un projet de bakchich « amendal » qui consiste à offrir à toute entreprise crapuleuse la possibilité de s’exonérer d’un procès !

.

Complément sur HSBC et ses liaisons sulfureuses à 15.000 milliards de $

HSBC et ses liaisons sulfureuses à 15.000 milliards de dollars.

.

21.000 à 32.000 milliards de $ dans les paradis fiscaux

Gerard RYLE, Directeur de l’ICIJ, rappelle que l’étude de James S.HENRY démontre que

les comptes hébergés dans les paradis fiscaux pèsent entre 21.000 et 32. 000 milliards de $ !

Et les politiciens véreux qui y détiennent des comptes cachés, et les médias à leurs bottes, nous bassinent sans cesse que c’est la CRISE pour mieux nous massacrer à coup d’AUSTERITE !

REVEILLEZ-VOUS, on nous enfume !

.

Les médias en parlent sur internet

Agoravox : De Woerth à Cahuzac

L’Agefi : SwissLeaks et retentissement sans comparaison

Bastamag : HSBC – du commerce de l’opium à l’évasion fiscale massive, l’histoire d’une banque…

BfmTv : Hervé Falciani sur Swissleaks – « Il va y avoir un nouveau raz-de-marée »

Courrier International : Swissleaks – scandale au « Daily Telegraph »

economie.jeuneafrique.com : Scandale « SwissLeaks » – quels sont les pays africains les plus touchés ?

Europe 1 : SwissLeaks – la face cachée de la banque HSBC

FranceTV Info : SwissLeaks – les déclarations fracassantes du lanceur d’alerte Hervé Falciani

FranceTV Info : SwissLeaks – terrorisme, corruption et banquiers peu scrupuleux… Les trois révélations…

ICIJ : SWISS LEAKS – MURKY CASH SHELTERED BY BANK SECRECY

L’Expansion L’Express : SwissLeaks – fraude fiscale massive via HSBC

L’Obs avec Rue89 : SwissLeaks – les coulisses de l’enquête

Le Dauphiné : Evasion fiscale – la liste HSBC allégée de 3300 noms ?

Le Figaro : SwissLeaks – HSBC s’excuse pour la fraude fiscale

Le Huffington Post : Swissleaks – qui sont les personnalités citées dans l’affaire d’évasion fiscale

Le Monde : La liste des évadés fiscaux d’HSBC en Suisse aurait été falsifiée

Le Monde : Le dossier SwissLeaks

Le Monde : SwissLeaks – HSBC abritait l’argent du crime

Le Monde : Swiss Leaks Révélations sur un système international de fraude fiscale

Le Parisien : EN IMAGES SwissLeaks – ces personnalités impliquées dans la fraude fiscale

Le Point : Éric de Montgolfier – « Des noms ont été retirés des listings de HSBC »

Le Point : HSBC – le bottin très mondain des Français de « SwissLeaks »

Les Echos : SwissLeaks – HSBC chute en Bourse après de nouvelles révélations et de mauvais résultats

Libération : HSBC – un système de fraude fiscale massive dévoilé

Libération : SwissLeaks – le directeur général de HSBC avait plusieurs millions de dollars en Suisse

Metronews : Swissleaks – Quand Aymeri de Montesquiou hébergait… Jérôme Cahuzac

MyTF1 News : La banque HSBC impliquée dans une fraude fiscale à plus de 180 milliards d’euros

Panamza : SwissLeaks – le diamantaire israélien d’Al-Qaïda était lié au Mossad

rfi.fr : SwissLeaks LuxLeaks – le Parlement européen met en place une commission spéciale

Sherpa : Au Swissleaks, ONG et syndicats répondent par une initiative citoyenne européenne contre les sociétés écrans

Slate : SwissLeaks – des noms qui ne doivent pas faire oublier les vrais coupables

Tribune de Genève : La France aurait falsifié les listes d’évadés fiscaux

SwissLeaks site officiel

VoxEurop : “Falciani fait irruption dans l’affaire Gürtel avec une autre liste d’evadés fiscaux”